Logos SINP

FR8202004 - Mont Colombier

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : juin 2018.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 12/12/17 (à partir de la base : septembre 2016)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR8202004

Compilation : 30/11/2005

Mise à jour : 18/07/2014

Appelation du site : Mont Colombier

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 30/04/2006
  • pSIC : dernière évolution : 30/04/2006
  • SIC : Première publication au JO UE : 25/01/2008
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 25/01/2008
  • ZSC : premier arrêté : 22/12/2014
  • ZSC : Dernier arrêté : 22/12/2014
Texte de référence
Arrêté de création du 22 décembre 2014 portant décision du site Natura 2000 Mont Colombier (zone spéciale de conservation)

Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 6,11911 (E 6°07'8'')
  • Latitude : 45,64490 (N 45°38'41'')
Superficie : 2 178 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 731 m.
  • Max : 2 045 m.
  • Moyenne : 1 311 m.
Régions biogéographiques :
Alpine : 65%

Continentale : 34%

REGION : RHÔNE-ALPES
DEPARTEMENT : Savoie (100%)
COMMUNES : Aillon-le-Jeune, Aillon-le-Vieux, Châtelard, Compôte, École.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Forêts caducifoliées 65%
Prairies semi-naturelles humides, Prairies mésophiles améliorées 11%
Pelouses alpine et sub-alpine 10%
Forêts de résineux 6%
Rochers intérieurs, Eboulis rocheux, Dunes intérieures, Neige ou glace permanente 5%
Landes, Broussailles, Recrus, Maquis et Garrigues, Phrygana 3%

Autres caractéristiques du site

Le mont Colombier est formé d'un synclinal perché et de ces piémonts. Situé en plein centre du massif des Bauges, cette montagne marque fortement le paysage local : pentes fortes colonisées par la hêtraie sapinière, combes occupées par les pelouses alpines, couronnées de falaises calcaires, formant globalement une crête nord-sud du sommet de Rossanaz au rocher de la Bade en passant par le Colombier, qui culmine à 2045 m.

Qualité et importance

L'intérêt naturaliste réside dans les nombreuses forêts de ravin, souvent de faible surface, mais aussi dans les forêts thermophiles occupant les versants bien exposés et bénéficiant d'un sol drainant. Au contact de ces dernières sont installées des pelouses sèches riches d'une flore et d'une faune diversifiées. 

Plus en altitude, en mosaïque avec les falaises et des dalles de lapiaz, la pinède de Pins à crochet est l'une des plus étendues du massif des Bauges. 

Les pelouses et prairies naturelles d'altitude présentent des cortèges floristiques d'une grande diversité. 

Enfin la vaste couronne forestière, outre sa valeur paysagère, renferme la population de Sabot de Vénus la plus importante du massif des Bauges et probablement l'une des plus vastes des Alpes du Nord.

L’habitat le plus répandu, qui couvre près des deux tiers de la surface du site, est l’habitat 9130 « Hêtraies de l’Asperulo-Fagetum ».
Certains habitats couvrent moins de 1% de la surface du site (soit moins de 22 ha), mais ils ont néanmoins été mentionnés du fait de leur intérêt. C'est ainsi le cas pour les 6 habitats suivants : 4060, 6510, 7230, 9140, 9150 et 9180.

Parmi les mammifères d’intérêt communautaire présents sur le site, figurent 5 espèces de chiroptères (Grand Rhinolophe, Murin à oreilles échancrées, Grand et Petit Murins, et Barbastelle d’Europe), ainsi que le Lynx. Le Loup peut traverser ce secteur, mais n’y réside pas.

Alors que le Damier de la Succise est noté sur ce site, la présence de la Rosalie des Alpes reste à confirmer.

Vulnérabilité

Vulnérabilité : 

La qualité du patrimoine naturel du mont Colombier est globalement peu menacée. Le risque de voir se développer des projets d'aménagements importants est faible sur ce secteur. Par contre le risque de banalisation des milieux naturels du fait de pratiques sylvicoles ou pastorales inadaptées existe à court ou moyen terme.

Concernant les activités sportives, le Parc naturel régional du Massif des Bauges anime des schémas de cohérence vol libre, escalade, canyoning, véhicules motorisés, qui tendent à diminuer l’impact de ces pratiques sur les espèces et habitats qui ont justifié la désignation du site, notamment Aigle royal et Faucon pèlerin. C’est pourquoi l’influence est amenée à être neutre.