Logos SINP

FR4301315 - Combe du Nanchez

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : octobre 2018.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 12/12/17 (à partir de la base : septembre 2016)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR4301315

Compilation : 30/11/1995

Mise à jour : 26/06/2014

Appelation du site : Combe du Nanchez

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 30/04/2002
  • pSIC : dernière évolution : 30/04/2002
  • SIC : Première publication au JO UE : 07/12/2004
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 07/12/2004
  • ZSC : premier arrêté : 27/05/2009
  • ZSC : Dernier arrêté : 27/05/2009
Texte de référence
Arrêté de création du 27 mai 2009 portant décision du site Natura 2000 Combe du Nanchez (zone spéciale de conservation)

Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 5,84833 (E 5°50'53'')
  • Latitude : 46,51389 (N 46°30'50'')
Superficie : 432 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 879 m.
  • Max : 1 009 m.
  • Moyenne : 921 m.
Régions biogéographiques :
Continentale : 100%

REGION : FRANCHE-COMTÉ
DEPARTEMENT : Jura (100%)
COMMUNES : Chaux-des-Prés, Grande-Rivière, Piards.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Forêts mixtes 48%
Prairies semi-naturelles humides, Prairies mésophiles améliorées 34%
Marais (vegetation de ceinture), Bas-marais, Tourbières, 17%
Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes) 1%

Autres caractéristiques du site

Aucune information disponible

Qualité et importance

Localisé dans une combe marneuse étroite et s'étirant au pied des flancs abrupts du Crêt des Bois, ce site présente trois petites tourbières dont deux occupent le centre d’une dépression, quelques fossés témoignant de leur exploitation passée. Les méandres du Bief de Nanchey enserrent la troisième (Prénovel-de-Bise) avant de quitter la combe par une cluse et disparaître dans une perte.

Une tourbière est un biotope spécialisé qui engendre un écosystème particulier. Son microclimat a permis le développement d'espèces boréo-arctiques (espèces des régions nordiques de l'Europe). Les tourbières sont d'importants réservoirs hydriques et jouent un rôle régulateur dans la circulation complexe des eaux superficielles et souterraines de la région.

Dans le Massif du Jura, en altitude, les facteurs climatiques sont propices à l’installation de tourbières (forte pluviométrie, basses températures et absence de périodes sèches de longue durée). La genèse d’une tourbière y est datée de plus de 10 000 ans. A l’origine, les glaciers se sont retirés de la région et ont laissé place à des cuvettes imperméabilisées remplies d’eau. Progres-sivement ces plans d’eau se sont comblés et ont favorisé la formation de bas-marais alcalins (- 6000 ans). Le développement d’un réseau karstique et la proximité de dolines permettant l’évacuation des eaux de ruissellement, induit la création, au sein du bas-marais alcalin, d’ilôts soustraits à l’influence des eaux carbonatées. Ces ilôts, sous l’influence d’un climat froid, sont alors alimentés uniquement par les précipitations abondantes. Un milieu acide s’établit progressivement. La végétation se spécialise alors avec installation de sphaignes qui constituent de vastes coussins  bombés. Leur croissance en dôme et en cercles concentriques crée un ensemble qui se bombe et s’élargit progressivement en tourbière bombée ou haut-marais acide qui finit par évoluer jusqu’au stade climacique* : assèchement, installation des éricacées et parfois du pin à crochets. Il est rare que cette tourbière colonise tout le bas-marais alcalin, on parle alors de tourbière mixte. Un marais de transition très humide et riche en espèces se développe fréquemment au contact du bas marais alcalin et du haut-marais.

L’intérêt du marais de Prénovel réside surtout dans le développement important de tourbières matures, peu perturbées, ayant atteint un stade d'évolution maximum que l'on estime stable à échelle humaine, en équilibre avec les conditions hydriques et climatiques actuelles :

*	Les sphaignes, principaux agents édificateurs de la tourbière, forment l'essentiel du substrat de la tourbière bombée. L'évolution naturelle de cet écosystème a conduit à l'accumulation d'énormes dômes de matière organique (plusieurs mètres d'épaisseurs) lui donnant un aspect bombé, localement spectaculaire.
 Ce groupement se caractérise par une flore boréo-arctique très variée dont les plus intéressants représentants à Prénovel sont l’andromède et la droséra à feuilles rondes.
*	Associées à une végétation à base d'éricacées (myrtille, airelles, canneberge, andromède), les sphaignes supportent, dans la partie centrale de la tourbière, une formation boisée très particulière, dominée par une variété du pin à crochets (Pinus uncinata var. rotundata) se  développant exclusivement dans ces milieux. Les myrtilles poussant sous cette pineraie à crochets constituent la nourriture exclusive de la chenille du solitaire, papillon rare en France menacé par la destruction de ses biotopes et protégé de ce fait au plan national.
*	Par ailleurs, un des intérêts majeurs du site réside dans la ceinture de bas-marais et de prairies paratourbeuses qui enserre la tourbière bombée et qui contribue beaucoup à la biodiversité de l'ensemble. On y trouve en particulier la grassette commune et la laîche des bourbiers. 

*	Entre ces tourbières, des prairies humides à trolle et molinie et des mégaphorbiaies (formation végétale de hautes herbes sur des sols humides et riches) assurent la transition avec les pâtures et prés fauchés limitrophes.  Dans ces zones intermédiaires, on peut observer ponctuellement la présence de l’oeillet superbe et de la laîche cespiteuse. Cette dernière espèce est rare et menacée en France, inféodée principalement aux prairies humides de l’Alsace, du Doubs et de l’Auvergne.

*	Le Bief de Nanchey s’écoule dans des parties marécageuses inondables (mégaphorbiaies, phragmitaies...) abritant des territoires favorables à plusieurs espèces d’amphibiens* qui ajoutent à la qualité biologique du site.

Vulnérabilité

Extension progressive par la municipalité de Prénovel de la maîtrise foncière du site dont une partie bénéficie déjà d’un classement en réserve naturelle volontaire depuis juin 1992.

*	Le Bief du Nanchey a fait, par le passé, l’objet de travaux de redressement assez drestiques qui ont eu un impact particulièrement néfaste. Sa « décorrection » est à l’étude et devrait être réalisée prochainement.

Ce programme, en poursuivant les objectifs ci-dessous, est de nature à répondre complètement aux objectifs de préservation exprimés dans Natura 2000.