Logos SINP

FR2600958 - Milieux forestiers, pelouses et marais des massifs de Moloy, La Bonière et Lamargelle

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : juin 2018.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 12/12/17 (à partir de la base : septembre 2016)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR2600958

Compilation : 31/05/1995

Mise à jour : 31/07/2009

Appelation du site : Milieux forestiers, pelouses et marais des massifs de Moloy, La Bonière et Lamargelle

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 30/04/2002
  • pSIC : dernière évolution : 31/05/2011
  • SIC : Première publication au JO UE : 07/12/2004
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 16/11/2012
  • ZSC : premier arrêté : 29/10/2014
  • ZSC : Dernier arrêté : 29/10/2014
Texte de référence
Arrêté de création du 29 octobre 2014 portant décision du site Natura 2000 Milieux forestiers, pelouses et marais des massifs de Moloy, La Bonière et Lamargelle (zone spéciale de conservation)

Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 4,90528 (E 4°54'19'')
  • Latitude : 47,55583 (N 47°33'20'')
Superficie : 574 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 310 m.
  • Max : 515 m.
  • Moyenne : 410 m.
Régions biogéographiques :
Continentale : 100%

REGION : BOURGOGNE
DEPARTEMENT : Côte-d'Or (100%)
COMMUNES : Frénois, Lamargelle, Moloy, Poiseul-lès-Saulx, Saulx-le-Duc.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Forêts caducifoliées 85%
Forêts de résineux 10%
Pelouses sèches, Steppes 2%
Rochers intérieurs, Eboulis rocheux, Dunes intérieures, Neige ou glace permanente 2%
Marais (vegetation de ceinture), Bas-marais, Tourbières, 1%

Autres caractéristiques du site

Présence de versants bien ensoleillés intéressants aux plans biogéographique et biologique avec le contact des séries subméditerrannéenne du Chêne pubescent et thermophile du Hêtre.

Qualité et importance

Les milieux forestiers sont très typés, à caractère montagnard sur les versants calcaires (Hêtraie à Céphalanthère). Ils recèlent un nombre important d'espèces peu courantes pour la région, montagnardes, adaptées aux conditions de sols (éboulis calcaires), de climat (versants abrupts ombragés) et d'éclairement procurées par les feuillus. Le Sabot de Vénus, orchidée montagnarde très rare localisée en Bourgogne exclusivement aux plateaux du Châtillonnais (limite géographique Nord et Ouest) est présente sur le site. Les boisements sont colonisés par la rare Chouette de Tengmalm, espèce qui occupe en Bourgogne des stations à basse altitude, loin de ses localités d'origine.
Les pelouses et landes des sols calcaires, secs, occupent les plateaux et les hauts de pente et forment un ensemble remarquable, caractérisé par le maintien des plantes montagnardes en situation éloignée de leur station d'origine (Gentiane jaune, Chardon sans tige, Marguerite de la Saint-Michel) et par une faune originale (insectes, oiseaux, reptiles). Ces milieux, dont le maintien dans le réseau de pelouses au plan national est nécessaire (position favorisant les échanges entre le Nord-Est et le Sud), sont riches en orchidées dont certaines très rares.
De superficie restreinte, les marais tufeux sont des milieux marécageux ouverts et localisés au niveau d'émergence de sources et de suintements, sur les versants calcaires. Des espèces comme l'Epipactis des marais et la gentiane pneumonanthe y sont inféodées car adaptées à l'excès d'eau permanent en milieu alcalin.
Les petits secteurs de falaises et éboulis, très dispersés sur le site, abritent l'Anthyllide des montagnes et les Cheveux d'ange, espèces végétales en limite géographique Nord pour la France.

Vulnérabilité

La sylviculture feuillue traditionnelle (taillis-sous-futaie, futaie), majoritaire sur le site, a permis le maintien du patrimoine naturel forestier. L'enrésinement est ponctuellement pratiqué (Moloy).
D'anciennes plantations de pins dans les pelouses induisent actuellement une colonisation dans les pelouses et marais adjacents. Ces pelouses et marais sont également très sensibles à la fermeture du milieu par les arbustes, leur végétation comprenant des espèces recherchant la pleine lumière, adaptées aux sols pauvres et très calcaires, mais ne supportant pas la concurrence arbustive.
La végétation de rocailles très adaptée aux conditions imposées par ce milieu présente une vulnérabilité certaine au piétinement sur les corniches ou à l'escalade des falaises.