Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

1340 - Prés salés intérieurs

Liste hiérarchisée et descriptifs des habitats des Cahiers d'habitats

Caractères généraux

Les prés salés intérieurs, naturels ou semi-naturels, exigent des sols dont la teneur en sodium sous forme d’ions Na+ est en proportion élevée. La toxicité qui en résulte, suffisamment sélective pour la végétation locale, entraîne l’installation d’une flore très spécialisée dite « halophile » qui regroupe des plantes (halophytes) localisées aux sols salés et dont la croissance est optimale, au moins au cours d’une période du développement (germination, croissance), en milieu salé. Cette condition peut être nécessaire (halophytes stricts) ou seulement favorable (halophytes préférantes). L’adaptation au sel induit des modifications morphologiques et écophysiologiques telles que succulence des feuilles ou des tiges, réduction des surfaces foliaires et rejet de sel par excrétion, absorption limitée du sel ou, au contraire, adsorption sélective avec accumulation dans les tissus. Contrairement à la flore halophile des côtes marines, la flore halophile intérieure est réduite à quelques espèces : Salicornia ramosissima, Aster tripolium, Spergularia marina, S. media, Glaux maritima, Triglochin maritimum, Plantago maritima, Puccinellia distans, Juncus gerardii, Taraxacum bessarabicum.
L’origine de sols salés intérieurs est soit naturelle et associée aux sources salées des bassins sédimentaires (Lorraine, Limagne) et des régions volcaniques ou cristallines (Auvergne), soit semi-naturelle par apport volontaire de sels (traitement hivernal des routes) ou concentration de sels de déblais miniers salés.
La physionomie des prés salés intérieurs varie quelque peu en fonction de la salinité et de la durée d’inondation, mais reste toujours à dominance d’hémicryptophytes, généralement graminées, cypéracées et joncacées. En conditions fortement salées, les prairies sont basses et ouvertes, tandis qu’une teneur moindre en sel conduit à une densification et une fermeture du tapis végétal, avec passage graduel aux végétations potentielles locales des sols non salés.
En France, cet habitat est rare et essentiellement localisé aux bassins salifères intérieurs de Lorraine et d’Auvergne. De façon plus marginale, les situations d’origine anthropique associées aux activités minières, industrielles ou routières sont encore peu connues et ont surtout été décrites dans le nord et l’est de la France en bordure d’autoroutes et sur quelques déblais miniers.
L’entretien de ces milieux passe essentiellement par le maintien d’une alimentation régulière en eau salée et par un pâturage extensif d’été, couplé à une fauche tardive d’automne, qui permet de régénérer la strate herbacée et de lutter contre la fermeture des milieux.

Déclinaison en habitats élémentaires

L’habitat balaie un spectre assez large de situations plus ou moins salées et plus ou moins humides. Il réunit cinq associations qui appartiennent à deux ensembles phytosociologiques majeurs : d’une part, les « véritables » prés salés au caractère halophile marqué (classe des Asteretea tripolii); d’autre part, les prairies saumâtres au caractère halophile à peine marqué et rattachées au groupe des prairies eurosibériennes mésotrophes et eutrophes (classe des Agrostietea stoloniferae). La déclinaison en habitats élémentaires tient compte de cette coupure majeure. Les prés salés ont été subdivisés en fonction du niveau topographique et donc de la durée d’inondation en deux habitats élémentaires.

Fiche du cahier d'habitats (format pdf)
Bibliographie

Bensettiti F., Boullet V., Chavaudret-Laborie C. & Deniaud J. (coord.), 2005. « Cahiers d’habitats » Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire. Tome 4 - Habitats agropastoraux. Volume 1. MEDD/MAAPAR/MNHN. Éd. La Documentation française, Paris, 445 p. + cédérom. (Source)

BRIEL J., 1955 -Sur la faune des terrains salés de Lorraine. L’Entomologiste, 11 (4) : 82-85.

BROYER J., 1995 - Le Râle des genêts en France. SRETIE, 106 p.

CHAMPAGNAT - Monographie 5, 229 p.

CORDONNIER S., 1996 - Sources et prés salés d’Auvergne. Analyse et cartographie de la végétation en vue d’une gestion conservatoire. DESS Génie écologique, université Paris XI, Conservatoire des espaces et paysages d’Auvergne, 30 p. + annexes.

CORILLION R., 1956 - Sur la phytosociologie des terrains salés d’Auvergne. Bull. Soc. Mayenne-Sciences : 27-32.

DANGIEN B., 1980 - Les halophytes des écotopes salés de Lorraine. Bull. Soc. Sc. Nat. Arch. Haute-Marne, XXI, 10 : 233-244.

DANGIEN B., 1983 - Les marais et les prés salés de la petite Seille, de la Nied et du Hoppbach. In « Inventaire hiérarchisé des zones naturelles du département de la Moselle ». Institut européen d’écologie.

DUVIGNEAUD J., 1967a - Intérêt agronomique de la végétation halophile de Lorraine orientale. Document ENGREF, Nancy, 5 p.

DUVIGNEAUD J., 1967b -Flore et végétation halophiles de la Lorraine orientale (département de Moselle, France). Mém. Soc. Roy. Bot. Belgique, 3 : 122 p.

FRAIN M., 1996 - Reconnaissance de la flore et des végétations des sources salées d’Auvergne. Rapport Observatoire du patrimoine naturel d’Auvergne, Conservatoire des espaces et paysages d’Auvergne, 104 p. + annexes.

GREVILLIOT F., 1992 - Premiers éléments d’une étude de la dyna¬mique de la végétation prairiale de la vallée de la Meuse dans le cadre de la mise en place de l’article 19. Mémoire de DEA de sciences agronomiques, université de Metz, INPL Nancy, 37 p. + annexes.

GREVILLIOT F., 1994 - Suivi scientifique de la mise en œuvre de l’article 19 et de l’ACNAT VANEF dans le Val de Meuse - Présentations des dispositifs et premiers résultats. Mémoire de DEA de sciences agronomiques, université de Metz, conservatoire des sites lorrains, 23 p. + annexes.

HAYON J.-C., 1968 - Recherches phytoécologiques sur les marais salés de Lorraine. Thèse, université de Nancy, 210 p.

HÉDIN L., KERGUÉLEN M. et de MONTARD F., 1972 - Écologie de la prairie permanente française. Collection de monographies de botanique et de biologie végétale. Masson, Paris, 220 p.

LIEGEY F., 1995 - Agriculteurs et mesures agri-environnementales. Enquêtes en exploitations dans la vallée de la Seille, site d’application de l’article 21/24 pour la protection des prairies et mares salées. INRA SAD Mirecourt, 40 p.

MONY F., 1998 - Étude de la dynamique de la végétation des prairies halophiles de la vallée de la Seille après 3 années de mesures agri-environnementales. DEA ENSAIA, université de Metz, 32 p.

PARC NATUREL RÉGIONAL DES VOLCANS D’AUVERGNE, 1998 - Plan de gestion du marais salé de Saint-Nectaire. LIFE Nature Sources salées d’Auvergne, novembre 1998.

PETRUCCI Y., 1992 - Étude et cartographie phytosociologiques des prairies halophiles de la vallée de la Seille en vue de la mise en place d’une gestion conservatoire. DEA Écol. gén. et prod. vég., université de Paris XI, 39 p.

SALVI A., 1993 - Le Courlis cendré (Numenius arquata) en Lorraine : nidification, migration, hivernage. Contexte dans le nord-est de la France. Ciconia, 17 (1) : 1-31.