Logos SINP

FR5412018 - Plaines du Mirebalais et du Neuvillois

Site de la directive "Oiseaux"

Base de référence : mai 2019.

Identification du site

Type : A (ZPS)

Code du site : FR5412018

Compilation : 30/11/2000

Mise à jour : 25/04/2017

Appelation du site : Plaines du Mirebalais et du Neuvillois

Dates de désignation / classement :

  • ZPS : Premier arrêté : 26/08/2003
  • ZPS : Dernier arrêté : 08/01/2019
Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 0,08361 (E 0°05'0'')
  • Latitude : 46,78694 (N 46°47'12'')
Superficie : 37 430 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 60 m.
  • Max : 160 m.
  • Moyenne : 110 m.
Régions biogéographiques :
Atlantique : 100%

REGION : POITOU-CHARENTES
DEPARTEMENT : Vienne (100%)
COMMUNES : Amberre, Avanton, Ayron, Chalandray, Champigny-le-Sec, Chasseneuil-du-Poitou, Chaussée, Cherves, Chiré-en-Montreuil, Chouppes, Coussay, Craon, Cuhon, Frozes, Grimaudière, Guesnes, Jaunay-Clan, Maillé, Maisonneuve, Martaizé, Massognes, Mazeuil, Migné-Auxances, Mirebeau, Moncontour, Neuville-de-Poitou, Saint-Clair, Saint-Jean-de-Sauves, Varennes, Vendeuvre-du-Poitou, Verrue, Vouzailles.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Autres terres arables 80%
Prairies ameliorées 4%
Autres terres (incluant les Zones urbanisées et industrielles, Routes, Décharges, Mines) 4%
Zones de plantations d'arbres (incluant les Vergers, Vignes, Dehesas) 3%
Forêts caducifoliées 3%
Forêt artificielle en monoculture (ex: Plantations de peupliers ou d'Arbres exotiques) 2%
Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes) 1%
Landes, Broussailles, Recrus, Maquis et Garrigues, Phrygana 1%
Pelouses sèches, Steppes 1%
Marais (vegetation de ceinture), Bas-marais, Tourbières, 1%

Autres caractéristiques du site

Vaste plaine agricole dominée par les grandes cultures. Relief peu prononcé, substrat calcaire du Jurassique, climat ensoleillé et faible pluviométrie.
Vignoble AOC du Haut Poitou.
Paysage d'openfield attirant diverses espèces d'affinités steppiques.

Qualité et importance

Cette ZPS accueille des populations, majeures à significatives, pour 17 espèces d'intérêt européen (15 nicheuses et 2 hivernantes). Elle est tout particulièrement essentielle pour la reproduction de l'outarde canepetière et de l'oedicnème criaird, mais aussi du bruant ortolan, des busards cendrés et Saint-Martin, ainsi que pour le faucon émerillon en hiver.
Le site est un des 6 secteurs de plaines céréalières à outarde canepetière désignées comme ZPS en Poitou-Charentes. Il accueille près du quart de la seule population migratrice d'outarde d'Europe de l'Ouest.

Vulnérabilité

Les habitats des espèces majeures de la ZPS sont des parcelles ou des éléments du paysage agricole. La mutation du système de polyculture élevage vers une céréaliculture intensive a fortement dégradé les milieux de reproduction et d'alimentation de ces espèces de plaine :
- en diminuant la longueur de lisières par la simplification de la fine mosaïque des parcelles, sources d'alimentation et corridors de déplacement pour l'outarde et l'oedicnème,
- en réduisant drastiquement la surface en herbe (prairies et luzernières) primordiales pour la nidification de l'outarde,
- en élevant la vitesse des travaux agricoles (notamment fauche et moisson) qui cause des destructions de nichées, voire d'adultes,
- en augmentant la précocité des récoltes de céréales qui détruisent les nichées de busards encore non volants,
- en amoindrissant fortement la part des cultures de printemps, milieux appréciés par l'ortolan.
Les règles agricoles communautaires ne prennent pas en compte l'importance des enjeux de biodiversité de cette ZPS. Les mesures agro-environnementales n'arrivent pas à compenser les effets des aides financières à la production : soutien déséquilibré des systèmes céréaliers au détriment de l'élevage à l'herbe, milieux herbacés et corridors négligés.
Par ailleurs, l'urbanisation, en périphérie de l'agglomération de Poitiers, consomme directement ou indirectement (mitage, effet repoussoir) une grande quantité d'espaces ouverts. Or la plupart des espèces (notamment outardes, busards et dans une moindre mesure oedicnèmes) montrent une sensibilité très forte à la présence d'implantations anthropiques (bâtiments, infrastructures...).
Si les modifications des pratiques agricoles peuvent présenter une relative réversibilité, il n'en est pas de même pour l'urbanisation. L'indispensable restauration de la population d'outardes ne restera envisageable qu'à la première condition de conserver un espace ouvert favorable à recoloniser.