Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 930020056
LAC DE SAINTE-CROIX ET SES RIVES

(n° régional : 04150100)

Commentaires généraux

Description

Localisé sur la bordure sud du département des Alpes-de-Haute-Provence, au sud de la petite ville de Moustiers-Sainte-Marie, le site est établi sur les communes de Moustiers-Sainte-Marie et de Sainte-Croix-de-Verdon. Ce site est formé par la partie du lac de Sainte-Croix située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence et de sa rive nord-ouest. Il délimite l'extrémité sud-est du plateau de Valensole.

D’un point de vue géologique, le lac de Sainte-Croix est établi au sein d’un ensemble sédimentaire essentiellement composé au nord-ouest par les conglomérats de Valensole du Mio-pliocène, appartenant aux formations issues d’un complexe fluvio-lacustre, et au sud-est par des terrains sédimentaires calcaires et marneux, du Crétacé, du Jurassique et du Lias. Ces conglomérats sont partiellement recouverts de zones de colluvions et de cônes de déjection. Ils s'érodent facilement et donnent naissance à de nombreux ravins et ravinements bien visibles dans le paysage.

Du point de vue climatique, le site est nettement marqué et caractérisé par un climat supra-méditerranéen sec et ensoleillé, montrant un déficit accusé des précipitations estivales.

Compris entre 530 m et 750 m d’altitude, le site est inclus dans l’étage de végétation supra-méditerranéen, avec localement une nette influence méditerranéenne.

Les versants exposés au sud-est et à l’est, au-dessus du lac, possèdent une végétation forestière caractérisée par des boisements de Pin d'Alep (Pinus halepensis), des chênaies vertes et des chênaies pubescentes. Ces forêts alternent avec des zones de fourrés denses, des fruticées, des garrigues et des pelouses sèches.

Milieux naturels

Le site ne possède pas d'habitat déterminant. Un habitat remarquable est cependant ponctuellement présent : les formations végétales des rochers et falaises calcaires [all. phyto. Potentillion caulescentis et Violo biflorae-Cystopteridion fragilis (62.15)].

Les pentes de la bordure nord-ouest du site associent également divers habitats typiques ou représentatifs tels que : les éboulis thermophiles à Calamagrostis argenté (Achnatherum calamagrostis) [all. phyto. Stipion calamagrostis (61.3)], les garrigues supra-méditerranéennes à Thym (Thymus vulgaris) [all. phyto. Helianthemo italici-Aphyllanthion monspeliensis (32.63)], les landes supra-méditerranéennes et oro-méditerranéennes à Genêt cendré (Genista cinerea) et Lavande à feuilles étroites (Lavandula angustifolia) [all. phyto. Lavandulo angustifoliae-Genistion cinereae (32.61 et 32.62)], les boisements thermophiles et supra-méditerranéens de Chêne pubescent (Quercus humilis) [all. phyto. Quercion pubescenti-sessiliflorae (41.711)] et localement les boisements méso et supra-méditerranéens de Chêne vert ou Yeuse (Quercus ilex) [all. phyto Quercion ilicis (45.31 & 45.32)].

Flore

Le site compte deux espèces végétales déterminantes dont une est protégée en Provence-Alpes-Côte d’Azur : la Menthe des cerfs (Mentha cervina). Le Scirpe épingle (Eleocharis acicularis) est la deuxième espèce déterminante de ce site.

Faune

La présence de onze espèces animales patrimoniales est signalée sur le site. Deux d’entre elles sont déterminantes.

Les oiseaux nicheurs d’intérêt patrimonial comprennent la Pie-grièche à tête rousse (Lanius senator ), espèce déterminante, et plusieurs espèces remarquables liées aux berges des cours d’eau : le Guêpier d’Europe (Merops apiaster), le Bihoreau gris (Nycticorax nycticorax), le Martin-pêcheur (Alcedo atthis) ou encore le Grèbe huppé (Podiceps cristatus).

Une espèce remarquable également chez les Amphibiens : le Pélodyte ponctué (Pelodytes punctatus), et deux espèces de Poissons d’eau douce sont représentées par le Toxostome (Chondrostoma toxostoma) et l’Omble chevalier (Salvelinus alpinus), salmonidé remarquable, autochtone des lacs Léman et du Bourget, introduit à la fin du XIXème siècle dans certains lacs d’altitude du Haut Dauphiné, typique des lacs profonds et froids aux eaux propres bien oxygénées et aux fonds graveleux et sensible à la pollution.

Notons également la présence en passage du Minioptère de Schreiber (Miniopterus schreibersi), chauve-souris déterminante.

Chez les invertébrés patrimoniaux, mentionnons la présence du Copépode Acanthodiaptomus denticornis, espèce relicte glaciaire de Crustacés, répandue en Eurasie et au Canada, connue de seulement 3 stations en région Provence-Alpes-Côte d’Azur (dont celle ci).

Fonctionnalité/Liens éventuels avec d’autres ZNIEFF

Cette ZNIEFF de type 2 n'englobe pas de ZNIEFF de type 1.

La fréquentation touristique, liée à l'attrait du Lac de Sainte-Croix, peut avoir des conséquences directes sur la flore et ses habitats (cueillette, piétinement du sol et des plantes, pollution visuelle et sonore liée aux nombreux passages et aux détritus abandonnés sur place).

La pression pastorale, qui tend actuellement à se réduire, conduit dans les pelouses sèches à l’installation d’une végétation ligneuse comprenant des landes et des fourrés, précurseur de l’installation de boisements de Pin sylvestre (Pinus sylvestris) ou de Pin d’Alep (Pinus halepensis). Ce stade végétal ultime présente quelques inconvénients : risques d'incendies accrus, banalisation du paysage, diminution de la biodiversité, réduction de l'espace pastoral et de sa valeur.

Commentaires sur la délimitation

Ce site intéresse la partie du lac de Sainte-Croix établie sur le département des Alpes-de-Haute-Provence. Ses limites sont calées sur la bordure ouest de celui-ci, au niveau des berges. En revanche, elles incluent, à partir de la rupture de pente avec le plateau, le versant semi-boisé en pente forte qui longe la bordure nord-ouest du lac.