Logos SINP

FR3100492 - Prairies et marais tourbeux de la basse vallée de l'Authie

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : mai 2019.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 12/12/17 (à partir de la base : septembre 2016)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR3100492

Compilation : 29/02/1996

Mise à jour : 30/11/2011

Appelation du site : Prairies et marais tourbeux de la basse vallée de l'Authie

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 31/03/1999
  • pSIC : dernière évolution : 31/03/1999
  • SIC : Première publication au JO UE : 07/12/2004
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 07/12/2004
  • ZSC : premier arrêté : 16/11/2015
  • ZSC : Dernier arrêté : 16/11/2015
Texte de référence
Arrêté de création du 16 novembre 2015 portant décision du site Natura 2000 Prairies et marais tourbeux de la basse vallée de l'Authie (zone spéciale de conservation)

Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 1,79333 (E 1°47'35'')
  • Latitude : 50,36389 (N 50°21'50'')
Superficie : 307 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 5 m.
  • Max : 42 m.
  • Moyenne : 0 m.
Régions biogéographiques :
Atlantique : 100%

REGION : NORD-PAS-DE-CALAIS
DEPARTEMENT : Pas-de-Calais (100%)
COMMUNES : Colline-Beaumont, Conchil-le-Temple, Douriez, Maintenay, Nempont-Saint-Firmin, Roussent, Saulchoy, Tigny-Noyelle.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes) 30%
Prairies semi-naturelles humides, Prairies mésophiles améliorées 25%
Marais (vegetation de ceinture), Bas-marais, Tourbières, 25%
Forêts caducifoliées 20%

Autres caractéristiques du site

Système allulvial qui occupe un fond de vallée dont la topographie et la géologie complexes lui confèrent un grand intérêt géomorphologique (lits de tourbes intercalés avec des alluvions fluviatiles voire marines dans la partie aval proche de l'embouchure, dont certaines dépressions de très bas niveau correspondraient à d'anciens chenaux estuariens "fossilisés".

Qualité et importance

L'Authie est un fleuve côtier de première catégorie constituant un élément important du réseau fluviatile et piscicole du Nord Ouest de la France.
La diversité ichtyologique de l'Authie (avec entre autres quatre poissons de la directive : Saumon atlantique, Lamproie fuviatile (probable), Lamproie de Planer et Chabot), les habitats aquatiques rhéophiles (Ranunculion fluitantis à ranunculus gr. fluitans) et lentisques (callitrichetum obtusangulae,...) sont d'autres bioindicateurs de l'intérêt du cours d'eau et de sa représentativité des hydrosystèmes fluviatiles nord-atlantiques basiques.

Le système alluvial tourbeux alcalin de type atlantique/subatlantique de l'Authie, autrefois largement représenté dans la moyenne et basse vallée de l'Authie, fortement réduit aujourd'hui  suite aux drainages et assèchements divers, présente encore un cortège typique et représentatifs de milieux.
En particulier, les cariçaies et roselières associées aux tremblants (Hydrocotylo vulgaris-Caricetum lasiocarpae relictuel, Thelypterido palustris-Phragmitetum australis, ...) et les bas marais oligrotophes atlantiques de l'Hydrocotylo vulgaris-Juncetum subnodulosi ont encore un développement remarquable et une composition floristique typique même s'ils apparaissent trés menacés et localement altérés. 

Vulnérabilité

L'état de conservation des habitats hygrophiles les plus précieux atteint parfois des seuils critiques : embroussaillement par les fourrés hygrophiles, abandon des prairies tourbeuses, drainage, pollution des eaux,... montrant bien l'urgence et la nécessité d'opérations de gestion ciblées sur la conservation et la restauration des ensembles tourbeux les plus typiques. Ainsi, la revalorisation des pratiques agro-pastorales anciennes permettraient le maintien d'un niveau trophique bas et le rajeunissement régulier de ces marais : fauche, étrépage, tourbage manuel, curage des mares et des étangs, pâturage extensif...

Parallèlement, une réflexion globale sur le fonctionnement hydrologique naturel du système alluvial devra être menée car la pérennité à long terme des habitats visés par la directive dépend de niveaux d'eau élevés.

Enfin, la qualité des eaux, tant du cours d'eau lui-même que des nombreux chenaux, fossés, mares et étangs du système alluvial conditionnera le maintien et la restructuration des habitats aquatiques et des populations de poissons des annexes I et II (lutte contre l'envasement, contrôle des rejets...).