Logos SINP

FR7300951 - Forêt de la Grésigne

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : mai 2019.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 12/12/17 (à partir de la base : septembre 2016)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR7300951

Compilation : 31/01/1996

Mise à jour : 31/05/2011

Appelation du site : Forêt de la Grésigne

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 31/05/2002
  • pSIC : dernière évolution : 30/03/2003
  • SIC : Première publication au JO UE : 07/12/2004
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 07/12/2004
  • ZSC : premier arrêté : 04/05/2007
  • ZSC : Dernier arrêté : 04/05/2007
Texte de référence
Arrêté de création du 04 mai 2007 portant décision du site Natura 2000 Forêt de la Grésigne (zone spéciale de conservation)

Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 1,75194 (E 1°45'06'')
  • Latitude : 44,02528 (N 44°01'31'')
Superficie : 3 604 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 200 m.
  • Max : 490 m.
  • Moyenne : 316 m.
Régions biogéographiques :
Atlantique : 100%

REGION : MIDI-PYRÉNÉES
DEPARTEMENT : Tarn (100%)
COMMUNES : Castelnau-de-Montmiral, Larroque, Puycelsi.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Forêts caducifoliées 90%
Forêts de résineux 6%
Autres terres (incluant les Zones urbanisées et industrielles, Routes, Décharges, Mines) 2%
Landes, Broussailles, Recrus, Maquis et Garrigues, Phrygana 1%
Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes) 1%

Autres caractéristiques du site

Appartenant au secteur biogéographique atlantique, forêt de plaine reposant sur un dôme de grés et de pélites du permo-trias, isolé au milieu des terrains calcaires environnants et formant un large amphithéâtre ouvert vers le sud. Caractérisée par le Chêne sessile en limite sud d'aire de répartition, avec une prédominance des chênaies-charmaies [à chêne sessile] aquitaniennes (70 % de la surface totale) et des chênaies aquitano-ligériennes sur sols lessivés ou acides (13 %). Les stations sèches sont occupées par les bois occidentaux à chêne pubescent (8 %), et les stations fraîches par les frênaies-chênaies et chênaies-charmaies aquitaniennes (3%) à chêne pédonculé. Présence du hêtre en mélange sur certaines stations avec le chêne sessile : chênaies-charmaies [à chêne sessile et hêtre] aquitaniennes (5%), chênaies [et hêtraies-chênaies] ibéro-atlantiques acidiphiles (1 %). Enfin présence marginale de 2 habitats annexe II : forêts de frêne et d'aulne des ruisselets et des sources (0,60 ha), et forêts supraméditerranéennes françaises de chêne vert (0,40 ha).

Qualité et importance

Exceptionnelle richesse entomologique qui place la Forêt de Grésigne au 3° rang européen en nombre absolu de coléoptères (2 380 espèces recensées), derrière la forêt de Fontainebleau, et la réserve de Bialowecja, avec notamment des espèces de coléoptères saproxyliques à forte valeur patrimoniale comme Limoniscus violaceus (connu sur 11 sites au niveau européen dont 7 en France), Aesalus scarabaeoides, Akimerus schaefferi, Eurythyrea quercus,… caractéristiques de la phase de sénescence et dépérissement des arbres.
Remarquable richesse en Chiroptères qui utilisent la forêt comme terrain de chasse : 20 espèces contactées sur un total de 24 présentes en Midi-Pyrénées (et 31 au niveau national), dont 8 inscrites en annexe II de la directive Habitats (Grand et Petit rhinolophe, Barbastelle, Minioptère de Schreibers, Grand et Petit murin, Vespertillon de Beichstein, Vespertillon à oreilles échancrées).
Présence également de l'Aigle botté, du Ciracaëte, du Pic mar (inventaires en cours). D'autres groupe seraient à étudier (amphibiens).  

Remarque : la surface retenue dans l'aménagement forestier est de 3530 hectares. Cette surface diffère du calcul SIG du périmètre du site Natura car 
- il s'agit d'une surface cadastrale (méthode de calcul différente),
- les maisons forestières et les terrains de service affectés, ainsi que les routes départementales ne sont pas comptabilisées (car ne font pas partie de la forêt domaniale).

Vulnérabilité

Surdensité de la population de cerf (Cervus elaphus) qui est responsable de l'abroutissement répété des jeunes semis de chêne issus de régénération naturelle, et qui compromet la pérennité même de certains peuplements.

Evolution climatique actuelle (sécheresse et chaleur) entraînant des stress hydrique chez le chêne sessile responsables de dépérissements.

Piégeages illicites de coléoptères par des collectionneurs.