Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

III.6.1.14. - Faciès à Cladocora caespitosa

Typologie des biocénoses benthiques méditerranéennes de la Convention de Barcelone

Description

Le faciès à C. caespitosa existe depuis les eaux très superficielles (dans les cuvettes des platiers à Vermets) jusqu’à environ 50m de profondeur dans des biotopes aussi bien calme qu’agités. Elle peut tolèrer une légère baisse de salinité, comme dans le nord de l’Adriatique. De même, elle peut se trouver aussi bien dans des eaux relativement chaudes (25º C) que dans des zones où la température hivernale de l’eau peut être inférieure à 10º C. Elle se rencontre dans la biocénose des Algues Photophiles, l’herbier de Posidonie, le Coralligène, à l’entrée des grottes et les fonds détritiques. C’est une espèce polymorphe pouvant se développer sur la roche, sur des algues calcaires concrétionnantes, sur des substrats artificiels ou bien libre dans l’herbier de Posidonie et les fonds sableux et envasés. L’espèce n’existe pas au delà d’un certain seuil d’éclairement. La lumière, indirecte et diffuse, est suffisante pour assurer l’existence des zooxanthelles de ce Scléractiniaire hermatypique.

Localisation

Connue dans toute la Méditerranée et dans le golfe Ibéro-marocain, Cladocora caespitosa se trouve depuis les eaux très superficielles jusqu'à environ 50m de profondeur.

Principaux critères de reconnaissance

Cladocora caespitosa, scléractiniaire colonial hermatypique se présente sous diverses formes telles que colonies encroûtantes à corallites très courts, touffes grêles, boules libres, blocs massifs etc… Les corallites des colonies épaisses peuvent dépasser 10 cm de haut et leur diamètre est en général de l'ordre de 4-5 mm. Les calices sont circulaires ou légèrement allongés. Le nombre de septes est variable ; 34 ou 36 est le nombre fréquent. La présence des zooxanthelles confère aux tissus une couleur brune. Cette espèce peut constituer des massifs et des colonies étendues de plus d'un mètre de diamètre et de plusieurs dizaines de centimètres d'épaisseur. A faible profondeur, elle est associée à des algues corallinacées encroûtantes et des invertébrés comme Crambe crambe, Chondrosia reniformis et des Bryozoaires encroûtants, et abrite une riche faune vagile. Par contre, elle est associée, en profondeur, à des espèces sciaphiles (Eunicella singularis, Balanophyllia europea, Flabellia petiolata, Peyssonnelia squamaria).

Confusions possibles

Confusions éventuelles avec Cladocora debilis, Polycyathus muellerae et Galaxea fascicularis.

Intérêt pour la conservation

En raison de sa rareté, de sa valeur esthétique pour le tourisme sous-marin, de sa contribution à augmenter la biodiversité aussi bien sur fond dur que meuble puisqu'elle abrite une faune appartenant à tous les groupes zoologiques, de sa contribution à la production du calcaire et à la production primaire vu qu'elle est une espèce à zooxanthelles, Cladocora mérite d'être suivie dans le cadre de la conservation.

Tendances et menaces

En raison de son pouvoir de constituer des colonies étendues, les principaux facteurs qui limitent la prolifération de Cladocora caespitosa sont : les pollutions diverses, l'envasement, la compétition avec les algues, les anomalies thermiques, la pêche artisanale à faible profondeur et les plongeurs de loisirs. De plus, elle est l'hôte du cirripède parasite Megatrema anglicum et du Gastéropode Corallophila babelis (Catiaxis babelis). Elle est inclue dans la liste des espèces menacées (Convention de Berne).

Gestion et statut de conservation

Surveillance de la qualité des eaux littorales. Gestion très stricte de la pêche artisanale. Gestion et éducation du tourisme sous-marin, en particulier de la plongée sous-marine.

Dans les secteurs où il existe, exceptionnellement, des champs étendus (comme à Mljet, Croatia), on peut envisager d'instituer une réserve, ou d'interdire le ramassage et la vente.

Auteurs de la fiche

G. BITAR

Bibliographie

PNUE, PAM, CAR/ASP, 2006. Classification des biocénoses benthiques marines de la région Méditerranéenne. CAR/ASP, Tunis, 13 p. (Source)

PNUE, PAM, CAR/ASP, 2006. Liste de référence des types d’habitats pour la sélection des sites à inclure dans les inventaires nationaux de sites naturels d’intérêt pour la conservation. CAR/ASP, Tunis, 4 p. (Source)

 PNUE, PAM, CAR/ASP, 2007. Manuel d’interprétation des types d'habitats marins pour la sélection des sites à inclure dans les inventaires nationaux de sites naturels d’intérêt pour la Conservation. Pergent G., Bellan-Santini D., Bellan G., Bitar G. et Harmelin J.G. eds., CAR/ASP publ., Tunis, 199 p. (Source)

 BITAR G., ZIBROWIUS H., 1997. Scleractinian corals from Lebanon, eastern Mediterranean, including a non­lessepsian invading species. Scientia marina 61(2): 227-231.

FRASCHETTI S., BIANCHI. C.N., TERLIZZI A., FANELLI G., MORRI C., BOERO F., 2001. Spatial variability and human disturbances in shallow subtidal hard substrate assemblages: a regional approach. Marine ecology progress series, 212: 1-12.

 LABOREL J., LABOREL-DEGUEN F., 1978. Abondance du Madréporaire Cladocora caespitosa (Linné 1767) dans les herbiers de Posidonies de la baie de Port-Cros. Travaux scientifiques du Parc national de Port-Cros, 4: 273-274.

MORRI C., PEIRANO A., BIANCHI C.N., RODOLFO-METALPA., 2000. Cladocora caespitosa: a colonial zooxanthellate Mediterranean coral showing constructional ability. Reef Encounter, 27:22-25.

OREPIC N., VIDMAR J., ZAHTILA E., ZAVODNIK D., 1997. A marine benthos survey in the lakes of the National Park Mljet (Adriatic Sea). Periodicum biologorum , Zagreb, 99 (2): 229-245.

 PEIRANO A., MORRI C., BIANCHI C.N., 1999. Skeleton growth and density pattern of the temperate, zooxanthellate scleractinian Cladocora from the Ligurian Sea (NW Mediterranean). Mar. Ecol. Prog. Ser., 185: 195-201.

PEIRANO A., MORRI C., MASTRONUZZI G., BIANCHI C.N., 1998. The coral Cladocora caespitosa (Anthozoa, Scleractinia) as a bioherm builder in the Mediterranean Sea. Memorie descrittive della Carta geologica d’Italia, Roma, 52 (1994): 59-74.

TUR J.M., GODALL P., 1982. Consideraciones preliminares sobre la ecologia de los antozoos del litoral sur de la Costa Brava. Oecologia aquatica, Barcelona, 6: 175-183.

 ZIBROWIUS H., 1980. Les scléractiniaires de la Méditerranée et de l’Atlantique nord-oriental. Mémoires de l’Institut océanographique, Monaco, 11: 284 p., 107 pl.