Logos SINP

FR7200753 - Forêt d'Iraty

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : octobre 2018.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 12/12/17 (à partir de la base : septembre 2016)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR7200753

Compilation : 30/11/1995

Mise à jour : 01/08/2017

Appelation du site : Forêt d'Iraty

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 30/09/2002
  • pSIC : dernière évolution : 30/09/2002
  • SIC : Première publication au JO UE : 22/12/2003
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 22/12/2003
  • ZSC : premier arrêté : 14/10/2014
  • ZSC : Dernier arrêté : 14/10/2014
Texte de référence
Arrêté de création du 14 octobre 2014 portant décision du site Natura 2000 Forêt d'Iraty (zone spéciale de conservation)

Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : -1,07507 (W 1°04'30'')
  • Latitude : 43,03008 (N 43°01'48'')
Superficie : 2 500 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 900 m.
  • Max : 1 500 m.
  • Moyenne : 1 200 m.
Régions biogéographiques :
Alpine : 100%

REGION : AQUITAINE
DEPARTEMENT : Pyrénées-Atlantiques (100%)
COMMUNES : Larrau, Lecumberry, Mendive.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Forêts caducifoliées 68%
Landes, Broussailles, Recrus, Maquis et Garrigues, Phrygana 13%
Pelouses sèches, Steppes 13%
Prairies semi-naturelles humides, Prairies mésophiles améliorées 2%
Marais (vegetation de ceinture), Bas-marais, Tourbières, 1%
Pelouses alpine et sub-alpine 0%
Autres terres (incluant les Zones urbanisées et industrielles, Routes, Décharges, Mines) 0%
Zones de plantations d'arbres (incluant les Vergers, Vignes, Dehesas) 0%
Rochers intérieurs, Eboulis rocheux, Dunes intérieures, Neige ou glace permanente 0%
Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes) 0%
Forêt artificielle en monoculture (ex: Plantations de peupliers ou d'Arbres exotiques) 0%

Autres caractéristiques du site

Le massif forestier d’Iraty est essentiellement établi sur des schistes et grès, grauwackes, des poudingues de Mendibelza et dans une bien moindre mesure, sur des calcaires lessivés, des éboulis et des alluvions récentes. La végétation qui s’exprime est majoritairement acidiphile voire hyperacidiphile. Toute la série de la hêtraie acidiphile est représentée des pelouses aux hêtraies en passant par les landes. La Forêt d’Iraty est traversée par un réseau hydrographique orienté Nord/Sud, notamment par l’Iraty ou Iratiko erreka. Après avoir pris sa source en France, ce cours d’eau poursuit sa route sur le versant espagnol des Pyrénées et alimente le bassin versant de l’Ebre. Sur ce massif forestier de moyenne montagne, la forêt occupe 68,3 % de la surface du site et constitue le principal élément du paysage. Deux autres grandes catégories d’habitats, à l’opposé l’un de l’autre, donnent d’autres teintes particulières au paysage : les habitats calcaires thermophiles situés au sud du massif et les habitats humides, notamment les milieux tourbeux qui parsèment la forêt d’Iraty.

Qualité et importance

Les surfaces cartographiées sur la forêt d’Iraty représentent 2453 ha et compte 34 habitats naturels élémentaires. Parmi ces derniers, 14 habitats naturels d’intérêt communautaire regroupés en 11 habitats génériques recouvrent 95,5 % du territoire dont 2 habitats sont prioritaires : les pelouses acidiphiles thermo-atlantiques et les végétations de tourbières hautes actives. La Forêt d’Iraty abrite des espèces d’intérêt communautaire caractéristiques des vielles forêts comme Rhysodes sulcatus et Rosalia alpina mais aussi des espèces des cours d’eau comme Galemys pyrenaicus et Lutra lutra. Le recouvrement des zones humides au sens large (comprenant bas et haut marais, prairies, landes et boisement humides) mérite d’être souligné même s’il n’atteint que 2,3 % car il est l’un des complexes tourbeux les plus étendus sur les massifs de Haute Soule et du Barétous. La mosaïque de milieux et d’habitats naturels constitue un terrain de chasse et d’alimentation privilégié pour les chiroptères.

Vulnérabilité

Le degré de conservation des habitats d’intérêt communautaire est globalement moyen. Il peut être lié à une gestion passée comme la sylviculture telle qu’elle fut pratiquée dans la première moitié du 20ème siècle. Elle est aussi le résultat d’une gestion et d’une évolution plus contemporaines des pratiques et des activités agropastorales : une augmentation des pressions de pâturage sur certains secteurs, généralement les plus accessibles et les plus productifs, et à l’inverse une déprise sur d’autres plus difficiles d’accès et souvent déjà en cours d’embroussaillement. Dans le premier cas, on assiste à une évolution régressive des habitats comme par exemple l’eutrophisation des milieux tourbeux (prairies et bas marais acidiphiles envahis par le Jonc diffus). Dans le second on observe une évolution progressive qui conduit au boisement naturel des surfaces agropastorales (pelouses et landes).