Logos SINP

FR7200665 - Coteaux calcaires de Proissans, Sainte-Nathalène et Saint-Vincent-le-Paluel

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : octobre 2018.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 12/12/17 (à partir de la base : septembre 2016)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR7200665

Compilation : 30/11/1995

Mise à jour : 08/01/2018

Appelation du site : Coteaux calcaires de Proissans, Sainte-Nathalène et Saint-Vincent-le-Paluel

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 31/03/1999
  • pSIC : dernière évolution : 30/09/2015
  • SIC : Première publication au JO UE : 07/12/2004
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 09/12/2016
  • ZSC : premier arrêté : 29/12/2016
  • ZSC : Dernier arrêté : 29/12/2016
Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 1,28088 (E 1°16'51'')
  • Latitude : 44,89091 (N 44°53'27'')
Superficie : 428 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 120 m.
  • Max : 267 m.
  • Moyenne : 0 m.
Régions biogéographiques :
Atlantique : 100%

REGION : AQUITAINE
DEPARTEMENT : Dordogne (100%)
COMMUNES : Proissans, Saint-Crépin-et-Carlucet, Sainte-Nathalène, Saint-Vincent-le-Paluel.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Forêts caducifoliées 52%
Forêts sempervirentes non résineuses 30%
Pelouses sèches, Steppes 7%
Landes, Broussailles, Recrus, Maquis et Garrigues, Phrygana 3%
Forêts de résineux 1%
Autres terres arables 1%
Autres terres (incluant les Zones urbanisées et industrielles, Routes, Décharges, Mines) 1%
Forêt artificielle en monoculture (ex: Plantations de peupliers ou d'Arbres exotiques) 0%
Prairies semi-naturelles humides, Prairies mésophiles améliorées 0%
Rochers intérieurs, Eboulis rocheux, Dunes intérieures, Neige ou glace permanente 0%
Zones de plantations d'arbres (incluant les Vergers, Vignes, Dehesas) 0%

Autres caractéristiques du site

Site éclaté en plusieurs entités distinctes situées sur coteaux calcaires où les boisements dominent.

Les calcaires hétérogènes du crétacé ont façonné ce territoire. Les érosions successives de ces matériaux ont créé une topographie à fortes amplitudes altimétriques et parfois accidentée. Sur ces sols peu riches, ce sont les taillis de Chênes et de Châtaigniers qui se développent sur les coteaux et les collines.
Le calcaire du jurassique peu présent en affleurement sur le site est caractéristique des formations du Haut Quercy qui se prolongent à l'Est du département de la Dordogne formant ainsi les Causses périgourdins. 

Qualité et importance

Site constitué de coteaux calcaires très boisés avec présence très localisé et de superficie restreinte de complexe d'habitats naturels ouverts et semi-ouverts (pelouses sèches, landes, fructicées) dépendants d'activité agricoles anciennes aujourd'hui abandonnées.

-Formations de Chênaies vertes xérothermophiles (Quercion ilicis). Un des traits les plus remarquables de la végétation est la sempervirence de beaucoup des espèces structurant l'habitat : le Chêne vert y est toujours l'arbre dominant de la strate arborée, parfois à l'exclusion de toute autre espèce ligneuse. Pour éviter la concurrence du Chêne pubescent, optimal sur tous les sols calcaires de la région, la chênaie verte se cantonne dans des secteurs où le substratum calcaire affleurant est recouvert d'une mince couche de sol superficiel, en exposition chaude (Sud/Sud-Ouest).  Dans certaines situations moins xéro-thermophiles (sols un peu plus profonds, exposition moins favorable), la chênaie verte est plus ou moins introgressée par des éléments de la chênaie thermophile.

-Formation de pelouses xérophiles rocailleuses, sur pentes relativement importantes, à tendance méditerranéo-montagnarde des marges septentrionales du bassin aquitain. Les habitats de pelouse abritent de nombreuses espèces floristiques patrimoniales, rares ou protégées (niveau départementale et régionale), parmi lesquelles Iberis amara et Leuzea conifera.

Vulnérabilité

L’abandon des pratiques agricoles traditionnelles, notamment le pastoralisme, constitue la principale menace pour le site. Les habitats de pelouses sont également menacés de destruction directe par des changements d’utilisation du sol (intensification, plantations, travail du sol, par les truffières notamment).