9180-15 - Érablaies et tillaies acidiphiles du nord-est de la France

Liste hiérarchisée et descriptifs des habitats des Cahiers d'habitats

Caractéristiques stationnelles

Types d’habitats occupant des coulées pierreuses constituées de blocs et de cailloux entassés (éboulis grossiers de quartzites, grès, granites), aux étages collinéen et montagnard des Ardennes, Vosges et Alpes du nord siliceuses.
Pentes variables en exposition fraîche (érablaie) ou chaude (tillaie).
Entre les blocs, les interstices sont remplis très incomplètement par une terre très foncée (riche en matière organique) ; pH 4,5 à 5,5.
Ces coulées peuvent couvrir des colluvions limono-argileuses que les racines peuvent atteindre à travers les cailloux.

Variabilité

On peut distinguer, selon l’exposition, deux types d’habitats élémentaires :

En exposition fraîche : l’érablaie à Dicrane en balai (Dicranum scoparium) (1), entre 400 et 800 m variations géographiques (Ardennes, Vosges, Alpes du nord siliceuses) :
- variations altitudinales : formes du collinéen supérieur et du montagnard (plus riche en espèces d’altitude) ;
- variations selon l’épaisseur des éboulis sur les colluvions limono-argileuses ou sur les arènes.

En exposition chaude : la tillaie à Chêne sessile (2), entre 200 et 750 m.
Variations restant à étudier.

Physionomie, structure

Peuplements dominés par :
- l’Érable sycomore, accompagné du Sorbier des oiseleurs (présence possible de Sapin, Épicéa ou Hêtre très dispersé sur éboulis moins épais) ;
- le Tilleul à grandes feuilles accompagné du Chêne sessile, de l’Alisier blanc, de l’Érable sycomore…
Strate arbustive pauvre en espèces Noisetier (Corylus avellana). Strate herbacée à recouvrement moyen, avec des espèces acidiphiles : Canche flexueuse (Deschampsia flexuosa), Luzule blanchâtre (Luzula luzuloides).
Strate muscinale très fournie avec Dicranum scoparium, Pleurozium schreberi…

Confusions possibles

Des faciès des hêtraies-chênaies, hêtraies-sapinières, hêtraies, enrichis en Érable ou en Tilleul sur des sols sablo-limoneux.

Dynamique

Spontanée :
- Végétation bryolichénique sur blocs --> Installation de quelques rares plantes herbacées --> Installation du Noisetier, Sureau à grappes --> Bouleau, Sorbier des oiseleurs, Érable sycomore (exposition nord)
- Végétation bryolichénique sur blocs --> Installation de quelques rares plantes herbacées --> Installation du Noisetier, Sureau à grappes --> Alisier blanc, Bouleau, Tilleul (exposition sud)

Liée à la gestion :
Taillis, taillis sous futaie liés à une exploitation ancienne pour le bois de feu.
Dégradation par surexploitation ancienne.

Habitats associés ou en contact

Éboulis siliceux (UE : 8120).
Végétation de fentes de rochers et de falaises (UE : 8210).
Divers types d’habitats dont la « hêtraie à Luzule » (UE : 9110).
Chênaie sessiliflore xérophile sur crêtes.
Lisières forestières à Agrostide vulgaire, Canche flexueuse…
Pessières sur éboulis hyperacides (UE : 9410).

Répartition géographique

Ardennes ; Vosges ; Alpes du nord siliceuses.

Valeur écologique et biologique

Ce type d’habitat ne possède pas d’espèces rares ; remarquons cependant la combinaison originale d’espèces ordinaires, réunies dans des conditions stationnelles originales.
L’érablière acidiphile occupe une aire réduite ; par ailleurs les individus d’habitat sont à la fois rares et peu étendus.
Végétation à caractère relictuel, qui devait occuper des espaces plus importants avant l’Atlantique (c’est-à-dire avant l’arrivée des Chênes, puis du Hêtre).
Milieu fragile en raison de l’instabilité du substrat et du caractère labile de la matière organique en cas de coupe.
Série dynamique intéressante depuis les rochers moussus jus- qu’à l’érablaie ou la tillaie.
Stade forestier de maturité exerçant un rôle de protection des éboulis.
—› Grand intérêt patrimonial.

États de conservation

États à privilégier :
- Futaies irrégulières mélangées.
- Taillis, taillis sous futaie.

Tendances et menaces

Surface faible couverte tendant à se maintenir.
Restauration lente de peuplements autrefois exploités en taillis, taillis sous futaie.
Peu de menaces potentielles compte tenu des caractères des stations (exploitation difficile).

Potentialités intrinsèques de production

Fertilité moyenne en exposition fraîche, faible à médiocre en exposition chaude.

Axes de recherche

Réaliser de nouvelles prospections et relevés phytoécologiques pour bien préciser les caractères, la variabilité et l’aire exacte de ces deux types d’habitats élémentaires.

Bibliographie

Bensettiti F., Rameau J.-C. & Chevallier H. (coord.), 2001. « Cahiers d’habitats » Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire. Tome 1 - Habitats forestiers. Volume 1. MATE/MAP/MNHN. Éd. La Documentation française, Paris, 339 p. + cédérom. (Source)