Logos SINP

FR8302013 - Gîtes de la Sioule

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : octobre 2018.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 12/12/17 (à partir de la base : septembre 2016)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR8302013

Compilation : 30/04/2001

Mise à jour : 24/04/2017

Appelation du site : Gîtes de la Sioule

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 30/04/2002
  • pSIC : dernière évolution : 30/09/2011
  • SIC : Première publication au JO UE : 13/11/2007
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 16/11/2012
  • ZSC : premier arrêté : 02/10/2014
  • ZSC : Dernier arrêté : 02/10/2014
Texte de référence
Arrêté de création du 02 octobre 2014 portant décision du site Natura 2000 Gîtes de la Sioule (zone spéciale de conservation)

Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 2,84583 (E 2°50'44'')
  • Latitude : 45,84167 (N 45°50'30'')
Superficie : 730 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 580 m.
  • Max : 800 m.
  • Moyenne : 0 m.
Régions biogéographiques :
Continentale : 100%

REGION : AUVERGNE
DEPARTEMENT : Puy-de-Dôme (100%)
COMMUNES : Bromont-Lamothe, Chapdes-Beaufort, Goutelle, Montfermy, Pontgibaud, Saint-Ours, Saint-Pierre-le-Chastel.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Prairies semi-naturelles humides, Prairies mésophiles améliorées 50%
Forêts mixtes 45%
Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes) 5%

Autres caractéristiques du site

Le site Natura 2000 des gîtes de la Sioule (731 ha) est situé à l'ouest de la chaine des Puys, dans la partie Nord-Ouest du Puy-de-Dôme. Le périmètre concerne les communes de La Goutelle, Montfermy, St Pierre le Chastel, Bromont-Lamothe, Chapdes-Beaufort, Pontgibaud et St Ours les Roches. 

Les gîtes de la Sioule sont situés principalement le long de la vallée de la Sioule.

Le site est concerné par des pacages en amont dans la partie "plaine alluviale" et par la forêt en aval dans la partie "gorges" du site (respectivement 30% et 61% de la surface du site Natura 2000). Les loisirs pratiqués sont des activités de pleine nature (chase, pêche, randonnée).

Cette vallée a fait l'objet d'une exploitation minière surtout à partir du XVIème siècle, du XVIIIème siècle avant d'être abandonnée dans les années 1880. Plus de 120 ouvrages miniers répartis le long de la vallée en sont les témoins, 28 sont des galeries au jour actuellement, et sont situés en Natura 2000, constituant des gîtes d'hibernation pour les chauves-souris.

Qualité et importance

Ce site Natura 2000 a été désigné principalement pour les chauves-souris. Aujourd'hui, 16 espèces différentes ont été identifiées sur le site en période hivernale et estivale avec un potentiel de 200 individus. Le Petit Rhinolophe est l'espèce la plus fréquente, avec un effectif de près de 150 individus avec jeunes en période de reproduction. En période hivernale, le site constitue un site d'importance régionale notamment pour le Petit Rhinolophe, le Grand Murin. A noter qu'il s'agit de l'un des rares sites du département à accueillir le Murin de Bechstein régulièrement. La galerie de Pranal constitue l'un des gîtes majeurs d'hibernation de la région.

Le site est concerné par 8 habitats d'intérêt européen, représentant au minimum 23% de la surface totale du site (166 ha). Il s'agit avant tout d'habitats forestiers (forêts alluviales résiduelles et hêtraies acidiphiles: 118 ha, 16% du site) et de prairies maigres de fauche et de mégaphorbaies (34 ha, 5%).

Le site est par ailleurs concerné par d'autres espèces d'intérêt communautaire au nombre de dix. Deux espèces d'intérêt communautaire semblent avoir disparu du site (Rhinolophe euryale, Ecrevisse à pattes blanches).

Vulnérabilité

Parmi les enjeux majeurs du site, on citera ceux liés à la conservation des gîtes d’hibernation (galeries de mine) et de reproduction (bâtiments) ainsi qu’un au maintien de la qualité des territoires de chasse (forêt, ripisylves, prairies bocagères).

Quatre problématiques concernent ce site :

-le risque de dégradation des espaces forestiers (gestion forestière des biens de section, exploitation forestière importante dans le domaine privé),
-le risque de dégradation des habitats naturels de nature agricole (coupe des haies, abandon de la fauche, mise en culture des prairies),
-l’aménagement des combles des bâtiments (gîte de reproduction),
-l’impossibilité de suivis (sécurisation minière des ouvrages).