Logos SINP

FR4213813 - Ried de Colmar à Sélestat, Haut-Rhin

Site de la directive "Oiseaux"

Base de référence : septembre 2017.

Identification du site

Type : A (ZPS)

Code du site : FR4213813

Compilation : 31/12/2002

Mise à jour : 31/03/2007

Appelation du site : Ried de Colmar à Sélestat, Haut-Rhin

Dates de désignation / classement :

  • ZPS : Premier arrêté : 28/02/2003
  • ZPS : Dernier arrêté : 30/07/2004
Texte de référence
Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 7,43194 (E 7°25'54'')
  • Latitude : 48,16889 (N 48°10'08'')
Superficie : 5 229 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 161 m.
  • Max : 180 m.
  • Moyenne : 170 m.
Régions biogéographiques :
Continentale : 100%

REGION : ALSACE
DEPARTEMENT : Haut-Rhin (100%)
COMMUNES : Bergheim, Colmar, Grussenheim, Guémar, Holtzwihr, Illhaeusern, Jebsheim, Ostheim, Saint-Hippolyte, Wickerschwihr.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Cultures céréalières extensives (incluant les cultures en rotation avec une jachère régulière) 50%
Forêts caducifoliées 25%
Prairies semi-naturelles humides, Prairies mésophiles améliorées 10%
Forêt artificielle en monoculture (ex: Plantations de peupliers ou d'Arbres exotiques) 5%
Autres terres (incluant les Zones urbanisées et industrielles, Routes, Décharges, Mines) 4%
Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes) 4%
Marais (vegetation de ceinture), Bas-marais, Tourbières, 2%

Autres caractéristiques du site

Aucune information disponible

Qualité et importance

Le ried est l'une des plus grandes zones humides de l'Europe de l'Ouest. En 1996, la Commission européenne a rappelé que le Ried était considéré comme une zone prioritaire au sein du réseau de sites natura 2000 pour les oiseaux.
Le ried du Haut-Rhin est utilisé par les oiseaux pour leur nidification mais également lors de leur migration. Il s'agit de la partie haut-rhinoise d'une ZICO au contour régional.

Ainsi le site abrite 8 espèces nicheuses de l'annexe I de la directive oiseau (le Martin pêcheur, le Pic noir, le Pic mar, le Pic cendré, la Pie grièche écorcheur, la Bondrée apivore, le Milan noir et le Râle des genêts). A noter que la Cigogne blanche niche dans les villages avoisinants et trouve sa nourriture dans les prairies du ried. Le site accueille la nidification de deux espèces de l'annexe II de la directive Oiseau, le Courlis cendré et le râle d'eau ainsi que trois espèces inscrites sur la liste rouge des oiseaux nicheurs d'Alsace, la Pie grièche grise, la Chouette chevêche, et le Cochevis huppé. Une autre espèce de la liste rouge, la Bergeronnette printanière a vu son effectif s'effondrer récemment et n'est plus présente qu'au passage.

Pour ce qui concerne les oiseaux nicheurs, l'un des enjeux majeurs du site est la conservation ou la restauration des populations de Courlis cendré (le tiers environ des Courlis alsaciens trouve refuge dans les rieds) et de celle du Râle des genêts. En outre, l'Alsace et notamment la plaine de l'Ill a une responsabilité particulière dans la conservation du Pic mar, dont elle abrite une proportion notable des effectifs de la Communauté européenne.

Pour les oiseaux migrateurs, le ried du Haut-Rhin avec celui du Bas-Rhin, constitue une entité cohérente au regard de l'accueil de l'avifaune migratrice, complémentaire en terme de fonctionnalité, aux zones de protection spéciales rhénanes. En effet, les rieds sont inondés d'une lame d'eau relativement peu profonde en saison hivernale et printanière ; ils offrent de ce fait des ressources alimentaires aux espèces migratrices, entre autres, aux oies, canards, laridés et limicoles. 

Les résultats des comptages effectués (CEOA, 1994) situent l'importance de l'Alsace au plan national et international. En terme quantitatif, l'Alsace occupe la deuxième position, juste après la Camargue. Le couloir rhénan accueille quelques 55 000 oiseaux migrateurs et 10 000 autres oiseaux se dispersent dans les zones humides de la plaine, parmi lesquelles, les rieds constituent la partie la plus étendue et la plus attrayante. On considère que 2000 à 5000 oiseaux passent l'hiver sur le site. Parmi eux l'on peut citer l'Oie des moissons, la Sarcelle d'hiver et le Fuligule milouin.

Vulnérabilité

La plupart des espèces à forte valeur patrimoniale, Courlis cendré, la Cigogne blanche, le Râle des genêts, le Vanneau huppé (intérêt européen, liste rouge des oiseaux nicheurs d'Alsace) sont inféodées aux formations herbacées (prairies, marais) et sont particulièrement sensibles à la disparition de ces milieux au profit des grandes cultures. L'étendue et la variété des prairies se sont effondrées au cours des trente dernières années. Ainsi, la nidification du Hibou des marais n'est-elle plus observée dans le ried et les effectifs des populations de Courlis cendré n'ont cessé de décroître. En 1960, l'on recensait 500-700 couples de Courlis cendré en Alsace, en 1984, 250, dont 85 dans les rieds. L'on considère aujourd'hui que la reproduction n'assure plus le renouvellement des populations.

C'est pourquoi, dans le cadre de la mise en place de mesures agri-environnementales, des mesures de gestion ont été adoptées afin de préserver les habitats humides et leur fonctionnement.
Le caractère inondable du ried est un des éléments déterminants pour l'accueil de la plupart des oiseaux d'eau hivernants ou de passage (oies, canards, laridés, limicoles).

En référence aux procédures de concertation engagées dans le cadre du document d'objectifs, les enjeux identifiés pour les oiseaux sur le Ried seraient  :
- la préservation des milieux prairiaux bien gérés pour le maintien voire le développement des populations de Râle des genets et courlis cendré ;
- le maintien de la mosaïque de milieux et la tranquillité des sites de nidification pour la bondrée apivore et le Milan noir ;
- le maintien et la restauration des roselières pour le Busard des roseaux et Marouette ponctuée, et la préservation de la tranquillité de ces sites d'hivernage pour la grande aigrette et le Busard Saint Martin;
- le maintien d'une gestion forestière extensive (maintien d'arbres morts et de gros bois) en priorité dans les forêts publiques, pour préserver le bon état de conservation des trois espèces de pics forestiers ;
- la qualité des eux et des berges naturelles (talus d'érosion) pour le maintien du martin pêcheur ;
- le maintien de haies et des bosquets pour la pie grièche écorcheur.

D'une manière générale, la sauvegarde des espèces susvisées supposerait :
- de conserver la structure du paysage semi-bocager, à base de lisières forestières et de ripisylves;
- de conserver et/ ou reconstituer des prairies en zone inondable;
- le respect des caractéristiques hydrologiques du ried de l'Ill ;
- une gestion forestière qui respecte la composition et l'architecture des chênaies-charmaies alluviales.

Ces principes ont d'ailleurs été repris dans le Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) Ill Nappe Rhin approuvé par le préfet de la Région Alsace en janvier 2005.