Logos SINP

FR5412007 - Plaine de Niort Sud-Est

Site de la directive "Oiseaux"

Base de référence : octobre 2018.

Identification du site

Type : A (ZPS)

Code du site : FR5412007

Compilation : 30/09/2000

Mise à jour : 31/10/2003

Appelation du site : Plaine de Niort Sud-Est

Dates de désignation / classement :

  • ZPS : Premier arrêté : 26/08/2003
  • ZPS : Dernier arrêté : 26/08/2003
Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : -0,42722 (W 0°25'37'')
  • Latitude : 46,21222 (N 46°12'43'')
Superficie : 20 760 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 60 m.
  • Max : 100 m.
  • Moyenne : 0 m.
Régions biogéographiques :
Atlantique : 100%

REGION : POITOU-CHARENTES
DEPARTEMENT : Deux-Sèvres (100%)
COMMUNES : Aiffres, Beauvoir-sur-Niort, Brieuil-sur-Chizé, Brûlain, Celles-sur-Belle, Fors, Fosses, Foye-Monjault, Frontenay-Rohan-Rohan, Granzay-Gript, Juscorps, Marigny, Mougon, Niort, Prahecq, Rochénard, Sainte-Blandine, Saint-Martin-de-Bernegoue, Saint-Médard, Saint-Romans-des-Champs, Saint-Symphorien, Secondigné-sur-Belle, Thorigné, Vallans, Vouillé.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Autres terres arables 90%
Autres terres (incluant les Zones urbanisées et industrielles, Routes, Décharges, Mines) 6%
Zones de plantations d'arbres (incluant les Vergers, Vignes, Dehesas) 2%
Landes, Broussailles, Recrus, Maquis et Garrigues, Phrygana 1%
Prairies semi-naturelles humides, Prairies mésophiles améliorées 1%

Autres caractéristiques du site

Le site est une zone de plaine cultivée. Il est scindé en deux blocs par une bande bocagère qui ne présente pas d'intérêt ornithologique particulier pour la directive oiseaux.
c'est un paysage ouvert, très légèrement vallonné ponctué de quelques rares bosquets. Les haies sont rares, souvent discontinues. Elles sont mieux représentées dans les secteurs d'élevage.
Deux systèmes agricoles se côtoient : la polyculture-élevage et le système céréalier. Il en résulte un paysage agricole constitué d'une mosaïque de cultures encore assez diversifiées, plus particulièrement dans les zones d'élevage. Ce paysage est toutefois dominé par les céréales (blé, orge, et maïs qui constitue la principale culture irriguée du site), les oléo-protéagineux (colza, tournesol, petit pois) entre lesquelles s'intercalent des prairies à graminées, ray-grass et luzerne. Le pâturage est pratiqué par endroit. Le gel PAC est en majorité pratiqué sous forme de gel industriel, les jachères implantées en couverts de graminées ou légumineuses sont donc rares. Quelques petites vignes sont encore maintenues.
L'habitat est dispersé en petits groupes isolés. Nombreux bâtiments d'habitation et d'élevage ainsi que des murets, sont constitués de pierres calcaires laissant ouvertes des petites cavités favorables à la nidification d'espèces cavernicoles.

Qualité et importance

Le site est une des huit zones de plaines à Outarde canepetière retenues comme majeures pour une désignation en ZPS en région Poitou-Charentes. Il s'agit d'une des quatres principales zones de survivance de cette espèce dans le département des Deux-Sèvres. Celle-ci abrite ~ 5% des effectifs régionaux. Au total 17 espèces d'intérêt communautaire sont présentes dont 6 atteignent des effectifs remarquables sur le site.

Vulnérabilité

La survie de l'Outarde canepetière et des autres espèces des plaines cultivées dépend de la mise en oeuvre à grande échelle et dans les plus brefs délais des mesures testées sous forme de contrats passés avec les agriculteurs (sur des zones témoins limitées) dans le cadre du Life Nature. Ceci pourra se faire via les CTE spécifiques existants, qui devraient ainsi bénéficier des bonus liés à Natura 2000, ou les CAD à venir.
Ces mesures visent à compenser la perte de diversité paysagère et par voie de conséquence des habitats et de l'alimentation (à base d'invertébrés), liée à l'intensification agricole (augmentation de l'homogénéité parcellaire, disparitions des surfaces "pérennes" : Prairies, luzernes, jachères, haies, etc...). Ce sont les éléments-clés de la survie de l'espèce.