Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

FR5300021 - Baie d'Audierne

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : décembre 2019.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 28/11/19 (à partir de la base : octobre 2018)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR5300021

Compilation : 30/11/1995

Mise à jour : 20/09/2017

Appelation du site : Baie d'Audierne

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 30/04/2002
  • pSIC : dernière évolution : 01/10/2008
  • SIC : Première publication au JO UE : 07/12/2004
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 08/12/2009
  • ZSC : premier arrêté : 04/05/2007
  • ZSC : Dernier arrêté : 25/05/2016
Texte de référence
Arrêté de création du 25 mai 2016 portant décision du site Natura 2000 Baie d'Audierne (zone spéciale de conservation)

Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : -4,35556 (W 4�21'20'')
  • Latitude : 47,87778 (N 47�52'40'')
Superficie : 2 455,75 ha.
Pourcentage de superficie marine : 36 %
Altitude :
  • Min : -10 m.
  • Max : 35 m.
  • Moyenne : 0 m.
Régions biogéographiques :
Atlantique : 100%

REGION : BRETAGNE
DEPARTEMENT : Finistère (64%)
COMMUNES : Guilvinec, Penmarch, Plomeur, Plonéour-Lanvern, Plovan, Plozévet, Pouldreuzic, Saint-Jean-Trolimon, Tréguennec, Tréogat.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Mer, Bras de Mer 45%
Dunes, Plages de sables, Machair 27%
Autres terres arables 9%
Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes) 6%
Marais (vegetation de ceinture), Bas-marais, Tourbières, 5%
Landes, Broussailles, Recrus, Maquis et Garrigues, Phrygana 2%
Prairies semi-naturelles humides, Prairies mésophiles améliorées 2%
Galets, Falaises maritimes, Ilots 2%
Rivières et Estuaires soumis à la marée, Vasières et bancs de sable, Lagunes (incluant les bassins de production de sel) 1%
Marais salants, Prés salés, Steppes salées 1%

Autres caractéristiques du site

Vaste zone côtière d'accumulation sédimentaire à système hydrographique complexe, relayée vers le sud par un ensemble de pointes rocheuses et de récifs, formant le Cap Caval, au caractère extrêmement battu (proximité de l'isobathe - 50 m). En arrière du cordon (galets, plage de sable, dunes), présence de  paluds et étangs saumâtres (Nérizelec) et/ou dulcicoles (Saint Vio, Loc'h ar Stang).

Qualité et importance

Un des plus importants complexes de dunes et zones humides arrière-dunaire du littoral armoricain. Parmi les habitats d'intérêt communautaire, on note en particulier des groupements de dunes fixées (habitats prioritaires) tels que l'Euphorbio-Helichrysion (groupements à arbustes nains), et le Thero-Airion caractéristique des substrats oligotrophes. 
Le site est également caractérisé par de grands ensembles d'étangs et de marais arrière-littoraux, dont le fonctionnement peut avoir un caractère lagunaire (échanges avec la mer). Les étangs et zones humides de la Palud de Tréguennec et de ses abords abritent une station exceptionnelle de characées (algues vertes) qui forme, avec les autres stations du pays Bigouden et celle du lac de Grand-Lieu (Loire-Atlantique), la population la plus importante du nord-ouest de la France.
D'importants cordons de galets abritent des ensembles floristiques remarquables tant au niveau des annuelles (laissés) que des vivaces (haut de cordon, anciens rivages).
Vaste zone côtière d'accumulation sédimentaire à système hydrographique complexe, relayée vers le sud par un ensemble de pointes rocheuses, formant le Cap Caval. En arrière du cordon (galets, plage de sable, dunes), présence de paluds et étangs saumâtres (Nérizelec) et/ou dulcicoles (Saint Vio, Loc'h ar Stang).

Vulnérabilité

Les principales pressions anthropiques s'exerçant sur le site sont d'une part la fréquentation très importante de la bande côtière, sur le domaine marin et dunaire, par de nombreuses activités de loisirs (nautisme, surf, plage, randonnée équestre,…) ou professionnelles (pêche de tellines), et par l'activité agricole, en particulier bulbicole, qui s'accompagne de nombreux traitements phytosanitaires pouvant porter atteinte à la biodiversité, et par les nombreux pompages effectués dans la nappe, pouvant affecter les équilibres hydrodynamiques de la dune.
Des espèces envahissantes (notamment l'herbe de la pampa) constituent aussi une menace pour les habitats du site.