9320-1 - Peuplements à Oléastre, Lentisque de la côte varoise

Liste hiérarchisée et descriptifs des habitats des Cahiers d'habitats

Caractéristiques stationnelles

Type d’habitat climacique de l’étage thermoméditerrnéen littoral (climat très doux, température annuelle de 15°, précipitations assez limitées : 580 mm à 700 mm).
Conditions thermophiles à xérophiles.
Se rencontre à l’état fragmentaire (de « taches ») sur le liseré côtier et dans quelques vallons abrités de l’intérieur.
Sur pente (allant de façon abrupte vers la mer) ou sur falaises peu éloignées du littoral, en exposition chaude.
Se retrouve sur le tombolo oriental de la plage de La Capte (fin de l’évolution du complexe dunaire).
Installé sur substrats acides à l’origine de sols caillouteux, plus ou moins fournis en terre fine.
Se retrouve le long d’oueds à proximité de la mer.

Variabilité

Variations géographiques :
- sur les îles d’Hyères, présence possible de l’Asplénium obova- le (Asplenium obovatum), Filaria à feuilles larges (Phillyrea latifolia), l’Asperge maritime (Asparagus maritimus) ;
- sur le continent, absence de ces espèces dans les habitats concernés.

Variations en fonction des conditions géomorphologiques :
- variante typique sur pentes rocheuses ;
- variante sur dune en fin d’évolution avec le Genévrier de Phénicie (Juniperus phoenica subsp. turbinata) ;
- variante des rives de certains oueds avec Scirpe en Jonc (Holoschoenus romanus), Canne de Provence (Arundo donax) ;
- variante sur zones rocheuses avec Nombril de Vénus (Umbilicus rupestris), Asplenium ceterach…

Physionomie, structure

Fourrés plus ou moins denses, haute de 3 m à 4-5 m.
La strate la plus élevée est dominée par le Lentisque, le Myrte d’où émergent les Oléastres ; le Caroubier est très rare ici.
La strate arbustive compte bien d’autres espèces : Alaterne, Calycotome épineux, Chèvrefeuille des Baléares, Asperge à feuilles aiguës, Fragon, Salsepareille, Bois garou, Bruyère arborescente, Ciste à feuilles de Sauge…
La strate herbacée est très discontinue.
Après des incendies, les zones thermophiles sont recolonisées par l’Euphorbe en arbre.

Confusions possibles

Aucune confusion possible.

Dynamique

Cf. Cahier d'habitat.

Habitats associés ou en contact

Végétation thermoméditerranéenne à Euphorbe en arbre et Lentisque (UE : 5330).
Maquis bas et ouvert à Lentisque.
Chênaies vertes (UE : 9340), suberaies (UE : 9330).
Chênaies pubescentes méditerranéennes.
Maquis à Erica arborea.
Cistaies.
Pelouses rocheuses à Hyparrhenia hirta.
Végétation herbacée des vires rocheuses et des petits éboulis à Piptatherum caerulescens.
Végétation des fentes de rochers à Phagnalon saxatile (UE : 8220).
Oueds à Nerium oleander (UE : 92D0).
Végétation des rochers littoraux soumis aux embruns à Crithmum maritimum et Lotus cytisoides, Limonium pseudominitum… (UE : 1250).

Répartition géographique

Littoral varois :
- Carqueiranne ;
- Giens, La Londe ;
- Île du Levant ;
- Hyères ;
- Porquerolles, Port-Cros ;
- Sainte-Maxime ;
- Plan de la Tour…

Valeur écologique et biologique

Type d’habitat dont l’aire actuelle est très réduite avec, de plus, des habitats de faible étendue.
Type d’habitat de très grand intérêt patrimonial.
Présence de plantes rares pour la France : Caroubier (Ceratonia siliqua ) très rare ici, Palmier nain (Chamaerops humilis), Férule commune (Ferula communis), Ampelodesmos de Mauritanie (Ampelodesmos mauritanicus), Germandrée buissonnante (Teucrium fruticans), Cirse de Casa Buona (Cirsium casabonae).
Mosaïque d’habitats du plus grand intérêt par la diversité des niches écologiques offertes aux espèces végétales et animales.

États de conservation

États à privilégier :
Fruticées denses à Oléastre, Lentisque.
Groupements pionniers de reconstitution à Euphorbia dendroides (UE : 5330).

Autres états observables :
Groupements de dégradation ouverts.

Tendances et menaces

État à peu près stable actuellement pour les surfaces résiduelles occupées.
Très forte régression du fait des actions anthropiques :
- urbanisation ;
- incendies.

Potentialités intrinsèques de production

Aucune valorisation économique directe.
Cet habitat peut participer de paysages naturels très prisés par le public (ex. : Porquerolles, Port-Cros ...).
Valorisation touristique indirecte.

Axes de recherche

Préciser les conditions écologiques par des relevés phytoécologiques. Étude fine des phénomènes dynamiques dans les stations ainsi définies.

Bibliographie

Bensettiti F., Rameau J.-C. & Chevallier H. (coord.), 2001. « Cahiers d’habitats » Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire. Tome 1 - Habitats forestiers. Volume 2. MATE/MAP/MNHN. Éd. La Documentation française, Paris, 423 p. + cédérom. (Source)