Logos SINP

FR8212020 - Lac Léman

Site de la directive "Oiseaux"

Base de référence : septembre 2017.

Identification du site

Type : A (ZPS)

Code du site : FR8212020

Compilation : 31/01/2006

Mise à jour : 28/02/2006

Appelation du site : Lac Léman

Dates de désignation / classement :

  • ZPS : Premier arrêté : 24/04/2006
  • ZPS : Dernier arrêté : 24/04/2006
Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 6,38028 (E 6°22'49'')
  • Latitude : 46,35500 (N 46°21'17'')
Superficie : 1 251 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 372 m.
  • Max : 416 m.
  • Moyenne : 378 m.
Régions biogéographiques :
Alpine : 100%

REGION : RHÔNE-ALPES
DEPARTEMENT : Haute-Savoie (100%)
COMMUNES : Chens-sur-Léman, Sciez, Thonon-les-Bains.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes) 79%
Forêts caducifoliées 10%
Prairies ameliorées 5%
Autres terres arables 4%
Zones de plantations d'arbres (incluant les Vergers, Vignes, Dehesas) 1%
Dunes, Plages de sables, Machair 1%

Autres caractéristiques du site

La rive française du lac Léman ne présente pratiquement plus de caractéristiques naturelles. L'urbanisation et le développement de diverses activités nautiques en sont les causes essentielles. 

L'urbanisation importante des rives du lac Léman limite très fortement les possibilités de nidification pour la majorité des espèces.

Les plages de Coudrée et d'Excenevex, séparées par l'embouchure du Vion, constituent l'unique secteur sablonneux du Léman.

Qualité et importance

Le lac Léman dans son ensemble constitue une escale majeure, à l'échelle européenne, pour un grand nombre d'espèces d'oiseaux migrateurs en hivernage ; il est cité comme étant la deuxième zone d'hivernage française après la Camargue.

Ce rôle a d'ailleurs été souligné par la qualification de " site d'importance internationale pour l'hivernage et la migration des oiseaux d'eau " accordée à la rive française du lac Léman au titre de la Convention de Ramsar sur la protection des zones humides.

Le développement de la moule zébrée dans les années 1970 a favorisé un développement très important des capacités d'accueil du lac pour les populations de Fuligules. Cependant depuis la fin des années 80, les forts effectifs de Fuligules ne sont plus observés.

Le périmètre du site proposé comprend :
- le domaine public lacustre de la baie de Coudrée (ou baie d'Excenevex), qui joue un rôle majeur d'escale pour les oiseaux d'eau,
- des portions bien circonscrites du littoral lémanique (domaine de Ripaille pour partie, domaine de Guidou, un secteur vers St-Joseph-du-Lac au sud de Tougues…), ayant conservé une valeur biologique importante en tant que milieux d'accompagnement utilisés par certaines espèces d'oiseaux d'eau pour leur alimentation ou leur reproduction.

Ce périmètre complète le site du delta de la Dranse, déjà intégré au réseau Natura 2000 au titre de la directive " Oiseaux " pour 53 ha (arrêté ministériel du 27 octobre 2004).

Ce site fait partie de la ZICO (Zone importante pour la conservation des oiseaux) RA 12 " Lac Léman ", qui intègre l'ensemble des eaux françaises du lac Léman.

L'intérêt du site réside essentiellement dans son rôle de halte migratoire et de zone d'hivernage. 

Les oiseaux sont très mobiles et les échanges nombreux entre secteurs et pas seulement sur la rive française. Cependant la baie d'Excenevex et la partie lacustre de Chens-sur-Léman constituent les sites majeurs de la rive française pour l'hivernage des oiseaux d'eau et pour le rôle de halte migratoire.

La grande diversité des espèces (notamment de laridés et d'anatidés) et l'importance des effectifs en période de migration et d'hivernage témoignent de la richesse du site.

Les chiffres indiqués aux paragraphes 3.2.a et 3.2.b pour les oiseaux hivernants sont basés sur une moyenne des comptages réalisés ces 5 dernières années (en novembre et janvier).

Au printemps, la baisse des eaux du Léman fait apparaître devant les plages de Coudrée et d'Excenevex des surfaces importantes d'îlots sablonneux servant de halte migratoire pour nombre d'espèces d'oiseaux (limicoles notamment).

Il y a une connexion très forte entre la baie d'Excenevez et le domaine de Guidou tout proche. Ainsi les prairies humides de ce secteur servent de zone de gagnage pour les anatidés et les limicoles, ainsi que de zone de quiétude pour ces espèces en cas de dérangement sur la plage.

Certains secteurs littoraux sont par ailleurs propices à la nidification de plusieurs espèces de l'annexe I de la directive " Oiseaux " : Milan noir (notamment dans la forêt de Ripaille), Martin-pêcheur d'Europe et Pie-grièche écorcheur.

La population reproductrice de Héron cendrée est estimée entre 50 et 200 couples.

La Sterne pierregarin vient souvent se nourrir sur le site en période de nidification.

La Baie d'Excenevex joue un rôle majeur pour l'élevage des jeunes de Harle bièvre, puisque c'est sur ce secteur que les plus gros rassemblements de familles sont notés en période estivale pour tout le bassin lémanique français.

La présence estivale du Fuligule morillon dans les roselières de Chens-sur-Léman suggère la possibilité de nidification de l'espèce, mais pour l'instant aucun indice certain ou probable de nidification n'a été recueilli.

La Marouette ponctuée est notée de façon très exceptionnelle au passage (1 observation sur la prairie humide du Domaine de Guidou au printemps 2005).

Vulnérabilité

Confrontée au développement de l'urbanisation et des diverses activités nautiques, la rive française du lac Léman ne présente pratiquement plus de caractéristiques naturelles. Ceci limite les possibilités de reproduction pour la majorité des espèces remarquables.
Ce sont durant les périodes de migration et d'hivernage que se situent les principaux enjeux en terme de préservation des espèces.
Le problème de la fréquentation du site doit également être étudié, car celle-ci peut nuire à la reproduction d'espèces sensibles au dérangement ou au piétinement, comme par exemple le Petit Gravelot, qui niche sur des zones dénudées à proximité de l'eau.
Le Martin-pêcheur d'Europe et l'Hirondelle de rivage dépendent quant à eux pour leur reproduction du maintien de petites berges abruptes de terre ou de sable, et le Milan noir de la conservation de grands arbres.