Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

FR7300912 - Moyenne vallée du Lot inférieure

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : décembre 2019.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 28/11/19 (à partir de la base : octobre 2018)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR7300912

Compilation : 31/01/1996

Mise à jour : 20/03/2018

Appelation du site : Moyenne vallée du Lot inférieure

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 31/12/1998
  • pSIC : dernière évolution : 30/09/2012
  • SIC : Première publication au JO UE : 07/12/2004
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 07/11/2013
  • ZSC : premier arrêté : 13/07/2016
  • ZSC : Dernier arrêté : 13/07/2016
Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 1,64417 (E 1�38'39'')
  • Latitude : 44,48250 (N 44�28'57'')
Superficie : 2 554 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 118 m.
  • Max : 362 m.
  • Moyenne : 239 m.
Régions biogéographiques :
Atlantique : 100%

REGION : MIDI-PYRÉNÉES
DEPARTEMENT : Lot (100%)
COMMUNES : Arcambal, Bouziès, Cénevières, Crégols, Esclauzels, Saint-Cirq-Lapopie, Saint-Géry, Saint-Martin-Labouval, Tour-de-Faure, Vers.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Forêts caducifoliées 53%
Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes) 10%
Forêt artificielle en monoculture (ex: Plantations de peupliers ou d'Arbres exotiques) 9%
Pelouses sèches, Steppes 7%
Landes, Broussailles, Recrus, Maquis et Garrigues, Phrygana 5%
Autres terres arables 4%
Autres terres (incluant les Zones urbanisées et industrielles, Routes, Décharges, Mines) 4%
Forêts sempervirentes non résineuses 3%
Rochers intérieurs, Eboulis rocheux, Dunes intérieures, Neige ou glace permanente 2%
Prairies semi-naturelles humides, Prairies mésophiles améliorées 1%
Forêts mixtes 1%
Marais (vegetation de ceinture), Bas-marais, Tourbières, 0%

Autres caractéristiques du site

Vallée assez large à nombreux méandres, encaissée dans des sédiments calcaires jurassiques durs. Couverture boisée importante en versant, largement dominée par la chênaie pubescente subméditerranéenne.
Environ 20 km linéaires de falaises.

Qualité et importance

La situation géographique, la géologie et la climatologie du site lui confèrent une très grande variété de milieux, très diversifiés selon les étages : milieux aquatiques, milieux alluviaux, habitats rocheux et grottes, pelouses sèches et landes.

A chaque étage correspond une flore et une faune particulière. La rivière Lot abrite plusieurs espèces d'intérêt communautaire (Lamproie de Planer, Toxostome, Odonates) ainsi que des boisements alluviaux et des prairies humides. Sur les versants, on dénombre plusieurs habitats naturels d'intérêt communautaire liés aux falaises, éboulis et pentes. Plusieurs rapaces inscrits à la directive oiseaux sont également présents. La périphérie du site comprend enfin une zone de plateaux calcaires présentant une mosaïque de milieux naturels (pelouses sèches, landes, points d'eau ...) qui hébergent à leur tour une flore et une faune endémiques à ce type de milieux.

L'intérêt patrimonial du site réside essentiellement dans cette grande diversité de milieux remarquables. Les inventaires réalisés dans le cadre du Docob ont ainsi révélé la présence de 17 habitats naturels et de 19 espèces animales d'intérêt communautaire.

Parmi la faune souterraine, 9 espèces de chauves-souris relevant de la directive habitat ont été inventoriées, soit plus de 80 % des espèces communautaires représentées en ex-Midi-Pyrénées.

Vulnérabilité

La vulnérabilité de la rivière Lot dépend essentiellement des facteurs susceptibles d'impacter la qualité physico-chimique du cours d'eau ou de perturber son régime hydrologique (pollutions, production hydroélectrique, tourisme fluvial, irrigation…).
La bonne conservation des habitats et des espèces liés à la rivière dépend de leur prise en compte dans la gestion de ces pratiques et activités.

La vulnérabilité des milieux ouverts de la zone de causses calcaires est directement liée à la déprise agricole qui conduit à la fermeture des milieux. Le maintien des pratiques agropastorales extensives est essentiel à la préservation de ces milieux et des espèces patrimoniales qui y sont associées.

Les habitats rocheux et les grottes restent relativement peu vulnérables. La fréquentation humaine actuelle est limitée et les pratiques sont encadrées. Il convient néanmoins d'éviter toute sur fréquentation et de poursuivre les actions de sensibilisation à la fragilité de ces milieux.