Logos SINP

FR9112013 - Petite Camargue laguno-marine

Site de la directive "Oiseaux"

Base de référence : juin 2018.

Identification du site

Type : A (ZPS)

Code du site : FR9112013

Compilation : 28/02/2006

Mise à jour :

Appelation du site : Petite Camargue laguno-marine

Dates de désignation / classement :

  • ZPS : Premier arrêté : 25/04/2006
  • ZPS : Dernier arrêté : 25/04/2006
Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 4,25000 (E 4°15'00'')
  • Latitude : 43,51667 (N 43°31'00'')
Superficie : 15 681 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 0 m.
  • Max : 15 m.
  • Moyenne : 0 m.
Régions biogéographiques :
Méditerranéenne : 100%

REGION : LANGUEDOC-ROUSSILLON
DEPARTEMENT : Gard (75%)
COMMUNES : Aigues-Mortes, Grau-du-Roi, Saint-Laurent-d'Aigouze.

REGION : PROVENCE-ALPES-CÔTE-D'AZUR
DEPARTEMENT : Bouches-du-Rhône (25%)
COMMUNES : Saintes-Maries-de-la-Mer.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Marais salants, Prés salés, Steppes salées 60%
Marais (vegetation de ceinture), Bas-marais, Tourbières, 15%
Forêts de résineux 7%
Dunes, Plages de sables, Machair 4%
Zones de plantations d'arbres (incluant les Vergers, Vignes, Dehesas) 3%
Landes, Broussailles, Recrus, Maquis et Garrigues, Phrygana 3%
Prairies semi-naturelles humides, Prairies mésophiles améliorées 3%
Forêts sempervirentes non résineuses 3%
Autres terres (incluant les Zones urbanisées et industrielles, Routes, Décharges, Mines) 2%

Autres caractéristiques du site

Le territoire concerné comprend l'ensemble de la propriété salicole qui s'étend de part et d'autre de la limite entre les départements du Gard et des Bouches-du-Rhône, caractérisée par un ensemble de bassins de taille et de profondeurs variables et dont la concentration en sel varie selon un itinéraire précisément établi.
Des espaces annexes sont également inclus dans le périmètre, en particulier les principaux étangs de la plaine de l'Espiguette, quelques pinèdes et zones viticoles, et les propriétés agricoles en bordure du Vidourle, ces dernières cosntituant un site d'hivernage important pour l'outarde canepetière.
L'ensemble constitue un ensemble remarquable, complémentaire de la grande Camargue désignée par ailleurs, encore peu altéré malgré la pression touristique qui s'exerce depuis les grandes stations du littoral gardois et héraultais.

Qualité et importance

Le site proposé en ZPS accueille plus de 240 espèces d'oiseaux et constitue :
- un site de nidification régulier pour plus de 50 espèces ;
- un important site d'accueil en hiver, particulièrement favorable aux oiseaux d'eau, aux laro-limicoles, à l'Outarde canepetière et à de nombreux passereaux ;
- une étape de migration (automne, printemps) pour plus de 160 espèces. 

En outre, certaines espèces ont des effectifs particulièrement importants, supérieurs à 1% de la population biogéographique régionale (critère R3C de la convention de Ramsar). 
La richesse du site (nombre élevé d'espèces d'oiseaux d'intérêt communautaire ou patrimonial) et l'importance de certaines populations d'oiseaux sont principalement dues à 
- la diversité et à l'étendue importante des milieux naturels présents sur le site ;
- l'originalité de certains habitats naturels : estran (et milieu marin immédiat), marais salants, sansouires et steppes salées, roselières… ;
- la position géographique du site, en rive nord de la Méditerranée, sur les axes migratoires de nombreuses espèces (vallée du Rhône).

Vulnérabilité

La plus grande partie de la ZPS est constituée par l'exploitation salicole dite d'Aigues-Mortes. Tant que cette activité continuera sur le site, les conditions d'accueil pour l'avifaune demeureront satisfaisantes. La société propriétaire des salins a récemment recruté un expert écologue pour garantir cette bonne gestion.
La zone d'hivernage de l'Outarde canepetière en bordure du Vidourle est plus vulnérable compte tenu des pressions diverses qui s'exercent sur cette zone (projets d'aménagement touristique ou urbains). Toutefois l'inondabilité de la zone devrait limiter les convoitises des aménageurs sur cette partie du territoire.
Au final, ce sont surtout des risques naturels, en particulier une intrusion marine par fort coup de mer, et la compétition interspécifique (notamment du fait de l'accroissement des populations de goélands) qui constituent des menaces pour l'avifaune patrimoniale du secteur.