Pallenido maritimae - Asplenietum sagittati Knoerr ex B. Foucault 2016

Prodrome des végétations de France décliné (PVF2)

Synécologie

Pelouse chasmophytique aérohalophile sciaphile colonisant les interstices des falaises calcaires méditerranéennes très ombragées, exposées au nord, plus ou moins suintantes, enrichies en éléments azotés par le lessivage des déjections des oiseaux de mer.

Nom cité du syntaxon

Pallenido maritimae - Asplenietum sagittati Knoerr ex B. Foucault ass. nov. hoc loco.

Synonymes

Peuplement à Scolopendrium hemionitis Knoerr 1960 (Bull. Mus. Hist. Nat. Marseille XX : 136) nom. inval. (art. 3c).

Type nomenclatural

Rel. 2 (typus nominis) du tab. 1 in Knoerr (1960, Bull. Mus. Hist. Nat. Marseille XX h.t.).

Physionomie

Pelouse ouverte, surtout marquée par Asplenium sagittatum, à feuillage plaqué sur le substrat, et Parietaria judaica, colonisant les interstices des rochers maritimes ; la végétation lichénique à Rocella phycopsis, directement fixée sur le rocher, ne s’y rattache pas, comme le reconnaissait déjà Knoerr, mais constitue un remarquable contact marqué par la chevelure blanc grisâtre de ce lichen fruticuleux.

Combinaison caractéristique d'espèces

Asplenium sagittatum (anciennement dénommé Scolopendrium hemionitis), Pallenis maritima, Jacobaea maritima subsp. m., Parietaria judaica, Limonium pseudominutum, Daucus carota subsp. drepanensis (= D. gingidium), Reichardia picroides, Galium corrudifolium.

Synchorologie

- territoire d’observation : syntaxon connu de la côte provençale (Knoerr, 1960) ;
- sous‑associations ou variantes géographiques : de Majorque, de Bolòs et Molinier (1958 : 801) ont décrit un groupement à A. sagittatum un peu voisin, mais qui semble assez distinct, moins aérohalophile, avec Cymbalaria muralis, Asplenium ceterach, Umbilicus rupestris, Sonchus tenerrimus, qui pourrait donc aisément entrer dans le Centrantho - Parietarion judaicae.

Axes à développer

La définition de ce syntaxon halonitrophile relevant des Parietarietea judaicae n’empêche pas l’éventuelle description d’un autre syntaxon à A. sagittatum lié à des sites plus préservés, moins nitratés, à rattacher alors aux Asplenietea trichomanis et à l’Asplenion glandulosi (Olivier et al., 1995).

Remarques

Unités supérieures : Parietarietalia judaicae Rivas Mart. in Rivas Goday 1964 ; l’alliance reste indéterminée : le syntaxon se rapproche du Brassicion oleraceae Rivas Mart., Fern.Gonz. & Loidi 1999 par Crithmum maritimum et Jacobaea maritima subsp. m., alliance qui est toutefois d’aire atlantique et caractérisée/différenciée par des taxons absents de la côte méditerranéenne.

Bibliographie

 de Foucault B., 2016. Errata et compléments à propos du Prodrome des végétations de France, troisième note. J. Bot. Soc. Bot. France, 75 : 53-61. (Source)

de Bolòs O. & Molinier R., 1958. Recherches phytosociologiques dans l’île de Majorque. Collect. Bot. (Barcelona), 5 : 699‑865.

KNOERR A., 1960 - Le milieu, la flore, la végétation, la biologie des halophytes dans l’archipel de Riou sur la côte sud de Marseille. Bulletin du muséum d’Histoire naturelle de Marseille, 20 : 89-173.

OLIVIER L., GALLAND J.-P., MAURIN H. (coord.), 1995 - Livre rouge de la Flore menacée de France. Tome I : Espèces prioritaires. Muséum national d’histoire naturelle, conservatoire botanique national de Porquerolles, ministère de l’Environnement, Paris, lxxxvi + 486 + clxi p.