Plantagini alpinae - Agrostietum rupestris Michalet & Philippe ex Thébaud, Roux, Bernard & Delcoigne 2014

Prodrome des végétations de France décliné (PVF2)

Synécologie

Pelouse acidiphile psychrophile occupant des combes à neige pentues à sols jeunes, très superficiels, squelettiques et très sensibles à l’érosion, sur des versants exposés au nord, au nord‑est ou à l’est, à l’étage subalpin supérieur en montagne atlantique.

Nom cité du syntaxon

Plantagini alpinae - Agrostietum rupestris Michalet & Philippe ex Thébaud, Roux, Bernard & Delcoigne 2014 (Guide d’identification… : 215).

Synonymes

Plantagini alpinae - Agrostietum rupestris Michalet & Philippe 1996 (Colloq. Phytosoc. XXIV : 439) nom. inval. (art. 3o, 5).

Type nomenclatural

Rel. 4 du tab. 1 in Michalet & Philippe (1996, Colloq. Phytosoc. XXIV : 459) désigné par Thébaud et al. (2014 : 215).

Physionomie

Pelouse très rase, de recouvrement très variable (très ouverte à très fermée), assez pauvre en taxons, largement dominée par Agrostis rupestris, secondairement par Avenella flexuosa, Scorzoneroides pyrenaica et Trifolium alpinum.

Combinaison caractéristique d'espèces

Galium saxatile, Plantago alpina, Trifolium alpinum, Scorzoneroides pyrenaica, Phyteuma hemisphaericum, Agrostis rupestris var. r., Luzula desvauxii.

Variations

- typicum [syn. : saxifragetosum stellaris Michalet & Philippe 1996 (Colloq. Phytosoc. XXIV : 440) nom. inval. (art. 3o, 5)], différencié par Micranthes stellaris (= Saxifraga stellaris) et Gnaphalium supinum ;
- nardetosum strictae Michalet & Philippe ex Thébaud, Roux, Bernard & Delcoigne 2014 (Guide d’identification… : 216) [syn. : nardetosum strictae Michalet & Philippe 1996 (Colloq. Phytosoc. XXIV : 440) nom. inval. (art. 3o, 5)], typifié par le rel. 14 du tab. 1 in Michalet & Philippe (1996, Colloq. Phytosoc. XXIV : 459) désigné par Thébaud et al. (2014 : 216), différencié par Nardus stricta et Mutellina adonidifolia, sur sols plus profonds, transition vers des nardaies optimales ;
- sesamoidetosum pygmaeae Michalet & Philippe ex Thébaud, Roux, Bernard & Delcoigne 2014 (Guide d’identification… : 216) [syn. : sesamoidetosum pygmaeae Michalet & Philippe 1996 (Colloq. Phytosoc. XXIV : 440) nom. inval. (art. 3o, 5)], typifié par le rel. 28 du tab. 1 in Michalet & Philippe (1996, Colloq. Phytosoc. XXIV : 459) désigné par Thébaud et al. (2014 : 216), différencié par le taxon éponyme, Alchemilla saxatilis et Luzula spicata subsp. s., sur sols plus secs et plus érodés.

Synchorologie

- territoire d’observation : syntaxon décrit des monts Dore, entre 1 650 et 1 900 m d’altitude (Michalet & Philippe, 1996 ; Thébaud et al., 2014) ;
- sous‑associations ou variantes géographiques : ‑.

Axes à développer

Préciser l’alliance de rattachement (association placée dans le Salicion herbaceae par ses auteurs, mais que de Foucault, 2016, rapproche des Festucetalia spadiceae).

Bibliographie

 de Foucault B., 2016. Errata et compléments à propos du Prodrome des végétations de France, quatrième note. J. Bot. Soc. Bot. France, 75 : 63-68. (Source)

Michalet R. & Philippe Th., 1996. Les landes et les pelouses acidiphiles de l’étage subalpin des monts Dores (Massif central français) : syntaxonomie et potentialités dynamiques. Colloq. Phytosoc. XXIV, Fitodinamica : 433‑471.

Thébaud G., Roux C., Bernard Ch.‑E. & Delcoigne A., 2014. Guide d’identification des végétations du nord du Massif central. Presses Universitaires Blaise Pascal, Clermont‑Ferrand, 274 p.