Logos SINP

FR9101352 - Plateau de l'Aubrac

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : octobre 2018.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 12/12/17 (à partir de la base : septembre 2016)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR9101352

Compilation : 31/01/1996

Mise à jour : 12/05/2017

Appelation du site : Plateau de l'Aubrac

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 30/04/2002
  • pSIC : dernière évolution : 30/09/2015
  • SIC : Première publication au JO UE : 07/12/2004
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 09/12/2016
  • ZSC : premier arrêté : 13/01/2017
  • ZSC : Dernier arrêté : 13/01/2017
Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 3,11039 (E 3°06'37'')
  • Latitude : 44,65113 (N 44°39'04'')
Superficie : 25 475 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 900 m.
  • Max : 1 465 m.
  • Moyenne : 0 m.
Régions biogéographiques :
Continentale : 100%

REGION : LANGUEDOC-ROUSSILLON
DEPARTEMENT : Lozère (100%)
COMMUNES : Antrenas, Brion, Buisson, Chaze-de-Peyre, Fau-de-Peyre, Grandvals, Hermaux, Malbouzon, Marchastel, Monastier-Pin-Moriès, Nasbinals, Recoules-d'Aubrac, Saint-Laurent-de-Muret, Saint-Laurent-de-Veyrès, Salces, Trélans.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Pelouses alpine et sub-alpine 66%
Prairies semi-naturelles humides, Prairies mésophiles améliorées 11%
Marais (vegetation de ceinture), Bas-marais, Tourbières, 7%
Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes) 5%
Forêts caducifoliées 5%
Autres terres arables 2%
Autres terres (incluant les Zones urbanisées et industrielles, Routes, Décharges, Mines) 2%
Rochers intérieurs, Eboulis rocheux, Dunes intérieures, Neige ou glace permanente 2%

Autres caractéristiques du site

L'Aubrac constitue un vaste plateau granitique et volcanique. Il s'étend sur trois départements (Lozère, Aveyron, Cantal) et trois régions (Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Auvergne). Il est soumis à un climat atlantique en limite d'influence continentale et méditerranéenne. Le maintien d'un ensemble d'habitats naturels remarquables et la présence d'une flore riche et variée sont étroitement liés aux pratiques pastorales traditionnelles. Le site retenu englobe la zone naturelle la plus remarquable de la partie lozérienne du plateau : la ZNIEFF Plateau de l'Aubrac ainsi que les bassins versants des ruisseaux périphériques présentant des populations d'espèces d'intérêt communautaire.

Qualité et importance

Le site comporte un grand nombre de tourbières abritant une flore très spécialisée : plantes carnivores, linaigrettes, et certaines espèces relictes des dernières glaciations comme la Ligulaire de Sibérie. On observe également sur le plateau de nombreux lacs d'origine glaciaire en limite méridionale de répartition.
L'Habitat de Pelouses acidiclines du Massif Central (6230.4) représente à lui seul 16 356 hectares soit près de 64% du site proposé.

Vulnérabilité

Les principaux facteurs influençant le devenir des habitats et espèces d’intérêt communautaire sont :
- Landes, Pelouses : fermeture des milieux suite à l’abandon du pâturage ou à contrario intensification fourragère et pastorale de certaines pelouses ; risque d’eutrophisation des cours d’eau enrichissement des milieux par fertilisation ou chaulage ; utilisation de produits chimiques (phytosanitaires, …) ; fauche parfois trop précoce (empêchant la reproduction de nombreuses espèces animales et végétales) ; disparition des ripisylves et haies naturelles (par arrachage, manque d'entretien) ; enrésinement.

- Zones humides : modification du fonctionnement hydrologique de certaines zones humides (travaux de drainages, création de plans d'eau, exploitation…) ; pratiques d'ouverture des milieux souvent inadaptées (écobuages fréquents, …) ; enrichissement des milieux par fertilisation, chaulage ; pressions de pâturage inadaptées entraînant un sur-piètinement de zones gorgées d'eau (essentiellement tremblants), ou au contraire fermeture du milieu.

- Cours d’eau : effondrement des berges ; colmatage des fonds et eutrophisation des cours d'eau ; disparition des ripisylves naturelles (par arrachage, manque d'entretien) ;	enrésinement ;	modification du régime hydrique des ruisseaux.

- Carrières : destruction de la couche superficielle, le « tapis racinaire » très lent à se reconstituer ; mise en suspension de matières fines qui modifient les caractéristiques physiques du cours d’eau et colmatent les fonds.