Logos SINP

FR2600969 - Val d'Allier Bourguignon

Site de la directive "Habitats, faune, flore"

Base de référence : décembre 2017.

Mise à jour annuelle de la liste SIC - publication au JO UE : 12/12/17 (à partir de la base : septembre 2016)

Identification du site

Type : B (pSIC/SIC/ZSC)

Code du site : FR2600969

Compilation : 31/05/1995

Mise à jour : 19/07/2013

Appelation du site : Val d'Allier Bourguignon

Dates de désignation / classement :

  • pSIC : première proposition : 31/08/1998
  • pSIC : dernière évolution : 30/09/2010
  • SIC : Première publication au JO UE : 07/12/2004
  • SIC : Dernière publication au JO UE : 18/11/2011
  • ZSC : premier arrêté : 23/08/2010
  • ZSC : Dernier arrêté : 29/07/2016
Texte de référence
Arrêté de création du 29 juillet 2016 portant décision du site Natura 2000 Val d'Allier Bourguignon (zone spéciale de conservation)

Localisation du site
Coordonnées du centre (WGS 84) :
  • Longitude : 3,06139 (E 3°03'41'')
  • Latitude : 46,83750 (N 46°50'14'')
Superficie : 951 ha.
Pourcentage de superficie marine : 0 %
Altitude :
  • Min : 172 m.
  • Max : 195 m.
  • Moyenne : 185 m.
Régions biogéographiques :
Continentale : 100%

REGION : BOURGOGNE
DEPARTEMENT : Nièvre (100%)
COMMUNES : Chantenay-Saint-Imbert, Langeron, Livry, Mars-sur-Allier, Saincaize-Meauce, Tresnay.

Carte de localisation

Description du site

Caractère général du site

Classes d'habitats Couverture
Forêts caducifoliées 33%
Eaux douces intérieures (Eaux stagnantes, Eaux courantes) 24%
Prairies semi-naturelles humides, Prairies mésophiles améliorées 23%
Dunes, Plages de sables, Machair 7%
Autres terres arables 6%
Landes, Broussailles, Recrus, Maquis et Garrigues, Phrygana 3%
Forêt artificielle en monoculture (ex: Plantations de peupliers ou d'Arbres exotiques) 3%
Pelouses sèches, Steppes 1%

Autres caractéristiques du site

Site linéaire limitrophe avec la région Auvergne (FR8301015 Vallée de l'Allier Nord) et la région Centre (FR2400522 Vallée de la Loire de Neuvy au Bec d'Allier).

Qualité et importance

Le Val d'Allier  se caractérise par un lit du fleuve en "tresse" très bien conservé et par des milieux naturels variés : bancs de sables, grèves, boires, pelouses et landes, prairies humides, forêts alluviales... inscrits à la Directive Habitats, et qui renferment de nombreuses plantes protégées à l'échelle nationale ou régionale (Pulicaire commune, Gratiole officinale, Butome en ombelles, Canche des sables...). Le long de la vallée sont recensées des forêts alluviales et des haies à Perce-neige.

Il constitue une voie de migration et une zone de frayère importante pour le Saumon atlantique, la Grande Alose, espèces en régression en France du fait des aménagements des rivières et de la disparition des frayères.

C'est également un axe migratoire de première ordre pour de nombreux oiseaux ; il est classé comme "site d'importance internationale pour l'hivernage et la migration des oiseaux d'eau" (>20 000).
A noter la présence sur le site d'une héronnière mixte à Héron cendré et Héron bihoreau.

Vulnérabilité

Les dépressions humides et marécageuses ont tendance à se fermer spontanément suite à l'implantation d'une végétation luxuriante de type mégaphorbiaie et de la progression des ligneux.

Les extractions de granulats ont entraîné une érosion régressive de la rivière et une diminution de la ligne d'eau  à l'étiage. La stabilisation des berges par enrochements modifie la dynamique de la rivière et élimine les micro-habitats de la faune.

Au niveau des prairies inondables, on constate globalement une tendance vers  une exploitation plus intensive (mise en culture, amendements, herbicides...) qui contribue à  une modification importante des habitats naturels et induit une altération des milieux aquatiques (mares, bras morts, ruisseaux). 
Plus localement, l'abandon des pratiques agricoles pose un problème pour le maintien des pelouses sableuses. 

Des plantations de peupliers se substituent aux prairies inondables de l'Allier et modifient les cortèges floristiques et faunistiques. Elles provoquent directement la disparition de certains habitats sur les parcelles où elles sont implantées.

Les grèves sont actuellement très prisées par les activités de loisirs (circulation pédestre et motorisée) qui troublent la quiétude des espèces se reproduisant au sol (Sternes, ...).