Potentillo aureae - Nardetum strictae Braun-Blanq. 1950 emend. Rivas-Mart. & Géhu 1978

Prodrome des végétations de France décliné (PVF2)

Synécologie

Pelouse orophile (surtout subalpine) acidiphile, sur sol profond et bien alimenté en eau pendant la saison de végétation, tardivement déneigée, sur pentes douces, souvent fortement pâturée, sur sol brun lessivé à mull oligotrophe ; analyses et profil de sols in Lacoste (1975).

Nom cité du syntaxon

Potentillo aureae - Nardetum strictae Braun-Blanq. 1950 emend. Rivas-Mart. & Géhu 1978 (Doc. Phytosociol., NS, III : 401).

Synonymes

Nardetum alpigenum Braun-Blanq. 1950 (Vegetatio II : 30) p.p.

Type nomenclatural

Il nous paraît difficile de retenir le Rel. in Braun-Blanquet (1949-50, Vegetatio II : 31) attaché à la sous-association trifolietosum Braun-Blanq. 1950 (Vegetatio II : 31, espèce de Trifolium non précisée parmi quatre possibles) qui n’est pas la sous-association typicum ; on peut alors désigner ici le Rel. 3 du tab. 31 in Rivas-Martínez & Géhu (1978, Doc. Phytosociol., NS, III : 401).

Physionomie

Pelouse très fermée, en tapis vert sombre aux reflets brun argenté dus à quelques graminées, nettement dominée par Nardus stricta ; des dicotylédones aux floraisons intenses l’éclairent vivement.

Combinaison caractéristique d'espèces

Nardus stricta, Antennaria dioica, Arnica montana, Carex sempervirens subsp. s., Campanula scheuchzeri subsp. s., Euphrasia minima subsp. m., Gentiana acaulis subsp. a., Geum montanum, Phleum alpinum subsp. a., Homogyne alpina, Trifolium alpinum, Polygonum viviparum, Plantago maritima subsp. serpentina.

Variations

Si on ne peut guère reprendre celles de Braun-Blanquet (1949-50), indiquons cependant que Vertès (1983) distingue une variante typique, plus oligotrophile, différenciée par Arnica montana, Euphrasia minima subsp. m., Avenula versicolor subsp. v., Luzula lutea subsp. l., Antennaria dioica, et une variante hygrophile et mésotrophile, différenciée par Mutellina purpurea subsp. p., Rumex arifolius, Trifolium badium, T. thalii. On doit y ajouter le pedicularietosum incarnatae Lacoste 1975 (Phytocoenologia 3 (2-3) : 216), typifié par le rel. 207 (lectotypus nominis) du tab. 25 in Lacoste (1975, Phytocoenologia 3 (2-3) : 294), différencié par Pedicularis rostratospicata subsp. helvetica (= P. incarnata), Dianthus pavonius, Hypericum richeri, Meum athamanticum, de répartition plus méridionale.

Synchorologie

- territoire d’observation : pelouse décrite des étages subalpin et alpin des Alpes, souvent entre 1 700 et 2 300 m d’altitude (Braun-Blanquet, 1949-.50 ; Oberdorfer, 1957 ; Lacoste, 1975 ; Rivas-Martínez & Géhu, 1978 ; Vertès, 1983) ;
- sous-associations ou variantes géographiques : race type (Braun-Blanquet, 1949-50 ; Rivas-Martínez & Géhu, 1978 ; Vertès, 1983), différenciée par Carex sempervirens subsp. s., Geum montanum, Lotus gr. corniculatus, Luzula lutea subsp. l., L. spicata subsp. s., Plantago atrata, Polygonum viviparum, Trifolium alpinum, Veronica bellidioides ; race de plus basse altitude (950-1 800 m de l’Allgäu ; Oberdorfer, 1957), différenciée par Agrostis capillaris subsp. c., Calluna vulgaris, Carlina acaulis, Danthonia decumbens, Gentiana lutea, Phyteuma betonicifolium, Potentilla erecta, Veronica officinalis.

Axes à développer

Poursuivre l'étude de ce syntaxon alpestre souvent cité mais encore peu connu, notamment au niveau de ses variations.

Bibliographie

de Foucault B., 2012. Contribution au prodrome des végétations de France : les Nardetea strictae Rivas Goday in Rivas Goday & Rivas-Mart. 1963. J. Bot. Soc. Bot. France, 59 : 241-344. (Source)

Braun-Blanquet J., 1949-50

Lacoste A., 1975

Oberdorfer E., 1957

Rivas-Martínez S. & Géhu J.-M., 1978

Vertès F., 1983.