Logos SINP

FR8201660 - Plateau de Montselgues

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : mai 2019.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 12/12/17 (à partir de la base : septembre 2016)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR8201660

Compilation : 31/12/1995

Mise à jour : 01/12/2018

Appelation du site : Plateau de Montselgues

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 31/03/1999
  • pSIC : dernière évolution : 28/02/2004
  • SIC : Première publication au JO UE : 07/12/2004
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 07/12/2004
  • ZSC : premier arrêté : 17/10/2008
  • ZSC : Dernier arrêté : 17/10/2008
Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 4,02111 (E 4°01'15'')
  • Latitude : 44,50972 (N 44°30'34'')
Superficie : 3 995,2 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 277 m.
  • Max : 1 144 m.
  • Moyenne : 857 m.
Régions biogéographiques :
Méditerranéenne : 33%

Continentale : 66%

REGION : RHÔNE-ALPES
DEPARTEMENT : Ardèche (100%)
COMMUNES : Malarce-sur-la-Thines, Montselgues, Sablières, Sainte-Marguerite-Lafigère.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Landes, Broussailles, Recrus, Maquis et Garrigues, Phrygana 28%
Forêts caducifoliées 28%
Forêts de résineux 18%
Pelouses sèches, Steppes 9%
Prairies semi-naturelles humides, Prairies mésophiles améliorées 4%
Prairies et broussailles (en général) 2%
Rochers intérieurs, Eboulis rocheux, Dunes intérieures, Neige ou glace permanente 2%
Forêts sempervirentes non résineuses 2%
Autres terres (incluant les Zones urbanisées et industrielles, Routes, Décharges, Mines) 1%
Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes) 0%
Cultures céréalières extensives (incluant les cultures en rotation avec une jachère régulière) 0%
Marais (vegetation de ceinture), Bas-marais, Tourbières, 0%
Forêt artificielle en monoculture (ex: Plantations de peupliers ou d'Arbres exotiques) 0%

Autres caractéristiques du site

Le site "Plateau de Montselgues" se situe dans les Cévennes ardéchoises, au sud-ouest du département de l'Ardèche, en limite avec le département de la Lozère. Il est essentiellement composé de deux entités bien marquées :
- Le plateau de Montselgues, véritable pénéplaine antétriasique constituée de granites et de grès, située entre 950 et 1150 m d'altitude,
- les pentes abruptes à l'ouest au dessus de la Borne et du ruisseau du Chamier, au sud au dessus du ruisseau de Paravis, à l'est au dessus de la rivière Thines.

Qualité et importance

Ce site compte de nombreuses tourbières à sphaignes (mais qui ne couvrent que quelques hectares), riches en espèces de libellules d'un grand intérêt biogéographique. On trouve ainsi six espèces de libellules, dont cinq figurent sur la Liste Rouge régionale et une est inscrite au Livre Rouge de la Faune d'Europe sous le statut "Vulnérable" : Aeschne paisible (Boyeria irene).

Le site comporte sur les parties les moins pentues du plateau de nombreuses prairies et pelouses d'une richesse écologique importante. ces milieux sont liés à l'activité agricole extensive pratiquée sur le plateau. Les prairies humides sont des habitats très patrimoniaux, par la diversité floristique remarquable qu'elles hébergent. les cortèges floristiques de certaines pelouses sont très riches, avec parfois plus de 30 espèces. Ces milieux ouverts sont des endroits particulièrement riches et diversifiés pour la faune, autant pour les rapaces, que pour les passereaux, les insectes et les reptiles. Cette richesse faunistique est accentuée par la présence de landes aux cortèges floristiques différents suivant la topographie et l'hygrométrie du sol.

Les forêts humides, comme les aulnaies ou les saulaies, bien que peu communes sur le site, présentent un fort intérêt patrimonial intrinsèque. Les forêts sèches, notamment les châtaigneraies, sont quant à elles beaucoup plus présentes et intéressantes vis-à-vis de la faune saproxylique et cavernicole.

Vulnérabilité

Sur les landes, les brûlages répétés trop fréquemment favorisent l'installation uniforme de la Fougère aigle et stérilisent le milieu tant au niveau agricole qu'écologique.
L'augmentation de la pression de pâturage provoque l'évolution des landes vers des nardaies stériles tant au niveau agricole qu'écologique, ou vers des pelouses à fétuques et petite oseille.
En l'absence de pratiques agricoles, les landes sont colonisées par les résineux et disparaissent.
Les tourbières sont très sensibles au drainage et à la fermeture du milieu.