Logos SINP

FR8201728 - Tourbière du Grand Lemps

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : juin 2018.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 12/12/17 (à partir de la base : septembre 2016)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR8201728

Compilation : 31/12/1995

Mise à jour : 06/08/2014

Appelation du site : Tourbière du Grand Lemps

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 30/11/1997
  • pSIC : dernière évolution : 30/10/2009
  • SIC : Première publication au JO UE : 07/12/2004
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 10/01/2011
  • ZSC : premier arrêté : 20/11/2014
  • ZSC : Dernier arrêté : 20/11/2014
Texte de référence
Arrêté de création du 20 novembre 2014 portant décision du site Natura 2000 Tourbière du Grand Lemps (zone spéciale de conservation)

Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 5,41581 (E 5°24'56'')
  • Latitude : 45,43770 (N 45°26'15'')
Superficie : 786 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 486 m.
  • Max : 722 m.
  • Moyenne : 553 m.
Régions biogéographiques :
Continentale : 100%

REGION : RHÔNE-ALPES
DEPARTEMENT : Isère (100%)
COMMUNES : Bizonnes, Burcin, Châbons, Colombe, Grand-Lemps.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Cultures céréalières extensives (incluant les cultures en rotation avec une jachère régulière) 32%
Prairies ameliorées 25%
Forêts caducifoliées 25%
Autres terres (incluant les Zones urbanisées et industrielles, Routes, Décharges, Mines) 11%
Marais (vegetation de ceinture), Bas-marais, Tourbières, 6%
Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes) 1%

Autres caractéristiques du site

D'origine glaciaire, la dépression du lac du Grand Lemps s'est comblée progressivement d'argile et de tourbe, élaborant au cours des 15 000 dernières années une tourbière très originale. Le cœur du site est constitué de la tourbière et ses habitats aquatiques. Le reste du bassin versant est caractérisé par une occupation essentiellement agricole du sol avec un réseau de haies dense au Nord du territoire. Deux massifs forestiers importants, à versants pentus, bordent la tourbière au Sud et Sud-ouest ; les autres boisements sont de plus petites surfaces et sont disséminés sur l’ensemble du site. Les zones urbanisées sont concentrées sur la commune de Châbons à l’Est du site. Le linéaire routier fragmente le paysage, notamment l’autoroute qui traverse le territoire du Nord au Sud et la voie ferrée qui occupe le quart Sud-est : l’aménagement de ces infrastructures pour permettre le déplacement des populations animales constitue un enjeu de premier ordre.  

Qualité et importance

Situé à 500 m d'altitude dans la région du Bas Dauphiné appelée « Terres Froides » entre Voiron et la Tour-du-Pin (en Isère), le site de la tourbière du Grand Lemps est connu de longue date dans la communauté scientifique et naturaliste par la richesse biologique de ses milieux.

Ce complexe lacustre occupe le fond d'une dépression d'origine glaciaire d'axe sensiblement nord-sud. La plus grande partie de ce marais est couverte par une végétation de type tourbière, qui est dominée par la cladiaie et la phragmitaie. La présence de plans d'eau libre, de roselières importantes, de radeaux flottants… a permis le développement et le maintien d'une flore et d'une faune (notamment d'amphibiens et de libellules) exceptionnelles. 

La qualité des eaux, l'originalité de la faune et de la flore, l'intérêt paléo-historique que constitue le dépôt de tourbe confèrent à la tourbière du Grand Lemps un intérêt patrimonial de niveau national concrétisé par son classement en réserve naturelle nationale en décembre 1993 sur plus de 50 hectares et l'instauration d'un périmètre de protection préfectoral en périphérie de cette réserve d’une surface équivalente.

Le site abrite 12 habitats d'intérêt communautaire dont 5 prioritaires (6210, 7110, 7210, 91D0 et 91E0), ainsi que 12 espèces d'intérêt communautaire.

Sur la Tourbière du Grand Lemps, ont été notées un grand nombre d’espèces patrimoniales, notamment celles inféodées aux milieux tourbeux et aquatiques. 
La plus importante station de Rhône-Alpes de Liparis de Loesel (orchidée d’intérêt communautaire) s’y développe dans son habitat typique des bas-marais de plaine, la cladiaie. 
Les amphibiens, également espèces emblématiques du site, bénéficient des aménagements adaptés à la survie des populations (passage à petite faune pour permettre les migrations saisonnières). 

La Cistude d’Europe n’a plus été observée sur le site depuis 2004 ; le nouveau document d'objectifs (qui est en cours d’actualisation et devrait être validé fin 2014) prévoit la réalisation d’une étude de faisabilité pour la réintroduction de cette tortue terrestre d’intérêt communautaire et patrimoniale.

Parmi les plantes d’intérêt patrimonial présentes sur le site figurent 11 espèces de Sphaignes (Sphagnum), espèces de l’annexe V de la directive Habitats, qui sont également protégées au niveau départemental. Le Lycopode des tourbières ou Lycopode inondé (Lycopodiella inundata) n’a pas été revu depuis 1984.

Sur les 169 espèces de champignons inventoriées sur le site, 70 sont des espèces dites « patrimoniales », dont une douzaine à enjeu national.

Le bassin versant est proposé dans sa globalité (soit environ 800 ha) afin de pouvoir mieux préserver la tourbière elle-même et ses habitats d'intérêt communautaire, ainsi que les habitats d'espèces et les corridors biologiques, surtout aquatiques, sur l'ensemble du site. La forêt, qui a un rôle très positif dans le maintien de la qualité de l'eau, contribue activement à l'objectif de conservation/préservation de la tourbière.

Une étude hydrogéologique permettra d’identifier précisément le parcours des sources sous-lacustres, qui représentent plus de 9/10ème des approvisionnements en eau de la tourbière. Une modification du périmètre Natura 2000 pourrait ensuite être envisagée, afin de gérer l’ensemble de la zone d’influence hydrologique.

Vulnérabilité

Vulnérabilité :

Différents paramètres sont à considérer au niveau du site, qui inclut le bassin versant de la tourbière du Grand-Lemps :
- Passage de l'autoroute LYON-GRENOBLE en bordure du bassin versant (risques de pollutions).
- Voie ferrée en remblai sur la zone humide (perte de continuum).
- Décharge autorisée avec enfouissement progressif en limite du bassin versant.
- Décharge de matières inertes en limite de la source alimentant l'émissaire principal de l'étang.
- Développement de la culture du maïs en bordure de la cuvette (abandon des prairies).
- Stabulation de vaches laitières dans la zone périphérique de la réserve nationale.
- Déprise agricole sur certaines parcelles entraînant la fermeture des milieux.
- Remblaiement de mares, arasement de haies... (suppression de corridors biologiques).
- Eutrophisation.