Logos SINP

FR9312019 - Vallée du Haut Guil

Site de la directive "Oiseaux"

Base de référence : octobre 2018.

Identification du site

Type : A (ZPS)

Code du site : FR9312019

Compilation : 30/09/2005

Mise à jour : 15/12/2017

Appelation du site : Vallée du Haut Guil

Dates de désignation / classement :

  • ZPS : Premier arrêté : 06/04/2006
  • ZPS : Dernier arrêté : 04/07/2018
Texte de référence
Arrêté de création du 04 juillet 2018 portant décision du site Natura 2000 Vallée du Haut Guil (zone de protection spéciale)

Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 7,00056 (E 7°00'2'')
  • Latitude : 44,72889 (N 44°43'44'')
Superficie : 6 358 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 1 619 m.
  • Max : 3 283 m.
  • Moyenne : 2 420 m.
Régions biogéographiques :
Alpine : 100%

REGION : PROVENCE-ALPES-CÔTE-D'AZUR
DEPARTEMENT : Hautes-Alpes (100%)
COMMUNES : Ristolas.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Pelouses alpine et sub-alpine 38%
Rochers intérieurs, Eboulis rocheux, Dunes intérieures, Neige ou glace permanente 34%
Forêts de résineux 12%
Landes, Broussailles, Recrus, Maquis et Garrigues, Phrygana 10%
Pelouses sèches, Steppes 2%
Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes) 1%
Autres terres (incluant les Zones urbanisées et industrielles, Routes, Décharges, Mines) 1%
Forêts caducifoliées 1%
Marais (vegetation de ceinture), Bas-marais, Tourbières, 1%

Autres caractéristiques du site

Le haut Guil, entièrement inclus dans le Parc naturel régional du Queyras, offre l'un des paysages de moyenne et haute montagne parmi les plus remarquables des Alpes occidentales, dominé par l'imposante pyramide du Viso. 

Qualité et importance

Le site est un haut lieu de l'écologie et de la biologie alpine, avec une grande diversité d'espèces et d'habitats naturels, dont de nombreux éléments rares ou endémiques. Parmi les habitats remarquables figurent notamment de très belles cembraies-mélézins subnaturelles, de nombreuses landes à éricacées (rhododendrons, myrtilles), des fourrés subalpins de saules et d'aune vert, des tourbières et des lacs alpins, un ensemble très diversifié de pelouses alpines, des falaises et de nombreux éboulis (dont le glacier rocheux d'Asti). Cette mosaïque de milieux offre des conditions propices à l'avifaune patrimoniale. Le site présente un intérêt particulier pour les rapaces diurnes (Aigle royal, présence régulière du Gypaète barbu) et nocturnes (Chouette chevêchette, Chouette de Tengmalm), ainsi que pour le Tétras lyre, le Lagopède alpin, le Crave à bec rouge et la Perdrix bartavelle qui s'y reproduisent en effectifs très significatifs (parmi les plus fortes densités des Alpes).

Espèces nichant hors périmètre mais fréquentant le site pour s'alimenter, notamment en période de reproduction : Gypaète barbu, Circaète Jean-le-Blanc.

Vulnérabilité

Les conditions naturelles contraignantes liées à l'altitude accentuent l'impact potentiel des activités humaines sur les espèces et leurs habitats naturels. La surfréquentation touristique, estivale et hivernale, en croissance continue, ainsi que le surpâturage constituent les principales activités pouvant modifier des équilibres naturellement fragiles, et compromettre le maintien des populations d'oiseaux les plus vulnérables. Les galliformes de montagne sont particulièrement sensibles.