Logos SINP

FR7200747 - Massif du Layens

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : mai 2019.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 12/12/17 (à partir de la base : septembre 2016)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR7200747

Compilation : 30/11/1995

Mise à jour : 11/12/2017

Appelation du site : Massif du Layens

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 30/09/2002
  • pSIC : dernière évolution : 30/09/2002
  • SIC : Première publication au JO UE : 22/12/2003
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 22/12/2003
  • ZSC : premier arrêté : 22/07/2014
  • ZSC : Dernier arrêté : 22/07/2014
Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : -0,64417 (W 0°38'39'')
  • Latitude : 43,05250 (N 43°03'9'')
Superficie : 5 613 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 400 m.
  • Max : 1 600 m.
  • Moyenne : 0 m.
Régions biogéographiques :
Alpine : 100%

REGION : AQUITAINE
DEPARTEMENT : Pyrénées-Atlantiques (100%)
COMMUNES : Asasp-Arros, Issor, Lourdios-Ichère, Osse-en-Aspe, Sarrance.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Forêts caducifoliées 46%
Prairies semi-naturelles humides, Prairies mésophiles améliorées 21%
Landes, Broussailles, Recrus, Maquis et Garrigues, Phrygana 17%
Pelouses alpine et sub-alpine 7%
Pelouses sèches, Steppes 5%
Rochers intérieurs, Eboulis rocheux, Dunes intérieures, Neige ou glace permanente 2%
Marais (vegetation de ceinture), Bas-marais, Tourbières, 1%
Autres terres (incluant les Zones urbanisées et industrielles, Routes, Décharges, Mines) 1%

Autres caractéristiques du site

Massif montagneux sur socle calcaire avec une succession de vallées orientées E/W.
Les adrets en pelouse ou bocage selon l'altitude, les ubacs en forêt.

Les habitats forestiers représentent plus d’un tiers des milieux cartographiés. La vocation pastorale est évidente puisque les formations herbacées (ourlets, mégaphorbiaies, prairies et pelouses) constituent les habitats dominants sur le site. 
Une particularité est à souligner : Les formations végétales « Ourlets et mégaphorbiaies » occupent une surface de territoire relativement importante (728 ha). Or, ces milieux particuliers sont caractéristiques d’une dynamique évolutive des milieux et des paysages. Ils traduisent ici la déprise agropastorale du massif.

Qualité et importance

Massif de montagne moyenne exploitée par le pastoralisme.
Les pelouses (6230) et forêts (9120) évoluant sur des sols acides représentent avec les pelouses calcicoles les principaux habitats naturels d’intérêt communautaire du site. Les pelouses sèches calcicoles représentent l’habitat d’intérêt communautaire dominant sur le site. Cette dominance est d’autant plus marquée qu’elle intègre les faciès d’embroussaillement ou d’ourlet thermophiles, si ces derniers sont directement en dynamique avec ces pelouses. La part importante de ces habitats de pelouses sur le site et leurs états de conservation globalement défavorable (pour 40 % d’entre eux) traduit la mutation du paysage et des écosystèmes.
Les autres habitats naturels d’intérêt communautaire occupent de très faible surface et sont minoritaires sur le site. Ils constituent cependant des entités écologiques fragiles constituant la biodiversité intrinsèque du site, dont la valeur à l’échelle Européenne est très importante.

Le site recèle d’une formidable richesse écologique. La majorité des taxons (habitats, faune, flore) a un niveau de classification d’enjeu relativement important, qui s’explique par différentes raisons :
- d’une part, le site est en zone de montagne. Or la faune et la flore de montagne constituent une
biodiversité relictuelle et fragile qu’il est important de prendre en compte.
- d’autre part, la situation occidentale du site, au carrefour du biome Atlantique et Alpin, amplifie l’originalité de biodiversité intrinsèque des éléments écologiques du Haut Béarn. La richesse en éléments endémiques et sub-endémiques, traduit un degré de rareté important à l’échelle de notre planète. Ces éléments très particuliers ont des aires d’occurrence très réduites qui marquent la forte responsabilité du site dans la préservation de ces écosystèmes.

Vulnérabilité

Moyenne et subordonnée à la déprise pastorale