FR7300926 - Ossoue, Aspé, Cestrède

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : juin 2020.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 28/11/19 (à partir de la base : octobre 2018)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR7300926

Compilation : 31/01/1996

Mise à jour : 31/10/2005

Appelation du site : Ossoue, Aspé, Cestrède

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 31/05/2002
  • pSIC : dernière évolution : 31/05/2002
  • SIC : Première publication au JO UE : 22/12/2003
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 22/12/2003
  • ZSC : premier arrêté : 04/05/2007
  • ZSC : Dernier arrêté : 04/05/2007
Texte de référence
Arrêté de création du 04 mai 2007 portant décision du site Natura 2000 Ossoue, Aspé, Cestrède (zone spéciale de conservation)

Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : -0,05417 (W 0�03'15'')
  • Latitude : 42,76167 (N 42�45'42'')
Superficie : 5 226 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 1 440 m.
  • Max : 2 968 m.
  • Moyenne : 2 113 m.
Régions biogéographiques :
Alpine : 100%

REGION : MIDI-PYRÉNÉES
DEPARTEMENT : Hautes-Pyrénées (100%)
COMMUNES : Gavarnie-Gèdre.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Pelouses alpine et sub-alpine 43%
Rochers intérieurs, Eboulis rocheux, Dunes intérieures, Neige ou glace permanente 33%
Landes, Broussailles, Recrus, Maquis et Garrigues, Phrygana 17%
Pelouses sèches, Steppes 4%
Forêts de résineux 1%
Forêts caducifoliées 1%
Forêts mixtes 1%
Prairies semi-naturelles humides, Prairies mésophiles améliorées 0%
Marais (vegetation de ceinture), Bas-marais, Tourbières, 0%
Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes) 0%

Autres caractéristiques du site

Les vallons d'Ossoue, d'Aspé et de Cestrède, qui composent l'ensemble du site Natura 2000, sont drainés chacun par un gave portant leur nom, qui s'écoule d'Ouest en Est et se jette dans le gave de Pau. 
Bien que soumis à un climat de type océanique montagnard, ce territoire d'altitude est situé dans un carrefour bioclimatique entre les domaines alpin, atlantique, méditerranéen et continental. De plus, l'altitude, l'exposition  et les situations d'abri dues aux versants constituent autant de facteurs de variabilité à l'origine de l'étagement de la végétation mais aussi d'un usage différencié du territoire par ses habitants. 
Si ces trois vallons reposent sur un substrat calcaire, des formations siliceuses plus anciennes sont visibles au niveau des sommets les plus élevés. Des éboulis acides peuvent ainsi être présents localement et couvrir le calcaire pourtant dominant. Une végétation caractéristique de la haute montagne pyrénéenne sur calcaire ainsi que des groupements plus acidiphiles sur les formations siliceuses peuvent ainsi se côtoyer sur le site. La  dominance de milieux ouverts, qu'il s'agisse de milieux rocheux ou de pelouses d'altitude, est caractéristique de ce site. 
Les caractéristiques physiques de ce site d'altitude lui confèrent une variabilité importante, qui aura des répercussions tant au niveau des milieux naturels et des espèces, que du point de vue des activités humaines. 

Qualité et importance

Cirque glaciaire, présence de rochers souterrains et moraines. 
Végétation caractéristique de la haute-montagne pyrénéenne sur calcaire.
Pineraie à crochets remarquables sur calcaire, stations à végétation de type oroméditerranéen.
Espèces végétales endémiques, subendémiques, à aire disjointe ou en limite d'aire nombreuses.
L'importance du site est liée à la forte représentativité d'habitats naturels de l'annexe I, notamment des milieux de pelouses. Des espèces endémiques comme le Lézard montagnard pyrénéen et le desman constituent également un fort enjeu de conservation.

N.B. : Le Bouquetin des pyrénées a disparu de ce site.

Vulnérabilité

La vulnérabilité du site repose sur son étroite dépendance à l'activité pastorale. Les milieux de pelouses qui concentrent l'intérêt sur ce site ne peuvent être préservés qu'à l'aide d'une activité pastorale raisonnée.
Les espèces aquatiques des annexes II et IV (Desman et Euprocte) constituent les espèces les plus vulnérables sur le site, en lien avec les activités hydroélectrique et halieutiques.