Isoëtetum duriaei Braun-Blanq. (1931) 1936

Prodrome des végétations de France décliné (PVF2)

Synécologie

Pelouse amphibie acidiphile (sur grès, cailloutis siliceux…) de niveau topographique moyen, occupant souvent les bords des mares temporaires et des ruisselets, parfois dans les clairières temporairement humidifiées ouvertes dans les maquis.

Nom cité du syntaxon

Isoëtetum duriaei Braun-Blanq. (1931) 1936 (Bull. Soc. Étude Sci. Nat. Nîmes XLVII : 4), incl. Isoëto duriaei - Nasturtietum asperi Barbero 1965 (Bull. Soc. Bot. France 112 (5-6) : 282, ‘… asperae’ art. 41b) p.p.

Synonymes

Association à Juncus capitatus - Isoëtes duriaei Braun-Blanq. 1931 (Comm. SIGMA 9 : 38) nom. inval. (art. 2b, 7).

Type nomenclatural

Lectotypus nominis : rel. 3 du tab. « Isoetetum duriaei » in Braun-Blanquet (1936, Bull. Soc. Étude Sci. Nat. Nîmes XLVII h.t.).

Physionomie

Pelouse assez ouverte à presque fermée (40-95 %), dominée par Isoëtes duriei, accueillant une riche composante thérophytique (Lythro thymifolii - Juncetum capitati ou Agrostio pourretii - Juncetum capitati selon les sites, respectivement Cicendion filiformis et Cicendio - Solenopsion laurentiae) ; une composante bryologique riche en taxons du genre Riccia est aussi notable ; développement débutant dès les pluies automnales et hivernales, s’achevant en fin de printemps ; illustration in Noble & Offerhaus (2011 : 384).

Combinaison caractéristique d'espèces

Isoëtes duriei (= I. duriaei), Ophioglossum lusitanicum, Serapias lingua, Scilla autumnalis.

Variations

Braun-Blanquet (1936) reconnaît des faciès marqués par des thérophytes, alors que, dans son Isoëto durieui - Nasturtietum asperi, Barbero (1965) reconnaît :
- une sous-association type, présentant plusieurs faciès, mésohygrophile ;
- une sous-association à Solenopsis laurentia, plus hygrophile.

Synchorologie

- territoire d’observation : syntaxon surtout connu des régions ouest-méditerranéennes, parfois sub Isoëto durieui - Nasturtietum asperi (Braun-Blanquet, 1931, 1936 ; Molinier, 1937 ; Bouchard, 1951-52, 1952 ; Braun-Blanquet et al., 1952 ; Barbero, 1965 ; Poirion & Barbero, 1965, 1966 ; Barbero et al., 1969, 1982 ; Loisel, 1976 ; Georgen, 1982 ; Ballesteros, 1984 ; Loisel et al., 1993 ; Ninot et al., 2000 ; Salanon, 2008 ; Paradis & Tison, 2010) ; son extension ou sa géovicariance vers les régions centre et est-méditerranéennes restent à préciser ;
- sous-associations ou variantes géographiques : -.

Axes à développer

Variations à définir.

Bibliographie

de Foucault B., 2013. Contribution au prodrome des végétations de France : les Isoëtetea velatae de Foucault 1988 et les Juncetea bufonii de Foucault 1988 ("Isoëto - Nanojuncetea bufonii") (Partie 1). J. Bot. Soc. Bot. France, 62 : 37-70. (Source)

Ballesteros E., 1984

Barbero M. et al., 1969, 1982

Barbero M., 1965

Bouchard J., 1951-52, 1952

Braun-Blanquet J. et al., 1952

Braun-Blanquet J., 1931, 1936

Georgen J., 1982

Loisel R. et al., 1993

Loisel R., 1976

Molinier R., 1937

Ninot J.M et al., 2000

Noble V. & Offerhaus B., 2011

Paradis G. & Tison J.-M., 2010

Poirion L. & Barbero M., 1965, 1966

Salanon R., 2008.