Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages
9430-9 - Pineraies hygrosciaphiles subalpines de Pin à crochets, à Lycopode sabine du Jura et des préalpes calcaires

Liste hiérarchisée et descriptifs des habitats des Cahiers d'habitats

Caractéristiques stationnelles

Occupe très souvent des situations marginales : arêtes rocheuses boisées, bordure de corniche, surplomb au-dessus de falaises, éperons rocheux ; plus rarement sur lapiaz en situation froide ; au-dessus généralement de 1 500-1 600 m, jusqu’à 2 000 m.
Stations diversement exposées, battues par des vents violents. Sol développé sur des amoncellements de blocs reposant sur un calcaire massif ou plus ou moins directement sur lapiaz ; présence de matière organique entre les blocs, très fine et presque noire ; sur lapiaz : couverture d’un horizon de matière organique brute, épais (jusqu’à 50 cm ou plus), composé de restes de lichens, mousses et aiguilles de pin, très acide.
Sol sec, soumis à une forte évaporation, la neige chassée par les tourbillons de vent ne peut s’accumuler sur les crêtes.
Se retrouve en bas d’éboulis, également, en exposition au nord, ombragés, avec permanence de la neige.
S’observe plus rarement, avec la même composition floristique sur substrat siliceux, à l’étage subalpin moyen.

Variabilité

Variations d’ordre géographique :
- race du Jura, pauvre en espèces subalpines ;
- race des Alpes du nord, plus riche en espèces subalpines (Camérisier bleu : Lonicera caerulea, Homogyne des Alpes : Homogyne alpina…).

Variations altitudinales :
- restant à étudier.

Variations avec le sol :
- variations de la couche d’humus accumulée (quelques centimètres à plus de 50 cm) ;
- en fonction du substrat calcaire —› habitat prioritaire ou siliceux.

Variations en fonction du degré de maturation :
- peuplements ouverts avec espèces relictuelles des pelouses et des landes (Dryade à huit pétales : Dryas octopetala, Camarine noire : Empetrum nigrum) ;
- peuplements fermés.

Physionomie, structure

Les peuplements sont dominés par de vieux pins tordus, de toutes dimensions, abritant des buissons de Rhododendron ferrugineux, de Sorbier faux néflier, et des tapis constitués par les trois espèces de Myrtille, semblant posés à même le substrat.
On observe un fort recouvrement de mousses et de lichens.

Confusions possibles

Avec les pineraies sèches de pin à crochets établies en adret, avec Genévrier nain.
Les phases pionnières de Pins à crochets évoluant vers la pessière à Doradille, ceci dans des stations non extrêmes sur le plan climatique.

Dynamique

Spontanée :
- Sur éboulis, blocs…
- Colonisation par les mousses et les sous-arbrisseaux nains.
Pionnières : Campanula pusilla, Arabis alpina, Galium pumilum…
Puis landines à Dryade, à l’origine d’une partie de l’humus ; installation des espèces acidiphiles : mousses, Camarine, Airelle rouge, Mélampyre des bois…
—› Développement d’un humus brut continu.
Arrivée des dernières espèces acidiphiles.
Régénération aisée des vieux pins.

Liée à la gestion :
Très peu d’exemples de gestion.

Habitats associés ou en contact

Pelouses à Seslérie bleue (UE : 6170).
Pelouses à Laîche ferrugineuse : Carex ferruginea (UE : 6170).
Végétation de dalles rocheuses (UE : 6110).
Végétation d’éboulis (UE : 8130).
Pessière à Doradille (Asplenium viride) sur lapiaz (UE : 9410).
Hêtraie subalpine à Érable (UE : 9140).
Hêtraie-sapinière à Dentaire (Cardamine heptaphylla) (UE : 9130).
Prairie de fauche (UE : 6520) ou prairie pâturée.

Répartition géographique

Jura (au niveau des « hautes chaînes »). Préalpes calcaires (surtout du nord).

Valeur écologique et biologique

Type d’habitat dont l’aire française est réduite, avec, par ailleurs des habitats de faible étendue.
—› Type d’habitat assez rare.
Conditions écologiques extrêmes montrant donc un exemple original d’adaptation de la végétation forestière.
Mosaïque d’habitats du plus grand intérêt par les conditions multiples offertes aux espèces végétales et animales.
Héberge des espèces rares parfois protégées : Lycopodes, Camarine hermaphrodite (Empetrum hermaphroditum)…
Valeur esthétique de ce type est forte : forme des arbres due au vent.

États de conservation

États à privilégier :
Tous les états sont à totalement protéger :
- pineraies plus ou moins claires ;
- landes à Rhododendron avec quelques pins à crochets

Tendances et menaces

Surface stabilisée, avec maturation progressive.
Extension possible sur quelques espaces pastoraux à herbe maigre.
Peu de menaces potentielles.

Potentialités intrinsèques de production

La productivité de ce type d’habitat, aux arbres nains, est nulle.

Axes de recherche

Bien repérer ces habitats qui ne sont pas inféodés à l’étage sub-alpin mais peuvent être des enclaves subalpines dans le montagnard.
Inventaires à mener pour bien préciser l’aire de répartition du type d’habitat.
Étude de suivi pour étudier la dynamique naturelle des peuplements.

Bibliographie

Bensettiti F., Rameau J.-C. & Chevallier H. (coord.), 2001. « Cahiers d’habitats » Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire. Tome 1 - Habitats forestiers. Volume 2. MATE/MAP/MNHN. Éd. La Documentation française, Paris, 423 p. + cédérom. (Source)