Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

FR2300124 - Boucles de la Seine Amont, Coteaux de Saint-Adrien

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : décembre 2019.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 28/11/19 (à partir de la base : octobre 2018)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR2300124

Compilation : 31/12/1995

Mise à jour : 16/07/2019

Appelation du site : Boucles de la Seine Amont, Coteaux de Saint-Adrien

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 31/08/1998
  • pSIC : dernière évolution : 30/07/2003
  • SIC : Première publication au JO UE : 07/12/2004
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 07/12/2004
  • ZSC : premier arrêté : 24/12/2009
  • ZSC : Dernier arrêté : 24/12/2009
Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 1,14889 (E 1�08'56'')
  • Latitude : 49,38333 (N 49�22'59'')
Superficie : 423 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 4 m.
  • Max : 118 m.
  • Moyenne : 0 m.
Régions biogéographiques :
Atlantique : 100%

REGION : HAUTE-NORMANDIE
DEPARTEMENT : Seine-Maritime (100%)
COMMUNES : Amfreville-la-Mi-Voie, Belbeuf, Darnétal, Franqueville-Saint-Pierre, Gouy, Saint-Aubin-Celloville, Saint-Léger-du-Bourg-Denis.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Forêts caducifoliées 78%
Pelouses sèches, Steppes 20%
Forêts de résineux 1%
Rochers intérieurs, Eboulis rocheux, Dunes intérieures, Neige ou glace permanente 1%

Autres caractéristiques du site

le climat

Dans le contexte nord atlantique de la Haute Normandie, la vallée de Seine, orientée sud-est, nord ouest, subit l'influence de remontées climatiques continentales et méridionales qui lui donnent un véritable rôle biogéographique, constituant la limite nord ou ouest de l'aire de répartition de plusieurs espèces. La nature des milieux renforce ce rôle, ainsi les coteaux calcaires, par le caractère chaud et sec de leurs pentes sont le siège de compensations édaphoclimatiques.
L'effet couloir de la vallée induit une originalité dans la répartition des espèces 

- La géomorphologie et les milieux en présence

Les méandres et leur évolution au cours des temps préhistoriques sont à l'origine de conditions édaphoclimatiques variées déterminant des milieux très contrastés avec une opposition forte entre les rives convexes et concaves du fleuve.
La rive concave subit l'érosion du fleuve qui a taillé des coteaux très abrupts dans le plateau crayeux, avec la présence de pitons et fronts rocheux. La forte pente induit des sols peu profonds, riches en calcaire actif, filtrants et particulièrement chauds quand ils sont exposés plein sud. Sur ces coteaux se développent des milieux calcicoles - bois et pelouses - particulièrement riches en espèces rares. L'argile à silex qui couvre la craie affleure au sommet des coteaux, dans les secteurs de moindre pente, permettant l'installation de milieux acidiphiles.

Qualité et importance

L'ensemble constitué des pelouses crayeuses de la vallée de la Seine est tout à fait remarquable.

D’un point de vue biogéographique, la vallée de la Seine constitue un couloir, où remontent des influences méridionales. Elle compte ainsi de nombreuses espèces localisées en limite nord de leur aire de répartition, ce qui lui confère son intérêt tout particulier.

L'éloignement géographique de certaines pelouses dans un contexte général très industrialisé et urbanisé, interdit de grouper toutes les pelouses dans un même site. 
Pour garantir le maintien d’un bon état de conservation des pelouses les plus riches, il importe de maintenir les phénomènes de relais d’une pelouse à l’autre  et donc de préserver l’ensemble des pelouses existantes.

Bien que très proche de l'agglomération rouennaise, le coteau  de St Adrien est l’un des plus riches, avec 9 habitats et 5 espèces d'intérêt communautaire. Il dispose des rares zones d’éboulis calcaires mésophiles naturels de la région, conditionnant la présence des très rare Violette de Rouen (Viola hispida) et Biscutelle de neustrie (Biscutella neustriaca). De nombreuses espèces protégées s’y développent également. Plusieurs espèces végétales et animales sont  ici dans la limite nord de leur aire de répartition (la mante religieuse, Helianthemum canum,...).

Vulnérabilité

- Abandon du pastoralisme.
- Projet autoroutier à proximité immédiate du site.