Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

FR7212001 - Site d'Arjuzanx

Site de la directive "Oiseaux"

Base de référence : mai 2019.

Identification du site

Type : A (ZPS)

Code du site : FR7212001

Compilation : 31/03/2001

Mise à jour : 27/09/2017

Appelation du site : Site d'Arjuzanx

Dates de désignation / classement :

  • ZPS : Premier arrêté : 18/10/2002
  • ZPS : Dernier arrêté : 08/01/2019
Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : -0,86397 (W 0°51'50'')
  • Latitude : 43,98708 (N 43°59'13'')
Superficie : 2 123 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 40 m.
  • Max : 60 m.
  • Moyenne : 50 m.
Régions biogéographiques :
Atlantique : 100%

REGION : AQUITAINE
DEPARTEMENT : Landes (100%)
COMMUNES : Arjuzanx, Morcenx, Rion-des-Landes, Villenave.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes) 22%
Forêts mixtes 20%
Prairies ameliorées 15%
Pelouses sèches, Steppes 12%
Landes, Broussailles, Recrus, Maquis et Garrigues, Phrygana 11%
Autres terres (incluant les Zones urbanisées et industrielles, Routes, Décharges, Mines) 8%
Forêt artificielle en monoculture (ex: Plantations de peupliers ou d'Arbres exotiques) 5%
Forêts caducifoliées 5%
Marais (vegetation de ceinture), Bas-marais, Tourbières, 2%

Autres caractéristiques du site

Ancien site d'extraction de lignite, à ciel ouvert où les travaux de renaturation et les dynamiques naturelles ont favorisé l'émergence d'habitats naturels adaptés à l'accueil de nombreuses espèces animales et végétales rares ou menacées.
Le site est notamment devenu le plus grand site français d’hivernage des Grues cendrées. 

Qualité et importance

Ancienne mine réhabilité, le site d'Arjuzanx résulte d'une importante activité
anthropique. Cependant, les caractéristiques écologiques du site (présence de
nombreux et vastes plans d'eau, substrats parfois argileux, parfois sableux...) ainsi
que son statut de protection depuis 1983 (Réserve Ministérielle puis Réserve
Nationale de Chasse et de Faune sauvage) ont permis l'implantation assez rapide
d'une faune et d'une flore très particulières qui lui confèrent un intérêt de premier
ordre.
La réserve d'Arjuzanx accueille 138 espèces d'oiseaux, dont 61 nicheuses et 64
hivernantes. Elle constitue le premier site d'hivernage des Grues cendrées en France.
D'autres espèces contribuent également à l'intérêt ornithologique du site : on y
trouve par exemple deux espèces de busards (Busard des roseaux et Busard Saint-
Martin) ou encore le Ciracète Jean-le-Blanc. D'anciens fronts de taille hébergent des
colonies de Guêpiers d'Europe (le site se situe en limite de répartition Nord pour la
reproduction de cette espèce). Il convient de noter la reproduction de la Sarcelle
d'hiver et du Fuligule milouin, espèces dont l'aire de nidification est restreinte en
France. C'est aussi un site d'importance majeure pour les passereaux de milieu
steppique et paludicole : Pie Grièche écorcheur, Bruant Proyer, Pipit Rousseline,
Fauvette Pitchou, Rouserolles, Phragmite des joncs... Le site constitue aussi une
importante zone de reproduction de l'Engoulevent d'Europe.
Parmi les autres espèces de faune, il convient de noter la présence de la Loutre sur le
réseau hydrographique qui traverse le Site et l'importance des populations de Fadet
des Laîches (une des espèces de lépidoptères les plus menacées d'Europe).
Par ailleurs le site présente de nombreux habitats et très diversifiés, abritant une
flore peu commune et protégée : dans les milieux faiblement exondés, le Lycopode
des tourbières ; sur les bords des plans d'eau, la Pilulaire à globules, les Droseras ou
encore le Rhynchospore brun ; sur les pelouses sèches, le Sérapia à petites fleurs ou
le lotier à feuilles tenues.

Vulnérabilité

Le statut de protection (Réserve Nationale de Chasse et de Faune Sauvage) et les restrictions d'accès (accès uniquement autorisé dans le cadre de visites guidées accompagnées) ont permis une limitation des pressions anthropiques.
Les seules existantes sont liées aux opérations de gestion (régulation d'espèces nuisibles...) et d'accueil du public mises en oeuvre par le gestionnaire.

Les plantations de pins maritimes, la colonisation arborée des landes et de certaines mares constituent des risques en cours de maîtrise.