Logos SINP

FR2302008 - Les grottes du Mont Roberge

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : juin 2018.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 12/12/17 (à partir de la base : septembre 2016)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR2302008

Compilation : 28/02/2006

Mise à jour : 15/09/2017

Appelation du site : Les grottes du Mont Roberge

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 30/04/2006
  • pSIC : dernière évolution : 30/04/2006
  • SIC : Première publication au JO UE : 12/11/2007
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 12/11/2007
  • ZSC : premier arrêté : 23/06/2014
  • ZSC : Dernier arrêté : 23/06/2014
Texte de référence
Arrêté de création du 23 juin 2014 portant décision du site Natura 2000 Les grottes du Mont Roberge (zone spéciale de conservation)

Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 1,49139 (E 1°29'29'')
  • Latitude : 49,10528 (N 49°06'19'')
Superficie : 0,79 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 109 m.
  • Max : 111 m.
  • Moyenne : 110 m.
Régions biogéographiques :
Atlantique : 100%

REGION : HAUTE-NORMANDIE
DEPARTEMENT : Eure (100%)
COMMUNES : Vernon.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Forêts caducifoliées 100%

Autres caractéristiques du site

Le site proposé se situe sur un coteau de la vallée de la Seine, en face de la confluence avec l'Epte.
Le site est composé d'un réseau de cavités souterraines (sans doute anciennes carrières) creusées dans la craie du Crétacé supérieur.
Le réseau possède plusieurs entrées situées sur un coteau boisé.
Ce site est situé en totalité dans une emprise militaire, dans des galeries souterraines dont l'accès a été interdit pour des raisons de sécurité. Des parties du toit se sont effondrées, entraînant l'évacuation des habitations situées dans son périmètre. Des contrôles réguliers sont effectués par l'institut national de l'environnement et des risques, car le risque potentiel d'effondrement demeure. Le classement du site ne devra pas faire obstacle à la prise des mesures nécessaires pour assurer leur mise en sécurité définitive. Ainsi les autorités responsables du centre peuvent décider, par exemple, de réaliser des travaux dans les galeries  prévenant toute intrusion accidentelle ou bien d'édicter de nouvelles limitations ou interdictions d'accès aux secteurs dangereux et ce malgré la présence de chauves-souris dans les galeries. Pour conclure, la définition et la mise en œuvre des solutions assurant l'accès des chiroptères aux galeries souterraines, ne devra pas remettre en cause les mesures nécessaires à la sécurité des personnes. 

Qualité et importance

Le site abrite un site d'hibernation du petit Rhinolophe exceptionnel pour la Haute Normandie (présence d'une quarantaine d'individus). Outre cette espèce, il accueille également en hibernation du grand Rhinolophe, 5 espèces de murin (grand murin, 50 individus, murin à oreilles échancrées, 35 individus, murin de Daubenton, 40 individus, murin à moustaches, 30 individus, occasionnellement murin de Bechstein et murin de Natterer) et des oreillards (quelques individus).

Vulnérabilité

La vulnérabilité du site est faible dans la mesure où le site est situé en terrain militaire et donc relativement protégé de la pénétration humaine, principale cause potentielle de la dégradation du site.
Certaines entrées ont été murées, mais la plupart sont fermées par des grilles que peuvent franchir les animaux.
Des effondrements ont eu lieu récemment, notamment dans le secteur appelé " carrière des picards ". Si ces effondrements peuvent présenter un danger pour la sécurité humaine, ils ne constituent absolument pas une cause de vulnérabilité pour les chauves-souris. En effet d'une part le réseau présente des très vastes secteurs sans aucun risque d'effondrement, c'est d'ailleurs principalement dans ces secteurs que se situent les chauves-souris, d'autre part, les animaux fréquentent sans problème les zones effondrées. S'il est effectivement nécessaire d'interdire la fréquentation humaine des secteurs à risque d'effondrement (qui représentent qu'une petite partie du site), il est suffisant pour ce faire de réaliser des grilles aux entrées correspondantes.