Logos SINP

FR8212005 - Partie orientale du massif des Bauges

Site de la directive "Oiseaux"

Base de référence : juin 2018.

Identification du site

Type : A (ZPS)

Code du site : FR8212005

Compilation : 30/04/2002

Mise à jour : 31/12/2005

Appelation du site : Partie orientale du massif des Bauges

Dates de désignation / classement :

  • ZPS : Premier arrêté : 30/07/2004
  • ZPS : Dernier arrêté : 30/07/2004
Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 6,22417 (E 6°13'27'')
  • Latitude : 45,66944 (N 45°40'09'')
Superficie : 14 513 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 327 m.
  • Max : 2 190 m.
  • Moyenne : 1 329 m.
Régions biogéographiques :
Alpine : 93%

Continentale : 6%

REGION : RHÔNE-ALPES
DEPARTEMENT : Haute-Savoie (33%)
COMMUNES : Chevaline, Doussard, Faverges, Giez, Lathuile.

DEPARTEMENT : Savoie (67%)
COMMUNES : Bellecombe-en-Bauges, Cléry, Doucy-en-Bauges, École, Fréterive, Grésy-sur-Isère, Jarsy, Montailleur, Plancherine, Sainte-Reine, Saint-Pierre-d'Albigny, Verrens-Arvey.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Forêts de résineux 43%
Forêts caducifoliées 18%
Pelouses alpine et sub-alpine 16%
Prairies semi-naturelles humides, Prairies mésophiles améliorées 8%
Rochers intérieurs, Eboulis rocheux, Dunes intérieures, Neige ou glace permanente 7%
Landes, Broussailles, Recrus, Maquis et Garrigues, Phrygana 4%
Pelouses sèches, Steppes 4%

Autres caractéristiques du site

Le site se situe dans la partie est du massif des Bauges. Il se caractérise par des dénivelés importants et de nombreux sommets élevés. Comme l'ensemble des massifs des Préalpes du nord, cette zone se trouve sur des terrains calcaires et bénéficie d'un climat montagnard marqué, avec notamment de fortes précipitations.
La forêt, essentiellement constituée de hêtres et de résineux, occupe une très grande surface. Elle ne laisse la place aux prairies et pelouses qu'au niveau des sommets, où de grands alpages offrent une herbe abondante aux troupeaux laitiers. D'imposantes falaises calcaires découpent le paysage, individualisant ainsi vallées et sommets.
Géologiquement, le massif se compose d'un empilement de couches de terrains sédimentaires d'âge jurassique formant la couverture d'un socle situé plus à l'est (massif de Belledonne). Ces couches de terrain, constituées de roches calcaires et marneuses, se sont initialement déposées à plat, puis ont été secondairement déformées lors des compressions alpines récentes (depuis 20 millions d'années). 

Qualité et importance

Situé dans le Parc naturel régional du Massif des Bauges, le site fait partie de la ZICO (Zone importante pour la conservation des oiseaux) RA16 "Les Bauges" et est concerné en partie par 6 ZNIEFF de type 1 et une ZNIEFF de type 2. Il inclut la Réserve nationale de chasse et de faune sauvage des Bauges et les réserves biologiques domaniales du Haut-Chéran et de la Combe d'Ire

Typique des massifs calcaires subalpins, les vastes forêts montagnardes du site abritent d'importantes populations d'espèces associées telles le Pic noir, la Chouette de Tengmalm et la Gélinotte des bois. 

Plus haut en altitude au niveau de la zone de combat s'observe le Tétras lyre, dont les populations semblent en régression depuis de nombreuses années, mais qui sont jugées viables à long terme.

Le Lagopède alpin trouve ici des conditions de vie peu favorables à son développement, alors que la Perdrix bartavelle semble s'installer sur le site plus durablement. 

Les hautes falaises calcaires servent de refuge aux rapaces rupestres, qui trouvent certainement sur le site les conditions de vie les plus favorables du massif des Bauges. Ainsi les secteurs des rochers de la montagne du Charbon, du vallon de Saint Ruph ou de la Sambuy en Haute-Savoie sont propices à la nidification de l'Aigle royal, du Faucon pèlerin et du Grand-duc d'Europe. De plus, Le Gypaète barbu survole désormais régulièrement le massif.

Vulnérabilité

L'habitat du Tétras lyre se dégrade depuis de nombreuses années du fait de la fermeture naturelle des milieux ouverts. Le maintien des activités pastorales semble indispensable à la survie de l'espèce dans le massif.

La maîtrise de la fréquentation touristique et la nécessité de continuer à intégrer les oiseaux nicheurs dans la gestion forestière sont deux conditions indispensables pour la préservation des populations d'oiseaux du massif.