Logos SINP

FR5400450 - Massif forestier de Chizé-Aulnay

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : juin 2018.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 12/12/17 (à partir de la base : septembre 2016)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR5400450

Compilation : 30/11/1995

Mise à jour : 24/04/2017

Appelation du site : Massif forestier de Chizé-Aulnay

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 30/04/2002
  • pSIC : dernière évolution : 30/04/2002
  • SIC : Première publication au JO UE : 07/12/2004
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 07/12/2004
  • ZSC : premier arrêté : 13/04/2007
  • ZSC : Dernier arrêté : 13/04/2007
Texte de référence
Arrêté de création du 13 avril 2007 portant décision du site Natura 2000 Massif forestier de Chizé-Aulnay (zone spéciale de conservation)

Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : -0,19222 (W 0°11'31'')
  • Latitude : 46,04167 (N 46°02'30'')
Superficie : 17 357 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 60 m.
  • Max : 160 m.
  • Moyenne : 0 m.
Régions biogéographiques :
Atlantique : 100%

REGION : POITOU-CHARENTES
DEPARTEMENT : Charente-Maritime (41%)
COMMUNES : Aulnay, Blanzay-sur-Boutonne, Chives, Contré, Dampierre-sur-Boutonne, Éduts, Fontaine-Chalendray, Néré, Romazières, Saint-Georges-de-Longuepierre, Saint-Mandé-sur-Brédoire, Saint-Séverin-sur-Boutonne, Saleignes, Villedieu, Villeneuve-la-Comtesse, Villiers-Couture, Vinax.

DEPARTEMENT : Deux-Sèvres (59%)
COMMUNES : Asnières-en-Poitou, Aubigné, Beauvoir-sur-Niort, Belleville, Boisserolles, Brieuil-sur-Chizé, Chizé, Couture-d'Argenson, Ensigné, Fosses, Foye-Monjault, Marigny, Paizay-le-Chapt, Prissé-la-Charrière, Secondigné-sur-Belle, Vert, Villemain, Villiers-en-Bois, Villiers-sur-Chizé.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Forêts caducifoliées 70%
Autres terres arables 22%
Forêts de résineux 3%
Forêts mixtes 2%
Landes, Broussailles, Recrus, Maquis et Garrigues, Phrygana 2%
Autres terres (incluant les Zones urbanisées et industrielles, Routes, Décharges, Mines) 1%

Autres caractéristiques du site

Le plus vaste ensemble forestier régional, comprenant 7 noyaux boisés séparés par des espaces à forte dominance agricole (céréales intensives). Forêts caducifoliées sur calcaires jurassiques : chênaie pubescente essentiellement dans les bois privés gérés en taillis mais également futaie de hêtre dans les deux forêts domaniales de Chizé et d'Aulnay.

Qualité et importance

Remarquable cortège floristique associé à la hêtraie avec des populations importantes d'espèces rares ou en station unique au niveau régional (Belladone, Orge d'Europe).

Outre son intérêt phytocénotique, le site héberge également des espèces menacées dont la dépendance vis à vis de la futaie de hêtre est plus ou moins forte : invertébrés et chiroptères notamment.
Par ailleurs, une grande partie des espaces boisés du site consiste en chênaie pubescente traitée en taillis au sein de laquelle subsistent des pelouses et des ourlets calcicoles thermophiles de surface réduite mais d'une grande signification biogéographique par la présence d'un très riche cortège d'espèces d'origine méditerranéenne ou sud-européenne dont plusieurs possèdent sur le site leur limite de répartition absolue vers le nord ; ces pelouses et ourlets hébergent en outre une des rares localités du Séneçon du Rouergue, Astéracée endémique française connue de quelques rares autres localités des "causses" du Lot.

Vulnérabilité

Située aux confins de son aire d'indigénat, la hêtraie de Chizé est très sensible aux variations climatiques ; le hêtre y connait ainsi depuis quelques années des problèmes de dépérissement important (stress hydrique dû à des déficits pluviométriques successifs). La recherche d'essences de remplacement, après exploitation des hêtres malades, entraînerait une banalisation de l'habitat, voire dans le cas d'un enrésinement, sa disparition pure et simple.
Par ailleurs la conduite actuelle des peuplements en futaie équienne régulière avec des méthodes de sylviculture moderne ne permet vraisemblablement pas à la forêt de jouer pleinement son rôle d'habitat vis vis d'espèces menacées, liées le plus souvent à des faciès de fûtaie irrégulière et âgée avec de nombreux arbres sénescents ou morts ( chauves-souris sylvicoles, invertébrés aux larves sapro-xylophages etc...).
Les bois privés sont soumis quant à eux aux aléas d'une éventuelle volonté de "rentabilisation" de la part de leurs propriétaires : des enrésinements plus ou moins importants (Pinus nigra s.l. et Pinus sylvestris) ont déjà eu lieu ou sont en cours dans tous les noyaux non domaniaux, menaçant plus ou moins fortement selon les densités utilisées la qualité botanique des phytocénoses spontanées.
Enfin, les très riches ourlets qui se développent le long des nombreuses routes et voies carrossables sillonnant les boisements restent sous la dépendance étroite des modalités de gestion de ces espaces linéaires par les différents organismes gestionnaires : date et périodicité des interventions, matériel utilisé, etc.