FR5302015 - Mers Celtiques - Talus du golfe de Gascogne

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : Juillet 2022.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 16/02/22 (à partir de la base : décembre 2020)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR5302015

Compilation : 21/09/2017

Mise à jour :

Appelation du site : Mers Celtiques - Talus du golfe de Gascogne

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 14/12/2017
  • pSIC : dernière évolution : 15/12/2021
  • SIC : Première publication au JO UE :
  • SIC : Dernière publication au JO UE :
  • ZSC : premier arrêté :
  • ZSC : Dernier arrêté :
Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : -6,18376 (W 6�11'01'')
  • Latitude : 47,51594 (N 47�30'57'')
Superficie : 5 899 552 ha.
Pourcentage de superficie marine : 100 %
Altitude :
  • Min : 0 m.
  • Max : 0 m.
  • Moyenne : 0 m.
Régions biogéographiques :
Atlantique : 100%
Sous-région atlantique
Mers Celtiques : 35%

Golfe de Gascogne et côtes ibériques : 64%
.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Mer, Bras de Mer 100%

Autres caractéristiques du site

Localisé au-delà de la mer territoriale, ce secteur de l’Atlantique exclusivement marin est situé au large des côtes bretonnes et tout le long du talus du golfe de Gascogne, marquant la transition entre le plateau continental et la plaine abyssale. Il s’appuie : 
- sur la limite de la Zone Économique Exclusive (ZEE) au Nord ;
- sur la limite des 12 milles à l’ouest de la Bretagne;
- sur la limite de superposition des zones de plus forts enjeux :
	* pour le Marsouin en été dans la partie nord,
	* pour le grand dauphin le long du talus et particulièrement dans sa partie centrale,
Ce site vient compléter le site  FR5302016 « Récifs du talus du golfe de Gascogne » également désigné pour les mammifères marins.
La cohérence avec le périmètre relevant de la directive Oiseaux a été en grande partie recherchée : le périmètre défini pour les mammifères marins et celui défini pour les nombreuses espèces d’oiseaux marins se superposent très largement (81,95 %) pour faciliter la gestion future des sites. 

Commentaire général sur les données et les analyses produites au 4.2

Quand les proportions des effectifs varient significativement entre été/hiver, l’approche précautionneuse a été de renseigner les proportions de la saison qui sont les plus élevées. 
Pour l’espèce « marsouin commun » les proportions des effectifs par rapport à la population nationale correspondent à 37 % en été et 1 % en hiver.
Pour le grand dauphin : les effectifs sur l’ensemble du site sont à peu près similaires en été et en hiver, même si la répartition de la population dans le site peut varier selon les saisons ; la population est en effet plus abondante dans la partie sud du site en hiver.

Qualité et importance

Dans le golfe de Gascogne il y a une succession de canyons présentant une morphologie particulièrement complexe (présence de ravines, de chenaux, de zones d’effondrement, de crêtes, de marches, de falaises...) et séparés par des interfluves (Bourillet & al., 2006 ; Bourillet & al., 2011 in Guillaumont & al., 2012).
La topographie particulière des canyons interagit avec les processus hydrodynamiques dominants le long des marges, que ce soient les courants dus au vent ou les courants de marée, pour créer des phénomènes d'upwelling ou de downwelling (Allen & Durrieu de Madron, 2009). D’après Menot & Van den Beld (2013), les canyons peuvent canaliser les flux de particules et de matière organique du plateau continental vers la plaine abyssale (Canals & al., 2006 ; Khripounoff & al., 2009), constituer des centres de dépôts sédimentaires (Oliveira & al., 2007) et des puits de carbone (van Weering & al., 2002).

Ces conditions hydrographiques particulières impliquent  l’existence d’un réseau trophique particulièrement riche et complexe et expliquent les concentrations importantes de prédateurs supérieurs dont les mammifères et oiseaux marins.


Deux espèces de mammifères marins d’intérêt communautaire justifient la proposition de Site d’Importance Communautaire «Mers Celtiques – talus du golfe de Gascogne» au-delà de la mer territoriale :
- Grand dauphin – Tursiops truncatus (code Natura 2000 : 1349),
- Marsouin commun  - Phocoena phocoena (code Natura 2000 : 1351).
Le marsouin commun est aussi concerné par la convention d’OSPAR. 

Les données mobilisées proviennent des campagnes SAMM (Suivi Aérien de la Mégafaune Marine) de comptage aérien des mammifères et oiseaux marins, en été et en hiver, qui ont permis d’avoir des données homogènes sur l’ensemble des eaux françaises. Le principe d’analyse à l’aide de Marxan repose sur la recherche de la meilleure couverture globale pour chaque espèce considérée. La présence des deux espèces de mammifères marins dans les sites Natura 2000 en mer existants en proche côtier a également été prise en compte pour chercher les compléments les plus pertinents au large. Les analyses ont été complétées par des échanges avec les experts scientifiques afin d’aboutir à la proposition d’un nouveau site Natura 2000 au-delà de la mer territoriale sur la façade Atlantique.

Alors que les plus fortes concentrations de marsouins se rencontrent essentiellement en été et plus particulièrement dans la partie Nord du site, les populations de grands dauphins sont présentes toute l’année et plutôt concentrées tout le long du talus avec les effectifs les plus élevés dans la partie centrale du golfe de Gascogne.

Vulnérabilité

4.1.2. remarques générales sur les menaces, pressions et activités ayant une incidence sur le site

La zone marine concernée par la proposition de site d’intérêt communautaire est fréquentée par des navires de pêche en provenance de toute la façade Atlantique française mais aussi par des navires étrangers, notamment espagnols. Elle est traversée par la voie de circulation majeure et significative entre les dispositifs de séparation du trafic de Ouessant et le Cap Finistère.
Le site comporte de nombreuses zones d'activités Défense spécifiques aériennes (patrouilles opérationnelles de surveillance aérienne, zones d’entraînement et de survol aérien très basse altitude, zones d’entraînement au tir D16A, D16C et D16E depuis un aéronef) et de surface (patrouilles opérationnelles de surveillance, missions de sauvetage (secours à la personne, remorquage, lutte antipollution), zones d’entraînement au tir D16A, D16C et D16E pour les navires de la marine).
Ainsi, un certain nombre d’activités anthropiques s’exercent déjà dans le site (pêche professionnelle, trafic maritime, activités de défense nationale) qu’il conviendra d’identifier plus finement lors de la phase de gestion. Leurs effets sur la conservation des populations de marsouin commun et de grand dauphin restent à apprécier lors de l’élaboration puis la mise en œuvre du document d’objectifs.
. Tout autre projet à venir sera par ailleurs soumis au régime d’évaluation des incidences. 
A noter que l’amélioration des connaissances sur les effets de la pêche sur les espèces concernées et l’incitation au développement et à l’expérimentation des équipements et des pratiques de pêche innovants sont déjà des premières mesures prévues dans le cadre du plan d’action pour le milieu marin adopté le 8 avril 2016.
Le programme d’action des documents stratégiques de façade Nord Atlantique Manche Ouest (NAMO) et Sud Atlantique (SA) seront opérationnel à partir de 2022. Des actions spécifiques à la préservation des mammifères marins dans ce site Natura 2000 sont programmées.