Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

FR9102016 - Récifs des canyons Lacaze-Duthiers, Pruvot et Bourcart

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : décembre 2019.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 28/11/19 (à partir de la base : octobre 2018)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR9102016

Compilation : 14/03/2017

Mise à jour :

Appelation du site : Récifs des canyons Lacaze-Duthiers, Pruvot et Bourcart

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 31/10/2018
  • pSIC : dernière évolution : 31/10/2018
  • SIC : Première publication au JO UE : 28/11/2019
  • SIC : Dernière publication au JO UE :
  • ZSC : premier arrêté :
  • ZSC : Dernier arrêté :
Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 3,65489 (E 3�39'17'')
  • Latitude : 42,61147 (N 42�36'41'')
Superficie : 83 269 ha.
Pourcentage de superficie marine : 100 %
Altitude :
  • Min : 0 m.
  • Max : 0 m.
  • Moyenne : 0 m.
Régions biogéographiques :
Méditerranéenne : 100%
.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Mer, Bras de Mer 100%

Autres caractéristiques du site

La partie Ouest du site Récifs des canyons Lacaze-Duthiers, Pruvot et Bourcart intègre l'ensemble du canyon Lacaze-Duthiers. Dans cette partie du site sont englobées une grande partie de plateau continental avec les roches Lacaze-Duthiers en particulier et deux canyons celui de Lacaze-Duthiers et de Pruvot.
Le plateau continental  est envasé, assez plat avec une faible pente, mais avec par endroits des accidents topographiques comme les dunes sableuses entre - 85 et - 110 m de profondeur à l’Ouest de la tête de canyon Lacaze-Duthiers qui peuvent atteindre 9 m de haut (cf. Ifremer, 2011) et les roches Lacaze-Duthiers qui créent des reliefs.
Ces roches se trouvent juste au Nord du canyon du même nom et leur exploration durant la campagne MEDSEACAN s’est faite entre - 84 et - 94 mètres de profondeur. D’un point de vue géomorphologique, ces roches sont constituées de gros blocs et de dalles créant une microtopographie souvent complexe. 
Le rebord du plateau considéré comme la ligne qui rejoint les points de pente de 1% délimitant la partie plateau (<1%) et la pente continental (>1%), se situe entre - 85 et - 130 mètres de fond selon que l’on se trouve en tête de canyon ou en interfluve (Baztan, 2004). 
Ce canyon présente d’importantes colonies de Madrepora oculata, de Lophelia pertusa et de Desmophyllum dianthus, qui sont les espèces structurantes majoritaires des communautés de coraux froids en Méditerranée. Ces colonies sont présentes à l’état mort mais également vivant. Dans le fond du canyon, des colonies de coraux froids en particulier Lophelia pertusa se sont développées dans des zones à pente moyenne voir faible dans un contexte meuble.
La plateforme continentale est profondément entaillée par deux canyons : (i) Lacaze-Duthiers et (ii) Pruvot. Les plongées effectuées lors de la campagne MEDSEACAN ont révélé d’assez vastes zones rocheuses dans le premier canyon (i) sous formes de tombants, surplombs et blocs de roche. Des phénomènes de « cascading » d’eau froide dense du plateau continental sont connus dans le canyon Lacaze-Duthiers (Palanques et al., 2006 ; Palanques et al., 2012; Canals et al., 2006 ; Durrieu de Madron et al., 2005) et contribuent vraisemblablement à la particularité biocénotique. Le canyon est rocheux en tête de canyon puis devient progressivement vaseux. Il présente la hauteur de flanc la plus importante des deux canyons avec 407 mètres pour le flanc Ouest et 435 mètres pour le flanc Est (Baztan, 2004). 
Le canyon Pruvot (ii) présente des fonds vaseux ou parfois sablo-vaseux. En 1965, des plongées ont été réalisées au moyen d’une soucoupe plongeante au niveau de l’interfluve entre les canyons Lacaze-Duthiers et Pruvot. Les observations donnaient à penser qu’une zone rocheuse abrupte à l’extrémité de l’interfluve, côté Nord pouvait exister (Reyss et Soyer, 1965).
Le talus de ce grand secteur est encore sous l’influence du Courant Nord (ou courant Liguro-Provençal), courant profond s’écoulant d’Est en Ouest le long de la pente continentale du golfe du Lion.

