Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages
9430-7 - Pineraies sèches subalpines de Pin à crochets à Cotonéaster des Alpes

Liste hiérarchisée et descriptifs des habitats des Cahiers d'habitats

Caractéristiques stationnelles

Type d’habitat occupant l’étage subalpin dans les Alpes externes (parfois aussi en Alpes intermédiaires et internes) entre 1 500 m et 2 200 m.
En situation de corniche, de bordure de lapiaz en pente faible ou nulle, d’orientation sud, sur calcaires compacts (nota : se retrouve sur substrats siliceux).
Le Genévrier nain et le Pin à crochets installés dans les fentes de la roche engendrent une accumulation de litière très importante, à l’origine d’une couche épaisse de matière organique pure pouvant recouvrir directement le lapiaz (pH de l’ordre de 5,5).
Possibilité d’installation sur éboulis de gros blocs (avec matière organique entre les blocs).

Variabilité

Variations géographiques :
Selon le gradient de continentalité (accentuation des extrêmes thermiques et baisse des précipitations) :
- race des Alpes externes présentant encore des espèces calci- coles ;
- race des Alpes intermédiaires et internes plus riches en espèces acidiphiles (Homogyne des Alpes : Homogyne alpina, Mélampyre des bois : Melampyrum sylvaticum)…
Selon le gradient :
- Alpes du nord —› Alpes du sud.

Variations selon le bilan hydrique :
- plus ou moins favorable.

Variations selon le type de substrat :
- calcaire, présence de nombreuses calcicoles (Seslérie bleue : Sesleria albicans, Laîche toujours verte : Carex sempervirens…)
—› habitat prioritaire ;
- siliceux avec plus grand nombre d’espèces acidiphiles : Homogyne des Alpes (Homogyne alpina), Myrtille (Vaccinium myrtillus)…

Physionomie, structure

Peuplements dominés par le Pin à crochets et l’Épicéa plus ou moins dispersés au sein de la fruticée à Genévrier nain, Cotonéaster, Camérisier noir…
La strate herbacée est dominée par la Myrtille (Vaccinium myrtillus) et le Raisin d’ours (Arctostaphylos uva-ursi).

Confusions possibles

Avec les pineraies à Coronille engainante (Coronilla vaginalis), installées plus bas sous la même exposition.
Avec les pineraies froides voisines à Lycopode sélagine (Huperzia selago).

Dynamique

Spontanée :
Cf. schéma du cahier d'habitat.

Liée à la gestion :
Peu de gestion forestière. Activité pastorale possible.

Habitats associés ou en contact

Éboulis calcaires (UE : 8130).
Végétation de fentes de rochers et de falaises (UE : 8210).
Pelouses à Fétuque ou à Seslérie bleue (UE : 6170).
Fruticée à Genévrier nain (UE : 4060).
Pineraie de Pin à crochets à Rhododendron et Lycopode (UE : 9430).
Pessière sur lapiaz (UE : 9410).
Pineraie à Coronille engainante (Coronilla vaginalis) (UE : 9430).

Répartition géographique

Alpes surtout externes et du nord ; se retrouve en situation d’Alpes intermédiaires et internes.
Aire restant à préciser par de nouvelles prospections.

Valeur écologique et biologique

Type d’habitat présentant une aire assez large mais avec des habitats souvent de faible étendue.
—› Type d’habitats assez rare.
Cortège floristique original avec des espèces calcicoles (Seslérie bleue : Sesleria albicans) et acidiphiles souvent (Homogyne des Alpes : Homogyne alpina).
Participe à des mosaïques d’habitats du plus grand intérêt compte tenu des conditions variées offertes aux espèces végétales et animales.
Rôle paysager dans certaines situations.

États de conservation

États à privilégier :
Les peuplements clairs -ils le sont naturellement- à très clairs (landes anciennement pâturées) sont à privilégier.
Landes avec quelques Pins à crochets.

Tendances et menaces

Surface stabilisée, avec maturation progressive des peuplements. Progression lente aux dépens d’espaces anciennement pâturés.
Peu de menaces potentielles :
- risques d’incendies en période sèche.

Potentialités intrinsèques de production

Ces peuplements, sur sols souvent posés à même le calcaire, sont de productivité quasi nulle.

Axes de recherche

La situation, en bordure de lapiaz ou de corniche, doit être, dans les descriptions stationnelles, distinguée pour que l’aire du type d’habitat soit mieux appréciée.
Des travaux restent à effectuer pour préciser son aire de distribution et sa variabilité géographique.

Bibliographie

Bensettiti F., Rameau J.-C. & Chevallier H. (coord.), 2001. « Cahiers d’habitats » Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire. Tome 1 - Habitats forestiers. Volume 2. MATE/MAP/MNHN. Éd. La Documentation française, Paris, 423 p. + cédérom. (Source)