Catapodio marini - Parapholidetum incurvae Géhu & B. Foucault 1978

Prodrome des végétations de France décliné (PVF2)

Synécologie

Végétation pionnière atlantique des falaises marneuses ou marno-sableuses (Kimméridgien et Portlandien) érodées par les glissements de terrain de la zone supralittorale et exposées aux embruns.

Nom cité du syntaxon

Catapodio marini - Parapholidetum incurvae Géhu & de Foucault 1978 (Coll. Phytosociol. VI : 242, 244) (‘...- Parapholisetum...’ art. 41b).

Type nomenclatural

Rel. 15 du tab. 2 in Géhu & de Foucault 1978a (Coll. Phytosociol. VI : 243).

Physionomie

Pelouse ouverte à assez fermée (20-80%), d’optimum vernal, marquée par un petit nombre d’espèces : Parapholis incurva, aux épis incurvés, Plantago coronopus, en rosettes plaquées, Catapodium loliaceum, aux épis et feuilles raides ; illustration in Catteau et al. (2009 : 488).

Combinaison caractéristique d'espèces

Parapholis incurva, Plantago coronopus, Catapodium loliaceum (= C. marinum).

Variations

- armerietosum maritimae Géhu & de Foucault 1978 (Coll. Phytosociol. VI : 241) (= typicum), typifié par le type de l’association, différencié par le taxon éponyme, lié à des substrats purement marneux ;
- saginetosum maritimae Géhu & de Foucault 1978 (Coll. Phytosociol. VI : 241), typifié par le rel. 7 du tab. 2 in Géhu & de Foucault 1978a (Coll. Phytosociol. VI : 243), différencié par le taxon éponyme et plus faiblement Leontodon saxatilis, lié à des substrats enrichis en matériau sableux.

Synchorologie

- territoire d’observation : façade atlantique (Géhu & de Foucault, 1978a ; Géhu & Franck, 1982 ; Géhu, 2000 ; Catteau et al., 2009 ; à rechercher notamment sur les falaises marneuses de Basse-Normandie) et littoral de la Corse, apparemment jusque sur le littoral algérien (Géhu et al., 1992e) ; cartographie in Géhu & Franck (1982 : carte 6) ;
- sous-associations ou variantes géographiques : avec Rostraria litorea, les communautés sardes (et donc peut-être corses) se rattachent au moins à une race méditerranéenne originale (Biondi et al., 2001 : 16, 19).

Axes à développer

Revoir le statut de la sous-association armerietosum maritimae, différenciée par une espèce vivace appartenant plutôt à la composante vivace de la mosaïque ; différenciée négativement au niveau thérophytique, elle pourrait donc se réduire plus simplement à une sous-association typicum. Il faudrait vérifier si les communautés corses, assez éloignées de l'optimum de cette association, ne pourraient pas se rattacher à un syntaxon distinct.

Bibliographie

de Foucault B. & Bioret F., 2010. Contribution au prodrome des végétations de France : les Saginetea maritimae Westhoff et al. 1962. J. Bot. Soc. Bot. France, 50 : 59-83. (Source)

 de Foucault B., 2018. Errata et compléments à propos du Prodrome des végétations de France, cinquième note. J. Bot. Soc. Bot. France 81, 39‑52 (Source)

Biondi E. et al., 2001

Catteau E. et al., 2009

Géhu J.-M. & de Foucault B., 1978a

Géhu J.-M. & Franck J., 1982.

Géhu J.-M. et al., 1992e

Géhu J.-M., 2000