Logos SINP

FR5300008 - Rivière Leguer, forêts de Beffou, Coat an Noz et Coat an Hay

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : mai 2019.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 12/12/17 (à partir de la base : septembre 2016)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR5300008

Compilation : 30/11/1995

Mise à jour : 02/07/2015

Appelation du site : Rivière Leguer, forêts de Beffou, Coat an Noz et Coat an Hay

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 30/04/2002
  • pSIC : dernière évolution : 30/09/2015
  • SIC : Première publication au JO UE : 07/12/2004
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 09/12/2016
  • ZSC : premier arrêté : 04/05/2007
  • ZSC : Dernier arrêté : 25/01/2017
Texte de référence
Arrêté de création du 25 janvier 2017 portant décision du site Natura 2000 Rivière Leguer, forêts de Beffou, Coat an Noz et Coat an Hay (zone spéciale de conservation)

Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : -3,43000 (W 3°25'48'')
  • Latitude : 48,59000 (N 48°35'24'')
Superficie : 3 204 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 0 m.
  • Max : 330 m.
  • Moyenne : 0 m.
Régions biogéographiques :
Atlantique : 100%

REGION : BRETAGNE
DEPARTEMENT : Côtes-d'Armor (100%)
COMMUNES : Belle-Isle-en-Terre, Bourbriac, Bulat-Pestivien, Chapelle-Neuve, Gurunhuel, Lannion, Loc-Envel, Loguivy-Plougras, Lohuec, Louargat, Maël-Pestivien, Pleumeur-Bodou, Ploubezre, Plougonver, Ploulec'h, Ploumilliau, Plounévez-Moëdec, Pluzunet, Pont-Melvez, Tonquédec, Trébeurden, Trédrez-Locquémeau, Trégrom, Vieux-Marché.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Forêts caducifoliées 60%
Prairies semi-naturelles humides, Prairies mésophiles améliorées 10%
Landes, Broussailles, Recrus, Maquis et Garrigues, Phrygana 7%
Rivières et Estuaires soumis à la marée, Vasières et bancs de sable, Lagunes (incluant les bassins de production de sel) 6%
Forêt artificielle en monoculture (ex: Plantations de peupliers ou d'Arbres exotiques) 5%
Autres terres (incluant les Zones urbanisées et industrielles, Routes, Décharges, Mines) 3%
Cultures céréalières extensives (incluant les cultures en rotation avec une jachère régulière) 2%
Prairies ameliorées 1%
Marais (vegetation de ceinture), Bas-marais, Tourbières, 1%
Autres terres arables 1%
Rochers intérieurs, Eboulis rocheux, Dunes intérieures, Neige ou glace permanente 1%
Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes) 1%
Galets, Falaises maritimes, Ilots 1%
Marais salants, Prés salés, Steppes salées 1%

Autres caractéristiques du site

Forêt de Beffou, secteurs ouest et est de la forêt de Coat An Noz et vallées boisées encaissées du cours moyen et de l'embouchure du Léguer avec présence localisée de chaos granitiques (secteur Ploubezre/Tonquédec), de végétation chasmophytique (côteaux) et de landes sur affleurements et plateaux granitiques.

Qualité et importance

Présence, juste en amont de l’estuaire, d’un habitat forestier thermophile rare : la chênaie sessiflore à Alisier torminal localement pénétrée de fourrés d’Arbousier (espèce méditerranéenne-atlantique) en situation apparemment spontanée.
Les fonds de vallée sur le cours moyen du Léguer abritent des banquettes alluvionnaires riches en plantes neutrophiles encadrées par des mosaïques de landes et de végétations chasmophytiques sur affleurement granitiques. 
Les vallées boisées et les cours d’eau présentent un intérêt majeur pour la faune ichtyologique (Saumon atlantique) et mammalogique (Loutre d’Europe et chiroptères). Parmi les habitats d’intérêt communautaire, on note en particulier la végétation flottante de renoncules des rivières planitiaires, les hêtraies neutrophiles de l’Asperulo-Fagetum et les forêts alluviales résiduelles des domaines medio-européen et atlantique (habitat prioritaire). 
Son extension en 2015 enrichit le site en habitats marin et littoraux parmi lesquels une lagune (habitat prioritaire) et en landes mésophiles intérieures.

Vulnérabilité

Le maintien d’une qualité satisfaisante des habitats d’intérêt communautaire dépend dans une large mesure de la conduite de la gestion sylvicole. L’extension des secteurs enrésinés, la pratique des coupes à blanc, d’estoc et d’enlèvement des arbres morts ou mal conformés (présence de cavité favorables aux chiroptères notamment) sont à proscrire.
Il conviendra également de veiller au maintien de l’ouverture des milieux de types landes, tourbières et prairies offrant une mosaïque intéressante. Ceux-ci se raréfient du fait du caractère boisé et encaissé de cette vallée.
La dégradation de la qualité des eaux de surface (pisciculture, pollution d’origine agricole) est susceptible de fragiliser l’équilibre des populations de salmonidés.
Enfin, depuis l’intégration d’habitats littoraux au site Natura 2000, la fréquentation du public prend une dimension plus importante qu’il faudra maîtriser et canaliser au mieux afin de limiter les impacts sur les milieux.