Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

Urtico dioicae - Convolvuletum sepium Görs & Th. Müll. 1969

Prodrome des végétations de France décliné (PVF2)

Synécologie

Mégaphorbiaie fortement nitrophile planitiaire à montagnarde d’optimum continental, dérivant souvent de mégaphorbiaies plus naturelles par sureutrophisation, parfois aussi présente en sous-bois de peupleraies artificielles.

Nom cité du syntaxon

Urtico dioicae - Convolvuletum sepium Görs & Th. Müll. 1969 (Mitt. Flor.-soz. Arbeistgem. 14 : 157 ; ‘...sepii’ art. 41b).

Synonymes

Cuscuto europaeae - Convolvuletum sepium sensu Görs & Th. Müll. 1969 (Mitt. Flor.-soz. Arbeistgem. 14 : 157) nom. illeg. (art. 31, non Cuscuto europaeae - Convolvuletum sepium Tüxen ex Kopecky 1969) ; Dipsacus pilosus-Convolvulion-Ges. Görs 1974 (Die Natur. Landsch. Baden-Württembergs 7 : 336) nom. inval. (art. 3c).

Type nomenclatural

Rel. 9 du tab. 2 in Passarge 1993 (Tuexenia 13 : 345).

Physionomie

Végétation dense, exubérante, d’optimum estival, pauvre en espèces, essentiellement dominée par les draperies de Calystegia sepium (= Convolvulus sepium).

Combinaison caractéristique d'espèces

Calystegia sepium subsp. s., Urtica dioica subsp. d., Galium aparine, Rubus caesius, Phalaris arundinacea subsp. a.

Variations

Le déterminisme différentiel des deux sous-associations reconnues n’est pas très explicite :
- typicum (Th. Müll. 1983) Passarge 1993 (Tuexenia 13 : 344), différencié négativement ;
- galietosum palustris Passarge 1993 (Tuexenia 13 : 344), typifié par le rel. 6 du tab. 2 in Passarge 1993 (Tuexenia 13 : 345), différencié par le gaillet éponyme.

Synchorologie

- territoires d’observation : décrit d’Allemagne (Görs & Müller, 1969 ; Passarge, 1993), reconnu en France Nord-occidentale (Labadille, 2000), orientale (Trivaudey, 1997 ; Ferrez, 2004 ; Royer et al., 2006) et méridionale (Midi-Pyrénées ; G. Corriol, inédit) ; cartographie in Trivaudey (1997 : carte 20 p. 116) ;
- sous-associations ou variantes géographiques : Görs & Müller (1969) reconnaissent, outre une race centrale planitiaire à collinéenne, des races plus montagnardes à Chaerophyllum bulbosum et à C. aureum.

Axes à développer

Valeur et déterminisme des sous-associations ; selon ses descripteurs, ce syntaxon serait un appauvrissement montagnard de syntaxons plus planitiaires tels que le Cuscuto europaeae - Convolvuletum sepium Tüxen 1947 emend Kopecký 1969 ; les communautés planitiaires lui ressemblant ne seraient alors que des communautés basales des Epilobio hirsuti - Convolvuletum sepium Hilbig et al 1972 ou Convolvulo sepium - Eupatorietum cannabini Görs 1974.

Bibliographie

de Foucault B., 2011. Contribution au prodrome des végétations de France : les Filipendulo ulmariae – Convolvuletea sepium Géhu & Géhu-Franck 1987. J. Bot. Soc. Bot. France, 53 : 73-137 (Source)

Ferrez Y., 2004

Görs S. & Müller T., 1969

Labadille C.-É., 2000

Passarge H., 1993

Royer J.-M. et al., 2006

Trivaudey M.-J., 1997.