Logos SINP

FR8201681 - Gervanne et rebord occidental du Vercors

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : octobre 2018.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 12/12/17 (à partir de la base : septembre 2016)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR8201681

Compilation : 31/12/1995

Mise à jour : 26/02/2016

Appelation du site : Gervanne et rebord occidental du Vercors

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 31/12/1998
  • pSIC : dernière évolution : 31/05/2016
  • SIC : Première publication au JO UE : 22/12/2003
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 12/12/2017
  • ZSC : premier arrêté : 29/12/2016
  • ZSC : Dernier arrêté : 29/12/2016
Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 5,15847 (E 5°09'30'')
  • Latitude : 44,81550 (N 44°48'55'')
Superficie : 18 150 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 218 m.
  • Max : 1 450 m.
  • Moyenne : 725 m.
Régions biogéographiques :
Alpine : 55%

Méditerranéenne : 44%

REGION : RHÔNE-ALPES
DEPARTEMENT : Drôme (100%)
COMMUNES : Beaufort-sur-Gervanne, Chaffal, Cobonne, Combovin, Eygluy-Escoulin, Gigors-et-Lozeron, Léoncel, Mirabel-et-Blacons, Montclar-sur-Gervanne, Omblèze, Plan-de-Baix, Suze.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Pelouses sèches, Steppes 50%
Forêts mixtes 15%
Forêts sempervirentes non résineuses 15%
Landes, Broussailles, Recrus, Maquis et Garrigues, Phrygana 15%
Marais (vegetation de ceinture), Bas-marais, Tourbières, 5%

Autres caractéristiques du site

Le site est localisé dans le département de la Drôme sur 2 domaines biogéographiques : 55% sur le domaine alpin et 45% sur la zone biogéographique méditerranéenne.

Qualité et importance

Le site est constitué par la vallée de la Gervanne et de la Sye, affluents de la rivière Drôme, ainsi que du rebord sud-ouest du plateau du Vercors qui la prolonge vers le nord. Partagé entre les influences alpines et méditerranéennes, ce site présente une grande richesse faunistique et floristique et des milieux très diversifiés, depuis la chênaie pubescente à buis jusqu’à l’étage montagnard (col de la Bataille et roc du Toulaud), de 200 m d‘altitude à 1450m.

L’agriculture est très diversifiée avec sur le 1/3 nord l’élevage qui prédomine, le 1/3 central étant consacré à des cultures spécialisées (vigne, plantes aromatiques, maraîchage), et le 1/3 sud à l’herbage, les céréales et l’élevage caprin.
La forêt est assez peu présente, se partageant entre la forêt méditerranéenne au sud-est et sud-ouest, et montagnarde au nord.

Ainsi sont présents 35 habitats d’intérêt communautaire dont 8 prioritaires, 18 espèces d’intérêt communautaire (de l’annexe II de la directive Habitats – Faune - Flore), toutes faunistiques, une trentaine d’espèces de l’annexe IV et une dizaine de l’annexe V de la directive Habitats – Faune - Flore.

La vallée de la Gervanne est surtout connue pour accueillir de nombreux chiroptères : 26 espèces dont 8 de l’annexe II, en particulier le Petit et le Grand Rhinolophes, les Murins à oreilles échancrées et de Bechstein, le Minioptère de Schreibers, avec une vingtaine de gîtes de reproduction et une dizaine de gîtes d’hivernage. Trois autres espèces de chauves-souris sont « potentiellement présentes », dont le Rhinolophe euryale, mais ceci nécessite d’être confirmé par des études complémentaires. 

Parmi les habitats remarquables d'intérêt communautaire, il faut citer les pelouses sèches sur calcaires, qui présentent une grande richesse en orchidées sur près d'un cinquième de la surface (habitat prioritaire 6210*).
Un des objectifs de gestion du site sera donc de maintenir le milieu ouvert dans les zones de pelouses en favorisant le pâturage.
La surface de l'habitat 3250 "Rivières permanentes méditerranéennes à Glaucium flavum" a été estimée à 15,3 hectares, correspondant aux rivières suivantes : Gervanne (29,9 km), Sye (12,5 km) et Sépie (8,6 km).

Vulnérabilité

Vulnérabilité :

Les pelouses sèches ont tendance à se fermer progressivement du fait du recul du pâturage (boisement naturel). 
Certains habitats sont sensibles au piétinement, à la destruction directe (tuffières, ripisylves...), à l’asséchement du milieu suite au drainage. 
Pour les chiroptères, les menaces potentielles sont le dérangement sur les lieux de reproduction ou d’hivernage, et les traitements phytosanitaires (destruction de la ressource alimentaire).