Logos SINP

FR8301095 - Lacs et rivières à loutres

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : décembre 2017.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 12/12/17 (à partir de la base : septembre 2016)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR8301095

Compilation : 30/11/1995

Mise à jour : 17/05/2017

Appelation du site : Lacs et rivières à loutres

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 31/03/1999
  • pSIC : dernière évolution : 30/09/2017
  • SIC : Première publication au JO UE : 07/12/2004
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 03/12/2014
  • ZSC : premier arrêté :
  • ZSC : Dernier arrêté :
Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 2,51288 (E 2°30'46'')
  • Latitude : 45,71874 (N 45°43'07'')
Superficie : 240,8 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 343 m.
  • Max : 1 450 m.
  • Moyenne : 0 m.
Régions biogéographiques :
Continentale : 100%

REGION : AUVERGNE
DEPARTEMENT : Cantal (20%)
COMMUNES : Beaulieu, Champagnac, Lanobre, Madic, Saint-Pierre.

DEPARTEMENT : Puy-de-Dôme (80%)
COMMUNES : Avèze, Bourboule, Bourg-Lastic, Briffons, Fernoël, Giat, Lastic, Messeix, Mont-Dore, Murat-le-Quaire, Saint-Germain-près-Herment, Saint-Julien-Puy-Lavèze, Saint-Sauves-d'Auvergne, Saint-Sulpice, Savennes, Singles, Verneugheol.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes) 100%

Autres caractéristiques du site

L'Auvergne est, avec le Limousin, la région de France dont le rôle est décisif pour la sauvegarde de la loutre, dont l'aire de répartition est en pleine évolution du fait d'un mouvement de recolonisation décelé dans les années 1980 d'ouest en est et du nord au sud (en particulier sur l'axe majeur de la rivière Allier et de ces principaux affluents rive gauche).

Qualité et importance

Le site est constitué par le linéaire des cours d'eau des bassins de la Dordogne et du Chavanon, retenus comme prioritaires du fait qu'ils hébergent de belles populations et qu'ils constituent des corridors de reconquête.

L’ensemble des prospections a permis de confirmer la présence de la Loutre sur le bassin de la haute Dordogne, où la quasi-totalité des cours d’eaux sont occupés de façon régulière par l’espèce. Par ailleurs, l’examen des passages à faune, installés sous l’autoroute A89 au moment de sa construction, montre également leur fréquentation régulière, témoignant d’une part de leur efficacité, et d’autre part de la mobilité importante des loutres dans l’ensemble de ce secteur. Les prospections ont également confirmé la très haute valeur écologique du bassin de la haute Dordogne et du Chavanon dans la conservation globale de l’espèce.

L’habitat pour la Loutre constitué par le Chavanon est par ailleurs un des mieux préservés en France parmi les rivières comparables, avec d’innombrables abris, gîtes, couches et catiches naturels, quasiment aucune entrave aux déplacements des individus, et la présence d’une eau et d’une ressource alimentaire de haute qualité.

Vulnérabilité

Même si la situation semble en bonne voie d’amélioration concernant la dynamique de la population, un certain nombre de menaces pèsent encore sur la Loutre. Ainsi, les corridors biologiques susceptibles d’être utilisés par les loutres en recherche de territoire, mais aussi ceux utilisés par des individus déjà cantonnés, sont parfois perturbés, ou menacent de l’être, par différents aménagements (barrages, anciens seuils, enrochements et rectifications lourdes des berges...).
Dans un autre domaine, les collisions routières sont de plus en plus fréquentes, et même si elles sont un indice tangible du renforcement des populations, la dynamique locale peut être affectée par ces collisions. L’identification et le traitement des « points noirs », où les risques de collisions avec des véhicules sont élevés, doit être une des priorités de conservation de l’espèce.
Enfin, la contamination chimique chronique des milieux constitue une menace potentielle à moyen et long terme pour la Loutre, et pour les super-prédateurs en général. Si les PCBs sont interdits depuis 1987, ils demeurent présents dans les sols, les sédiments et les lixiviats, et constituent une menace importante, de même que le mercure et les pesticides. Les PCBs et le mercure sont à l’heure actuelle les composés les plus fréquemment détectés et les plus abondants dans les tissus de loutres, ainsi que certains pesticides(organochlorés et herbicides).