Logos SINP

FR8201726 - Étangs, landes, vallons tourbeux humides et ruisseaux à écrevisses de Chambaran

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : juin 2018.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 12/12/17 (à partir de la base : septembre 2016)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR8201726

Compilation : 31/12/1995

Mise à jour : 24/04/2015

Appelation du site : Étangs, landes, vallons tourbeux humides et ruisseaux à écrevisses de Chambaran

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 31/03/1999
  • pSIC : dernière évolution : 30/04/2013
  • SIC : Première publication au JO UE : 07/12/2004
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 03/12/2014
  • ZSC : premier arrêté : 26/10/2015
  • ZSC : Dernier arrêté : 26/10/2015
Texte de référence
Arrêté de création du 26 octobre 2015 portant décision du site Natura 2000 Étangs, landes, vallons tourbeux humides et ruisseaux à écrevisses de Chambaran (zone spéciale de conservation)

Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 5,17863 (E 5°10'43'')
  • Latitude : 45,28320 (N 45°16'59'')
Superficie : 2 480 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 420 m.
  • Max : 694 m.
  • Moyenne : 546 m.
Régions biogéographiques :
Continentale : 100%

REGION : RHÔNE-ALPES
DEPARTEMENT : Drôme (12%)
COMMUNES : Grand-Serre.

DEPARTEMENT : Isère (87%)
COMMUNES : Lentiol, Marnans, Roybon, Saint-Antoine-l'Abbaye, Saint-Clair-sur-Galaure, Saint-Pierre-de-Bressieux, Thodure, Viriville.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Forêts caducifoliées 78%
Forêts de résineux 10%
Prairies semi-naturelles humides, Prairies mésophiles améliorées 9%
Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes) 1%
Landes, Broussailles, Recrus, Maquis et Garrigues, Phrygana 1%
Marais (vegetation de ceinture), Bas-marais, Tourbières, 1%

Autres caractéristiques du site

Limité à l'est et au sud par la vallée de l'Isère et à l'ouest par celle du Rhône, le plateau de Chambaran est bordé au nord par la plaine de Bièvre. Faisant transition entre le sillon rhodanien et les Préalpes, ce district naturel présente un aspect de plateau incliné doucement vers l'ouest.

Qualité et importance

L'originalité de ce pays du Bas-Dauphiné réside en son substrat géologique qui n’a pas d'équivalent dans les Alpes françaises : la glaise à quartzite. Celle-ci donne des sols très pauvres, plus ou moins acides, à nappe perchée recouverts à l'état naturel par une chênaie mixte à molinie, parcourue par des vallons frais tourbeux à sphaignes et drosera. 

Cette particularité géologique liée à la position biogéographique du Chambaran, en limite d'influence atlantique, explique la présence de nombreuses plantes rares, en limite orientale de leur aire. Les espèces atlantiques trouvent refuge ici dans les prairies et landes humides issues du défrichement de la forêt et dans les vallons frais, tout comme certaines espèces montagnardes se rencontrent ici à basse altitude.

Ce site des Chambaran à cheval sur les départements de l'Isère et la Drôme en région Rhône-Alpes est remarquable pour la variété des milieux présents et des espèces inféodées.

Les étangs de plaines ont une valeur patrimoniale très forte, du fait notamment de la présence d'espèces de flore protégées au niveau national ou régional comme par exemple la Scirpe ovoïde (Eleocharis ovata), la Littorelle à une fleur (Littorella uniflora), la Boulette d'eau (Pilularia globulifera) ou le Rubanier émergé (Sparganium emersum).

Les mégaphorbiaies occupent des surfaces réduites, mais présentent un intérêt patrimonial certain. Ces formations constituent également une ressource remarquable pour les insectes (floraisons abondantes).

Les habitats forestiers sont très fortement représentés : Chênaies pédonculées (avec bouleau ou à Molinie bleue) et chênaies-charmaies.

Localement, en raison d’une alimentation en eau permanente liée le plus souvent à des sources et à un climat assez humide, l’accumulation de matière organique mal décomposée génère une accumulation de tourbe dans le sol avec l’installation de groupements végétaux spécialisés. Ces stations peuvent se situer sur pente ou en fond de vallon, elles sont facilement repérables par la présence dominante de tapis de sphaignes et de molinie.

On observe sur le plateau tous les groupements dynamiques qui conduisent de la tourbière ouverte au boisement dense :
- Tourbières hautes dégradées encore susceptibles de régénération,
- Tourbières basses acides à laiches et sphaignes,
- Saussaie tourbeuse sur sphaignes,
- Bois de Bouleau pubescent à sphaignes.

Les ripisylves de type aulnaie-frênaie forment un habitat résiduel dans les vallons humides de tête de bassin versant. Ces boisements humides présentent un fort intérêt patrimonial et jouent un rôle fondamental à plusieurs niveaux : hydrologie, morphologie des cours d’eau, paysage. 

Les milieux ouverts du champ de tir sont remarquables par la superficie de landes (lande à Callune, habitat 4030) et prairies à Molinie (habitat 6410) au sein d’un grand massif forestier. Ces milieux ouverts sont associés à des tourbières boisées en mosaïque.

Les ruisseaux à écrevisse complètent la richesse patrimoniale de ce site, l'Ecrevisse à pieds blancs étant surtout présente dans les ruisseaux de bonne qualité en tête de bassin.

Dans le cadre du LIFE "Terrains militaires", des inventaires ont été menés en 2013-2014 sur l’emprise du camp militaire de Chambaran (soit environ la moitié de la surface du site Natura 2000). Ils ont confirmé l'intérêt de ce site pour de nombreuses espèces de chauves-souris, dont 8 espèces d'intérêt communautaire.
Ces inventaires ont également permis de mettre en évidence la présence de deux insectes d'intérêt communautaire : le Lucane cerf-volant et une libellule peu fréquente en Rhône-Alpes, la Cordulie à corps fin.

Vulnérabilité

Vulnérabilité - Points essentiels :
- Qualité des eaux superficielles.
- Maintien de zones ouvertes en prairie humide ou lande.
- Maintien de l'ouverture au moins partielle des vallons à osmonde, sphaigne et drosera en conservant des zones abris pour l'écrevisse.