Logos SINP

FR7300909 - Zone centrale du causse de Gramat

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : octobre 2018.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 12/12/17 (à partir de la base : septembre 2016)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR7300909

Compilation : 31/01/1996

Mise à jour : 20/03/2018

Appelation du site : Zone centrale du causse de Gramat

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 31/05/2002
  • pSIC : dernière évolution : 30/07/2008
  • SIC : Première publication au JO UE : 07/12/2004
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 22/12/2009
  • ZSC : premier arrêté : 29/11/2011
  • ZSC : Dernier arrêté : 29/11/2011
Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 1,66556 (E 1°39'56'')
  • Latitude : 44,67056 (N 44°40'14'')
Superficie : 6 413 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 303 m.
  • Max : 463 m.
  • Moyenne : 368 m.
Régions biogéographiques :
Atlantique : 100%

REGION : MIDI-PYRÉNÉES
DEPARTEMENT : Lot (100%)
COMMUNES : Bastit, Caniac-du-Causse, Durbans, Labastide-Murat, Lunegarde, Montfaucon, Quissac, Reilhac.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Forêts caducifoliées 39%
Pelouses sèches, Steppes 35%
Autres terres arables 20%
Landes, Broussailles, Recrus, Maquis et Garrigues, Phrygana 4%
Autres terres (incluant les Zones urbanisées et industrielles, Routes, Décharges, Mines) 2%

Autres caractéristiques du site

Secteur de plateau calcaire formé de calcaires jurassiques durs, à relief karstique superficiel et souterrain particulièrement remarquable (très nombreux lapiaz, dolines, gouffres).
Couverture boisée importante essentiellement constituée par la chênaie pubescente calcicole subméditerranéenne, mais comprenant de façon localisée (versants de dolines) deux types forestiers à tonalité médioeuropéenne et submontagnarde marquée: tillaie calcicole, dont l'éventuelle affiliation au Tilienion platyphyllis (habitat prioritaire) reste à confirmer, et chênaie-charmaie calcicole.
Important réseau de haies et de murets de pierres sèches participant de façon essentielle à la biodiversité des milieux ouverts.
Ensemble de petits points d'eau ne couvrant qu'un très faible pourcentage de la surface du site, mais à rôle écologique essentiel en milieu caussenard : abreuvement de la faune supérieure (entre autres chiroptères de l'annexe II), site de reproduction des batraciens, habitat d'espèces végétales et animales aquatiques ou amphibies.
Nota : pour le pourcentage de couverture par classe d'habitat, dans la mesure où ce pourcentage est calculé d'après sa surface en projection horizontale, les rochers intérieurs verticaux apparaissent très sous-estimés par rapport à la réalité.
Il en est de même pour le milieu souterrain dont le développement linéaire est estimé à 4.7 km sur le site.

Qualité et importance

Ensemble important de pelouses sèches pâturées, correspondant souvent à une mosaïque d'habitats prioritaires de l'annexe I : groupements des Brometalia riches en orchidées (19 espèces recensées en pelouse, dont Orchis provincialis et Orchis coriophora ssp fragrans) et abritant diverses autres plantes remarquables (Sideritis guillonii ssp guillonii, Ornithogalum monticola) , groupements du Thero-Brachypodion hébergeant la franco-ibérique protégée : Arenaria controversa, pelouses de l'Alysso-Sedion, abritant localement Poa badensis, ici en aire disjointe.
Riche entomofaune de pelouse à affinité méridionale ou orophile, comprenant diverses espèces remarquables d'orthoptères (Stenobothrus nigromaculatus, Arcytera fusca, Oedalus decorus), de lépidptères (Brenthis hecate, Chazara briseis, Polyommatus dorylas) et de coléoptères (Cyrtonus dufouri, Chrysolina femoralis, Chrysolina obscurella). Groupes de chênes pluriséculaires ayant déjà livré quelques coléoptères remarquables (Potosia opaca, Purpuricenus globulicollis) et abritant Limoniscus violaceus.
Chiroptérofaune diversifée (12 espèces recensées dont 7 de l'annexe II), dont l'importance numérique reste à préciser. Importante population de Lézard ocellé.

Vulnérabilité

Risques localisés de dégradation des pelouses par surpâturage.
Régression des pelouses et junipéraies ouvertes par abandon pastoral (fermeture du milieu) ou au contraire par intensification agricole (conversion en prairies temporaires ou en cultures).
Risques d'abattage des vieux arbres creux et risques de dégradation ou de destruction d'habitats forestiers sensibles par coupe rase ou défrichement.
Dégradation des points d'eau par absence d'entretien ou par des opérations de curage radicales.
Surfréquentation du milieu souterrain. Développement croissant des chasses clôturées. Impact prévisible de réaménagements routiers.