La partie Est du site Récifs des canyons Lacaze-Duthiers, Pruvot et Bourcart englobe le canyon Bourcart et une partie du plateau continental autour.
Le plateau continental est envasé et assez plat avec une pente plus forte au niveau de l’interfluve entre le canyon Bourcart et celui de Marti.  A l’interfluve entre le canyon Bourcart et celui de Marti plus à l’Est, des dépressions circulaires de type pockmarks ont été explorés (Baztan, 2004 ; Zeppili et al., 2012). Ces pockmarks ne peuvent pas être considérées au titre de l’habitat 1180 « Structures sous-marines causées par des émissions de gaz) de l’Annexe I de la directive « Habitat » car elles ne comportent pas de structures centrales carbonatés.
Le rebord du plateau considéré comme la ligne qui rejoint les points de pente de 1% délimitant la partie plateau (<1%) et la pente continental (>1%), se situe entre - 105 et - 130 mètres de fond selon que l’on se trouve en tête de canyon ou en interfluve (Baztan, 2004). 
Le bord du plateau et le talus continental sont profondément entaillés par la branche principale du canyon Bourcart constitué de deux branches. La branche secondaire forme un diverticule côté Ouest de l’embouchure du canyon. La hauteur de flanc de la branche principale est de 361 mètres côté Ouest et 269 mètres côté Est (Baztan, 2004). Le canyon Boucart montre des fonds majoritairement vaseux sauf pour une corniche rocheuse de plus de 1.6 km de long, côté Est de la tête de canyon (branche principale). Ce substrat rocheux, quoique localisé, arbore une richesse importante d’espèces sessiles dressées du substrat dur et attire une densité importante d’espèces vagiles. Des phénomènes de « cascading » d’eaux froides denses du plateau continental sont connus en tête du canyon Bourcart (Gaudin et al., 2006 ). 

Qualité et importance

Unités écologiques (UE) présentes :

1170.
A. Roches concrétionnées ou roches du large, en bord du plateau continental
A.1. Communautés des affleurements, plateau, dalles ou blocs rocheux, concrétionnés ou non, formant de nombreuses cavités ou surplombs, créant une topographie complexe.
D. Affleurements rocheux, falaises de marnes ou de conglomérats, gros blocs de roche du talus
Continental
D.1. Présence de massifs de coraux blancs vivants
D.2. Dominance d’invertébrés dressés non scléractiniaires
D.3. Dominance d’espèces encroûtantes et/ou d’huîtres vivantes
E. Formations biogènes éparses dans un contexte meuble, dont coraux blancs profonds vivants. Les unités écologiques (i) D.4 Thanatocénose d’huîtres fixées et (ii) D.5 Thanatocénose de coraux profonds fixés ou en amas, ont été observées ponctuellement sur des surfaces trop réduites pour être cartographiées.

Ce site est le seul de la région Méditerranée française possédant les unités écologiques D1 et D3. C’est également le cas pour l’unité écologique E qui n’a été observée que dans le canyon Lacaze-Duthiers lors de la campagne MEDSEACAN.
Le canyon Bourcart est le seul à arborer de grands invertébrés mais il ne présente pas d’unités écologiques avec des coraux blancs (D.1 ou E) ; seule une colonie de Madrepora oculata y a été observée.
Une riche biocénose des coraux profonds avec en particulier des colonies de Lophelia pertusa vivants a été observée à plusieurs reprises faisant du canyon Lacaze-Duthiers en partie inclus dans le site, un secteur remarquable de la zone de travail « Ouest golfe du Lion », mais également au regard de toute la Méditerranée française profonde.

Vulnérabilité

Interactions avec les activités de la zone ;
Oiseaux :
- Dérangement (trafic maritime, travaux off-shore, activités de défense, pêche…) ;
- Captures accidentelles (pêche) ;
- Disponibilité de la ressource ;
- …./….

Grands dauphins ;
- Dérangement (trafic maritime, travaux off-shore, activités de défense, pêche…) ;
- Bruit (trafic maritime, travaux off-shore, activités de défense…) ;
- Captures accidentelles (pêche) ;
- Disponibilité de la ressource ;
- …/…

Les principales activités en interaction directe ou potentielle avec l’habitat récif sont  le chalutage et celles liées aux travaux d’installation comme l’installation de câbles sous-marins.