Logos SINP

FR7200717 - Zones humides de l'arrière dune du Marensin

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : mai 2019.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 12/12/17 (à partir de la base : septembre 2016)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR7200717

Compilation : 30/11/1995

Mise à jour : 18/03/2015

Appelation du site : Zones humides de l'arrière dune du Marensin

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 31/07/2003
  • pSIC : dernière évolution : 31/05/2016
  • SIC : Première publication au JO UE : 07/12/2004
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 12/12/2017
  • ZSC : premier arrêté : 05/04/2016
  • ZSC : Dernier arrêté : 05/04/2016
Texte de référence
Arrêté de création du 05 avril 2016 portant décision du site Natura 2000 Zones humides de l'arrière dune du Marensin (zone spéciale de conservation)

Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : -1,34740 (W 1°20'50'')
  • Latitude : 43,75861 (N 43°45'30'')
Superficie : 1 616 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 0 m.
  • Max : 50 m.
  • Moyenne : 0 m.
Régions biogéographiques :
Atlantique : 100%

REGION : AQUITAINE
DEPARTEMENT : Landes (100%)
COMMUNES : Azur, Herm, Magescq, Seignosse, Soustons, Tosse, Vieux-Boucau-les-Bains.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes) 49%
Forêts caducifoliées 30%
Marais (vegetation de ceinture), Bas-marais, Tourbières, 13%
Prairies semi-naturelles humides, Prairies mésophiles améliorées 3%
Landes, Broussailles, Recrus, Maquis et Garrigues, Phrygana 2%
Forêts de résineux 1%
Autres terres (incluant les Zones urbanisées et industrielles, Routes, Décharges, Mines) 1%
Agriculture (en général) 0%

Autres caractéristiques du site

Le site se situe sur une vaste plaine sableuse, sans relief saillant jusqu’au cordon dunaire. L’altitude varie de 15-20 m vers l’ouest a plus de 80 m dans la partie la plus orientale. Le site est soumis aux masses d’air humide venant de l’Océan Atlantique et bénéficie de ce fait d’un climat océanique doux et humide. Le secteur est l’un des plus riches en eaux souterraines en France, le sous-sol se trouve traversé par une nappe phréatique libre et continue, souvent très proche de la surface. La nappe des sables est alimentée essentiellement par l’infiltration directe des précipitations.  Les étangs côtiers du Marensin se caractérisent par un état avancé d’eutrophisation. Les problématiques des espèces végétales invasives et du comblement sont arrivés a un stade préoccupant vis-a-vis des usages et des activités humaines. Les cours d’eau côtiers drainent, assez mal au demeurant, de petits bassins versants domines par l’activité forestière.

Qualité et importance

Le site s’étend sur 1 616 hectares en une succession de milieux imbriqués et interdépendants : dunes, étangs littoraux et leurs marais et marécages associés, forêts-galeries, tourbières. Situé dans le territoire du massif forestier gascon caractérisé par son sol sableux et sa forêt de pins maritimes, ce site est boisé à plus de 40 %. Plusieurs espèces animales rares trouvent un biotope favorable dans ces différents habitats. C’est le cas de la Cistude d’Europe, du Vison d’Europe, de la Cordulie à corps fin. Le site accueille une avifaune riche tant en halte migratoire que pour la nidification. Au printemps, le Blongios nain, un petit héron d’une trentaine de centimètres de haut en fort déclin en France et en Europe, revient d’Afrique pour nicher dans les marais bordant les étangs. En ce qui concerne la flore, le Flûteau nageant est également une espèce emblématique du site. Ces zones humides procurent au territoire son identité paysagère et socioculturelle. Enfin, les étangs accueillent les activités traditionnelles comme la chasse ou la pêche, et également les loisirs de plein air et sont le lieu de développement d’activités touristiques.

Vulnérabilité

Les milieux rivulaires très fragiles supportent mal la pression des activités humaines. La position de bourgs touristiques au plus prés des zones humides et des cours d’eau implique une attention particulière sur les processus d’extension urbaine, même si les zones humides profitent des difficultés à être aménagées.  Les activités sylvicoles, agricoles et de loisirs sont présentes sur le site ; en restant attentif celles-ci sont conciliables avec la protection du site et indispensable au développement durable du territoire.