Logos SINP

La biodiversité - Responsabilité en France

Même si la biodiversité en France ne peut pas se comparer à celle des zones tropicales, sa richesse est néanmoins exceptionnelle à plusieurs titres : véritable carrefour biogéographique pour la France métropolitaine, très grande diversité dans les collectivités d’outre mer (la Nouvelle-Calédonie et la Guyane font d’ailleurs partie des « hot spots » de la biodiversité du monde) et, enfin, exceptionnelle richesse de l’immense domaine marin (la France des trois océans…).

France métropolitaine

Plusieurs éléments concourent à la richesse de la biodiversité en France métropolitaine :

  • la grande variabilité géologique et climatologique, qui procurent des conditions écologiques très diversifiées (la France comprend quatre des six zones biogéographiques d’Europe de l’ouest : les domaines atlantique, continental, alpin et méditerranéen),
  • la situation géographique à l’ouest de l’Europe, qui constitue un véritable carrefour biologique, d’une part pour les migrations nord-sud (entre l’Europe du nord et l’Afrique de l’ouest) et d’autre part pour les échanges entre la Méditerranée occidentale (péninsule ibérique) et la Méditerranée orientale (Italie, Grèce).

Collectivités d'outre-mer

Les collectivités françaises d’outre-mer présentent une grande diversité de situation géographique : elles sont situées dans trois océans différents (Atlantique, Pacifique, Indien), de la zone équatoriale à la zone polaire. Cette disparité biogéographique, principalement regroupée dans la zone intertropicale, est à l'origine de la très grande diversité biologique de ces collectivités, à la fois sur le plan international et par rapport à la France métropolitaine. Leur caractère insulaire (seule la Guyane n'est pas une île) est à l’origine du très haut niveau d’endémisme de la faune et de la flore.

L’importance de ce patrimoine biologique exceptionnel est mondialement reconnu. Presque toutes les collectivités d’outre-mer, et toutes celles qui sont situées en zone intertropicale, apparaissent dans les analyses qui sont effectuées au niveau mondial pour connaitre les zones prioritaires pour la préservation de la biodiversité ; certaines sont même des régions identifiées à part entière. Il faut noter la place exceptionnelle de la Nouvelle-Calédonie qui est à la fois une "Zone d’Endémisme pour les oiseaux" (BirdLife International), un "Centre de Diversité pour les Plantes" (IUCN & WWF), un " Point chaud " (Conservation International), et regroupe quatre écorégions (WWF). La Polynésie française réalise de même un "score" exceptionnel. La Guyane a quant à elle été identifiée comme le territoire présentant les meilleures possibilités au monde quant à la préservation des grandes forêts naturelles écologiquement intactes et relativement non perturbées (" forêts-frontières ", WRI) . Elle représente en effet un des 15 derniers grands massifs de forêts tropicales qui n’ait pas encore été fragmenté par les activités humaines. En comparaison, la France métropolitaine, comme la plupart des pays ouest-européens, a perdu la totalité de ses forêts-frontières.

Domaine maritime

Le milieu marin d’outre-mer couvre une énorme superficie : plus de 10 millions de km², soit 19 fois la superficie de la France métropolitaine et plus de 3 % des mers et océans du monde. Il regroupe une richesse biologique exceptionnelle, notamment par la présence de quelque 55 000 km² récifs coralliens et lagons (pour un linéaire de plus de 5000 km) (IFRECOR). La Nouvelle-Calédonie possède la seconde plus grande barrière récifale du monde. La Polynésie française regroupe près de 20 % des atolls coralliens du monde.