Logos SINP

FR4100243 - Ruisseau et tourbière de Belbriette

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : mai 2017.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 09/12/16 (à partir de la base : septembre 2015)

Organisme(s) responsable(s) de la gestion du site
Aucune information disponible
Document d'objectifs
Aucun document d'objectif
Mesures de conservation
Les actions déjà engagées sur le site :

Cette combe de la vallée glaciaire en auge évasée est hautement pittoresque et elle est inscrite au titre des de la loi sur les paysages de 1930.

Elle se compose de landes et de prairies humides essentiellement privées. Le problème de la déprise agricole et de la valorisation des terrains par des boisements résineux se pose et se traduit par des impacts paysagers importants refermant et homogénéisant l'espace.

Dans le cadre d'une démarche contractuelle, l'abandon du principe du curage du ruisseau a été accepté. Cette décision a permis le maintien de la diversité florale et d'habitats qui ont pu se créer depuis la disparition des pratiques agricoles (depuis 50 ans environ).


Les orientations envisageables pour la gestion future :

L'absence d'intervention sur certains milieux (zones humides et tourbières) a grandement contribué au maintien de la diversité des habitats. A l'avenir les interventions sur les zones les plus humides devraient être extrêmement légères à l'exception des secteurs fortement perturbés où des travaux de restauration seraient nécessaires.

De manière générale, il conviendrait sur ce site de ne pas perturber le fonctionnnement hydrologique des zones humides et de les protéger de toutes dégradations (drainage, reboisement, travaux forestiers, stockage de rémanants).

Le reboisement de l'ensemble des prairies ou des landes devrait être évité. Il conviendrait d'engager une restauration des prairies les moins humides. Cette mesure pourrait s'envisager de manière concertée  dans le cadre d'une opération d'amélioration pastorale.

Cette opération permettrait de concentrer les efforts pour gérer et réhabiliter les secteurs les plus typiques d'un point vue biologique ou paysager (réhabilitation des berges de la rivière, remise en état des secteurs agricoles, création de secteurs à vocation cynégétique).

Les pratiques agricoles a développer sur les secteurs les plus propices, devraient être très extensives. Cela pourrait s'envisager dans le cadre d'un programme de type mesures agri-environnementales.